Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 09:35
Déclaration de l’Internationale socialiste sur la question de Palestine
 
 

Déclaration adoptée à l’unanimité.

Internationale socialiste, dimanche 12 mars 2017

Réunion du XXVème Congrès de l’Internationale Socialiste

Carthagène, Colombie, 2, 3 et 4 Mars 2017

DECLARATION SUR LA QUESTION DE LA PALESTINE

Le Conseil de l’Internationale Socialiste (IS), réuni à Carthagène, Colombie, du 1er au 3 mars 2017, a mené des débats axés sur le thème “pour un monde de paix, dans l’égalité et la solidarité”. Ceci comprend la Question de la Palestine, qui est marquée cette année par des anniversaires, dont celui des 100 ans de la Déclaration de Balfour et celui des 50 ans de l’occupation de 1967, qui confirment l’urgente nécessité de parvenir à une paix juste et durable au Moyen-Orient.

Rappelant les déclaration précédentes de l’IS, en particulier celles des Conseils de l’IS à New York en juin 2010, à Istanbul en novembre 2013, en décembre 2014, en juillet 2015, et à Genève en juillet 2016.

L’IS Réaffirme son soutien à la solution à deux états, mettant fin à l’occupation israélienne et aboutissant à une paix juste et durable fondée sur le droit international

1. Réaffirme le droit du peuple palestinien à l’auto-détermination, comprenant le droit à son Etat de Palestine sur la base des frontières de juin 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale, et réaffirme son engagement, conformément au droit international, à mettre totalement fin à l’occupation israélienne, commencée en 1967, de l’Etat de Palestine afin de parvenir à la solution à deux états, c’est-à-dire deux états souverains et démocratiques pour tous leurs citoyens, ainsi qu’à une solution, fondée sur le droit international et les résolutions de l’ONU, de toutes les questions du statut final, dont la question des réfugiés.

2. Fait bon accueil aux efforts de la France en vue d’un cadre multilatéral pour le Processus de Paix au Moyen-Orient, fondé sur le droit international et les résolutions de l’ONU. De tels efforts doivent comprendre un échéancier précis, un mandat fondé sur le droit international et une méthode de mise en oeuvre, comprenant le fait de rendre des comptes.

3. Reconnaît l’Initiative de Paix Arabe comme le seul cadre régional possible en vue de la normalisation des relations entre Israël et le reste de la région une fois qu’un accord entre Israël et la Palestine sur le statut final aura été conclu, dans le respect des droits du peuple palestinien reconnus sur le plan international en vertu du droit international.

4. Exhorte l’administration des USA à exprimer son soutien sans équivoque à la solution à deux états sur la base des frontières de 1967, en réaffirmant le caractère illégal des colonies israéliennes et le droit des Israéliens et des Palestiniens de vivre en paix, dans la liberté, dans la sécurité, dans la justice et l’égalité. Elle exhorte aussi l’administration des USA à ne pas agir en allant à l’encontre des résolutions de l’ONU et en accordant une prime au programme contraire à la paix du gouvernement israélien, comprenant le déplacement de son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem.

L’IS demande la pleine application du Droit Humanitaire International

5. Exige d’Israël, puissance occupante, l’entière mise en oeuvre de ses obligations en vertu du droit international, y compris de la 4ème Convention de Genève. Nous exhortons aussi la communauté internationale à prendre des mesures concrètes afin de protéger la population civile touchée par des violations graves du droit humanitaire international.

2

6. Condamne toutes les mesures qui ont pour but de modifier la composition démographique, la nature et le statut de tous les territoires occupés depuis 1967 par Israël, parmi lesquelles entre autres, la construction et le développement de colonies israéliennes, violation du droit international, comprenant le Mur d’Annexion illégal ainsi que la politique israélienne de destruction de maisons appartenant à des Palestiniens, de même que toutes les politiques de déplacement forcé de civils. Nous exigeons qu’il soit totalement mis fin à de telles activités.

7. Demande l’application de la Résolution 2334 du Conseil de Sécurité de l’ONU, du 23 décembre 2016, qui réaffirme le caractère illégal des colonies israéliennes, en adoptant des mesures concrètes contre les projets d’Israël de colonies de peuplement en Palestine Occupée, telles que l’interdiction des produits des colonies, y compris les services, pour soutenir les villages palestiniens menacés et pour aider les démarches en vue de la publication d’une liste destinée à tous des sociétés qui tirent profit des projets israéliens de colonies de peuplement dans les Territoires Palestiniens Occupés.

L’IS appelle à mettre fin au blocus et à libérer les prisonniers politiques

8. Exige qu’il soit mis fin au blocus illégal à l’encontre à l’encontre des 2 millions de Palestiniens de Gaza. Il demande aussi la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens, y compris des députés élus du Parlement palestinien tels que Marwan Barghouti, membre du Comité Central du Fatah, ainsi que tous les détenus administratifs et tous les enfants.

L’IS soutient le rôle des Associations Israéliennes, Palestiniennes et Internationales de défense des Droits de l’Homme

9. Salue les initiatives des milieux progressistes en Israël, parmi lesquels les associations de la société citoyenne tels que B’tselem et Breaking the Silence, qui ont été la cible d’attaques brutales et de persécutions de l’actuel gouvernement israélien.

10. Dénonce les menaces contre les associations de la société citoyenne palestinienne, et en particulier contre Al Haq, pour leur engagement auprès du Tribunal Pénal International. Nous condamnons aussi les obstacles imposés par Israël à l’encontre du travail d’associations internationales de défense des droits de l’Homme telles que Human Rights Watch.

11. Exhorte tous les membres de l’IS à soutenir l’action des associations de la Société Citoyenne Palestinienne et Israélienne oeuvrant à une paix juste et durable, qui comprend l’application du Droit Humanitaire International et les Droits de l’Homme.

L’IS exhorte le Gouvernement israélien à mettre fin à mettre fin à sa politique de discrimination à l’encontre de sa population non juive

12. Exhorte le Parlement israélien à abroger intégralement les dizaines de lois discriminatoires contre ses propres citoyens Arabes Palestiniens qui forment plus de 20% de la population d’Israël, en particulier la Loi sur la Citoyenneté qui a divisé des milliers de familles seulement à cause de leur origine arabe, qu’elle soit chrétienne ou musulmane. Nous exprimons notre inquiétude quant à la situation des citoyens non juifs d’Israël, y compris quant à la menace de démolition de leurs maisons et de leurs villages, telle que la démolition du village de Um-Al-Hiran dans la région du Nabab/Néguev.

3

L’IS Exhorte ses membres à agir : Mettre fin à l’Occupation israélienne et Reconnaître l’Etat de Palestine

13. Invite tous les gouvernements qui n’ont pas reconnu l’Etat de Palestine sur la base des frontières de 1967, et en particulier ceux qui sont dirigés par des membres de l’IS, à le faire en tant qu’investissement dans la paix entre Israéliens et Palestiniens, en épargnant la solution à deux états et le droit du peuple palestinien à l’autodétermination.

14. L’IS invite tous ses membres à présenter, à défendre et à adopter dans leur parlement national, des résolutions appelant à mettre fin à l’occupation, commencée en juin 1967, de la Palestine par Israël.

(traduit de l’anglais par Yves Jardin, membre du GT de l’AFPS sur les prisonniers)

 

http://www.france-palestine.org/Declaration-de-l-Internationale-socialiste-sur-la-question-de-Palestine

Partager cet article

Repost 0

commentaires