Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 07:54

La droite israélienne veut profiter du flou des intentions de Trump

 
 

L’envoyé spécial du président américain arrive en Israël aujourd’hui. La question du développement des colonies en Cisjordanie sera au cœur des discussions.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant)

Abonnez vous à partir de 1 € 

 

Ajouter

Pas le temps de
lire cet article ?

Conservez-le pour le consulter plus tard. Abonnez-vous au Monde.fr
à partir de 1 €

Abonnez-vous

image: http://s1.lemde.fr/image2x/2017/03/13/534x0/5093573_7_a684_un-juif-ultra-orthodoxe-deguise-pour-la-fete_b84cd7a93ece169eb6e30968596aff2f.jpg

Un premier contact téléphonique a enfin eu lieu, vendredi 10 mars, entre Donald Trump et Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne. L’administration américaine se lance ainsi, à son tour, comme médiateur du conflit israélo-palestinien.

Lundi, l’envoyé spécial du président américain pour ce dossier, l’avocat Jason Greenblatt, est attendu en Israël pour discuter avec le premier ministre, Benyamin Nétanyahou. La Maison Blanche a fait savoir qu’elle souhaitait de la « retenue » en matière de développement des colonies en Cisjordanie. C’est la raison pour laquelle un comité de coordination bilatéral a été constitué, avec l’ambassadeur israélien à Washington, Ron Dermer, l’un des plus proches collaborateurs de M. Nétanyahou, mais également un intime de la famille Trump.

 

Après huit années de tensions avec l’administration Obama, la droite israélienne refuse de croire que les Etats-Unis exigeront un gel des constructions. « L’idée de cette équipe est de permettre autant de constructions que la croissance de ces communautés le commande, assure au Monde Tzipi Hotovely, la vice-ministre israélienne des affaires étrangères. Nous parlons de vrais juifs connectés à un morceau de terre juive. Pour la première fois depuis cinquante ans, une administration américaine ne dit pas que ces colonies sont un obstacle à la paix. »

Enterrer l’idée d’un Etat palestinien

Le test sera la réaction de la Maison Blanche à la volonté du gouvernement israélien de construire une nouvelle colonie – la première en plus de vingt ans – pour accueillir les familles d’Amona, l’avant-poste qui a été démantelé en février.

Tzipi Hotovely, qui représente l’aile radicale du Likoud, est ravie des débuts de la présidence Trump. « Cette administration américaine est ouverte d’esprit, beaucoup plus réaliste. On ne parle plus d’imposer une solution aux deux parties. »

Agée de 38 ans, très religieuse, elle est représentative d’une majorité des membres du gouvernement de M. Nétanyahou : ceux qui clament la fin de la solution à deux Etats, par idéologie ou opportunisme. « La meilleure façon, dit-elle, d’aller vers une souveraineté israélienne en Judée-Samarie [le nom biblique de la Cisjordanie], dans le cadre d’une solution régionale, est de le faire avec le soutien américain. »

 

Cette droite à l’offensive rejette le mot « occupation ». Elle n’accepte...

 

 

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/03/13/la-droite-israelienne-veut-profiter-du-flou-des-intentions-de-trump_5093430_3218.html#WqjwU0eCX6ZxDUBB.99

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Monde.fr - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires