Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 09:54

Six ans après le renversement de Hosni Moubarak : l’Egypte dans le creux de la vague révolutionnaire

Interview
1 mars 2017
 
 
Le point de vue de Didier Billion
 
 
Six ans après le renversement de Hosni Moubarak, quel est le bilan global à tirer de la vague de contestation de 2011 en Egypte ?
 
 

Il faut tout d’abord rappeler que le mouvement de contestation qui se cristallise en Egypte en 2011 s’inscrit totalement dans l’onde de choc politique qui traverse alors de multiples pays du monde arabe. En Egypte, cela prend une forme très singulière puisqu’Hosni Moubarak, qui dirigeait le pays depuis 1981, est chassé du pouvoir en quelques courtes semaines seulement.
 
Nous avons là l’expression d’une vague révolutionnaire puissante, puisqu’un régime qui semblait très bien établi a finalement rapidement « dégagé », pour reprendre l’expression scandée par les manifestants de la place Tahrir.
 
Les mois qui ont suivi ont vu se succéder, à vitesse accélérée, une série d’événements d’une grande portée politique. Ainsi, en 2012 les Frères musulmans accèdent démocratiquement au pouvoir, notamment à la présidence du pays en la personne de Mohamed Morsi.
 
Bien qu’existant depuis 1928, la confrérie des Frères avait toujours été écartée des sphères du pouvoir, voire réduite à la clandestinité.
 
En 2013, un coup d’Etat est organisé par l’institution militaire qui chasse les Frères musulmans, avec l’actif soutien de Abdel Fattah Al-Sissi, alors ministre de la Défense nommé par M. Morsi.
 
En 2014, une sorte de normalisation autoritaire est actée par l’organisation des élections présidentielles, grâce auxquelles A. F. Al-Sissi, devenu entretemps maréchal, recueille 96% des suffrages.
 
Toutefois, un taux de participation de 50% réduit quelque peu la portée de ce score.

Depuis lors, il y a une incontestable régression des libertés démocratiques individuelles et collectives. Le formidable espoir qui s’était exprimé lors du mouvement révolutionnaire de 2011 a été trahi. Aujourd’hui, les Frères musulmans sont persécutés : environ 40 000 d’entre eux se trouvent en prison et 2 000 condamnations à mort ont été prononcées, même si elles n’ont pas été exécutées. De même, ceux qui appartiennent plutôt au camp « laïc », et qui avaient soutenu le coup d’Etat de 2013, se retrouvent aussi en butte à la répression.

Au niveau économique, la situation n’est guère meilleure. L’Egypte est confrontée à des défis structurels qu’à ce jour elle n’a pas su résoudre.
 
De plus, quatre apports financiers traditionnels de l’économie égyptienne posent problème.
 
Le premier est celui constitué par les travailleurs émigrés égyptiens qui envoyaient régulièrement des devises, principalement depuis l’Arabie saoudite et la Libye. Ces apports en devises étrangères sont de plus en plus faibles puisque l’Arabie saoudite connaît elle-même des difficultés économiques, tandis que la Libye est dans une situation de chaos.
 
Deuxièmement, le pétrole : l’Egypte fut à un moment auto-suffisante mais ce n’est plus le cas désormais avec de trop faibles réserves ; Le Caire est donc obligé de recourir aux importations.
 
Troisièmement, le canal de Suez dont les revenus ont fléchi en raison de la crise économique mondiale et de la baisse du trafic international.
 
Enfin, les revenus tirés du tourisme ont eux aussi considérablement diminué.

Cette situation économique a nécessité de recourir à des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI).
 
Celui-ci a accepté en août 2016 de faire un prêt sur 3 ans de 12 milliards de dollars. Mais les exigences en contrepartie sont drastiques : imposition de la TVA, baisse des subventions sur des produits importants (carburant, électricité), dévaluation de la livre égyptienne de près de 50%…
 
Le pouvoir actuel est pris entre deux feux : d’un côté, il a besoin de négocier avec le FMI mais de l’autre, l’application d’un tel accord risque de générer un fort mécontentement, voire des conflits sociaux d’envergure.

Sur le plan régional et international, le rayonnement du nassérisme semble maintenant très lointain. Quelles sont les orientations actuelles de la politique extérieure du Caire ?

Effectivement nous sommes bien loin de la période glorieuse du nassérisme, moment où l’Egypte avait réellement une forte influence dans tout le Moyen-Orient arabe. Nasser avait alors une extraordinaire aura et incarnait la volonté de réaliser l’unité arabe, même s’il n’est pas parvenu à ses fins.
 
À son époque, l’Egypte jouait aussi un important rôle international, notamment au sein du Mouvement des non-alignés, dont il était l’un des piliers majeurs avec l’Inde et la Chine. Depuis lors, on peut constater une baisse d’influence de l’Egypte au niveau régional et international, visible d’ailleurs dès l’époque de Moubarak. Quels sont donc les grands dossiers de politique étrangère de l’Egypte ?

Tout d’abord, le rapport avec les Etats-Unis. A l’époque de Moubarak, l’Egypte était le deuxième récipiendaire d’aides américaines, notamment dans le domaine militaire, après Israël. L’Egypte a donc toujours été l’un des points d’appui régional essentiel des Etats-Unis. Or, beaucoup d’Egyptiens sont persuadés qu’ils ont été trahis par ces derniers. En effet, assez rapidement en 2011, les Américains ont soutenu le mouvement de contestation et n’ont sûrement pas été pour rien dans le départ de Moubarak. Restent prégnantes, comme dans les autres pays du Moyen-Orient, des théories complotistes latentes à l’égard des Etats-Unis. D’autant que l’administration Obama a aussi manifesté une certaine empathie à l’égard des Frères musulmans, puisqu’ils avaient été élus démocratiquement dans le cadre des premières élections libres et pluralistes du pays. Le coup d’Etat de A. F. Al-Sissi, bien qu’Obama n’ait jamais utilisé ce terme, a marqué une période de refroidissement avec Washington. Obama considérait en effet qu’il y avait eu usurpation du pouvoir par le maréchal et par l’armée. A la suite de ce coup, les Etats-Unis ont temporairement cessé la livraison d’aides militaires, ce qui a renforcé une méfiance latente qui n’a jamais été réellement résorbée. Toutefois, A. F. Sissi essaye désormais de normaliser les relations bilatérales depuis l’élection de Donald Trump.
La Russie marque aussi un véritable retour en Egypte et les deux pays convergent sur plusieurs dossiers centraux : la lutte anti-terroriste, la situation en Syrie, la Libye… La Chine quant à elle effectue une véritable percée, symbolisée par la visite de Xi Jinping en janvier 2016, la signature de contrats commerciaux et une augmentation des flux commerciaux d’environ 5% par an. La Chine est désormais le deuxième partenaire commercial de l’Egypte et elle entend faire du Caire un partenaire important du projet One Belt One Road, dénomination officielle des nouvelles Routes de la Soie.
Enfin, les relations avec l’Arabie saoudite sont complexes. D’un côté, le royaume a été un sauveteur du Caire dans les années suivant le mouvement révolutionnaire et le coup d’Etat : les Saoudiens ont en effet versé 25 milliards de dollars à l’Egypte depuis 2013 et l’ont certainement sauvé de la banqueroute. Pour autant, les deux pays ne convergent pas sur tous les dossiers (Syrie et Yémen par exemple). L’Egypte essaye en outre de se replacer dans le jeu régional et entre donc en concurrence avec l’Arabie saoudite, qui souhaite pour sa part devenir le leader du monde arabe. On est loin d’un affrontement mais l’Egypte essaye quand même de s’autonomiser, afin de ne pas être trop dépendante de l’Arabie saoudite.


Quels sont aujourd’hui les grands défis à relever pour le pays ? Existe-t-il une menace terroriste ?

Bien sûr, le terrorisme est un défi régional. Mais paradoxalement en Egypte, le terrorisme n’est pas si prégnant. Il y a certes eu l’épisode de l’avion russe qui a explosé en vol mais pour autant, les grandes villes égyptiennes ne sont pas des victimes récurrentes d’attaques. En réalité, la situation au Sinaï est beaucoup plus préoccupante. Cette région est dans une situation de non-droit où le gouvernement n’a pas les moyens de se faire respecter. Ainsi, les militaires n’osent pas sortir de leur caserne une fois la nuit tombée.
Les autres défis du pays sont de deux ordres. Tout d’abord, le défi démographique : le taux de fécondité est de près de 3,5% par an et la population égyptienne a doublé en moins de quarante ans. Aujourd’hui, on dénombre 92 millions d’Egyptiens et, d’après les projections, la population devrait atteindre 165 millions d’habitants en 2050.
 
Cet accroissement considérable de la population est très inquiétant compte tenu de la situation économique précaire, puisqu’un chômage de masse affecte la jeunesse.
L’autre grand défi est d’ordre géographique.
 
Seulement 5 à 6% de la totalité de la superficie du sol égyptien est « utile », à savoir la vallée du Nil, au long de la laquelle s’est concentré l’essentiel de la population, de l’agriculture et des industries.
 
L’enjeu est donc de savoir comment mettre en valeur le reste du territoire, ce qui nécessite des investissements considérables. Ce défi complexe représente l’un des grands chantiers que le gouvernement doit mettre en œuvre.
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by IRIS.org - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires