Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 09:47

Profondes excuses aux lecteurs d’Haaretz

 

 

A tous les lecteurs offensés, je m’excuse pour mon unilatéralisme. Comment ai-je pu ne pas maintenir l’équilibre entre l’assassin et l’assassiné, entre le voleur et sa victime, entre l’occupant et l’occupé ?

Gideon Levy - Haaretz, jeudi 20 avril 2017

 

 
Chers Orna et Moshe Gan-Zvi,

J’ai éprouvé de la tristesse à lire dans l’édition en hébreu du Haaretz de mardi que vous aviez décidé de résilier votre abonnement. Je ne vous connais pas, mais vous me manquerez comme lecteurs. Puisque je suis en partie responsable de votre décision, comme l’indique votre article, permettez-moi de vous présenter mes excuses. Vous présenter mes excuses pour avoir dit la vérité toutes ces années. J’aurais dû intégrer le fait que la vérité ne vous était pas acceptable, et agir en conséquence.

Cela n’a pas été agréable pour vous de lire les thèses développées par ma collègue correspondante du Haaretz Amira Hass et par moi sur l’occupation. Vous, qui êtes actifs au sein du Rotary Israël, vous qui venez du monde des affaires, vous qui êtes si fiers de vos enfants et du fait qu’ils vivent en Cisjordanie. Votre fils a été élevé dans l’académie de préparation militaire d’Eli, et vos petites filles portent fièrement le nom de famille de Sheetrit [1] . Vous, qui êtes si satisfaits de vous-mêmes et de vos valeurs, avec vos enfants et votre morale, ne pensiez pas que vous pourriez « être » contraints de lire des vérités désagréables. Vous ne le méritiez simplement pas.

En vérité, comment aurais-je pu passer toutes ces années à écrire des articles dont même vous, généreusement, admettez qu’ils étaient touchants sans avoir jamais vérifié, à ma grande honte, comment ces familles palestiniennes étaient conduites à ces situations difficiles ? Réellement, comment cela a-t-il pu se produire ? Bien sûr, c’est complètement de leur faute, alors que je critique les Forces Armées Israéliennes – comment ai-je pu faire cela ? Et comment Amira Hass peut-elle être aussi partiale et sans vision qui puisse expliquer comment un peuple peut préférer la destruction d’un autre peuple à une société démocratique ? Vraiment, comment peux-tu faire cela, Amira ?

Je suppose, Moshe, que s’ils t’avaient envoyé derrière les barreaux pendant des années, tu continuerais ton mandat de membre du Rotary et refuserais de soutenir un combat contre ton incarcération. Je suppose, Orna, que si des soldats étrangers faisaient irruption dans ta maison au milieu de la nuit et arrêtaient ton Moshe sous tes yeux, le rouaient de coups, l’obligeaient à se mettre à genoux, lui bandaient les yeux, le menottaient et le frappaient devant vos enfants qui étudient à Eli – et ensuite l’arrachaient à son foyer pour des mois sans procès -, tu chercherais une « mission créative » au service de ton peuple.

Je suppose que vous, qui venez du monde des affaires, accepteriez avec amour ceux qui confisquent votre propriété et vous expulsent de votre terre. Je suis sûr qu’il ne vous arriverait jamais de combattre contre ceux qui vous ont torturé avec autant de cruauté pendant tant d’années.

Que pouvons-nous faire ? Les Palestiniens sont différents de nous, chers Orna et Moshe. Ils ne sont pas nés sur de nobles hauteurs comme nous. Ce sont des animaux humains, assoiffés de sang, nés pour tuer. Ils ne sont pas tous aussi éthiques que vous et vos enfants de l’académie d’Eli. Oui, ce sont des gens qui se battent pour leur liberté. Ce sont des gens qui sont obligés de le faire par la violence. En fait, il n’y a quasiment pas de nations qui n’aient pas agi de cette manière, y compris le peuple élu auquel vous êtes fier d’appartenir. Que dis-je, appartenir ? Vous êtes la Colonne de Feu qui guide le camp, vous êtes les meilleurs, l’élite morale – vous les sionistes religieux.

Je m’excuse pour ma partialité. Comment n’ai-je pas pu équilibrer mon propos entre le meurtrier et la victime ; le voleur et le volé ; l’occupant et l’occupé ? Pardonnez-moi d’oser gâcher votre joie dans la Terre où coulent le lait et le miel, et les tomates cerises aussi. Il y a des choses tellement merveilleuses dans ce pays, et Haaretz -avec sa « détérioration morale » comme vous dites- gâche la fête. Comment n’ai-je pas compris que vous ne voulez pas lire la vérité, et comment n’ai pas pris ceci en compte en rentrant chaque semaine des Territoires Occupés pour écrire sur ce que j’avais vu de mes propres yeux ? Mais c’est maintenant trop tard. L’appel à boycotter le chocolat à tartiner [2] a été la goutte de trop même pour vous, et vous avez décidé de boycotter Haaretz. A partir de maintenant, le seul journal sur votre table de petit déjeuner sera l’hebdomadaire de droite Makor Rishon. Ils ne publieront rien sur la manière dont les soldats des forces armées israéliennes ont criblé de balles cinq occupants palestiniens d’une voiture il y a trois semaines, et je suis sûr que vos shabbats seront beaucoup plus agréables à partir de maintenant.

Gidéon LEVY, Correspondant du Haaretz, le 20 Avril 2017 à 10 h 19

Traduit pour l’AFPS par Antoine B.

[1] Meir Sheetrit (né le 10 octobre 1948) est un homme politique israélien. Il a été député à la Knesset pendant deux mandats pour le Likoud entre 1981 et 1988, et de nouveau de 1992 jusqu’à 2005, quand il a rejoint le parti Kadima. Il est resté député à la Knesset pour Kadima jusqu’à ce qu’il rejoigne Hatnuah en 2012, qu’il a représenté jusqu’en 2015. Il a détenu plusieurs postes ministériels, Ministre de l’Intérieur, Ministre du Logement et de la Construction, Ministre des Finances, Ministre de la Justice, Ministre des Transports et Ministre de l’Education, de la Culture et des Sports.

[2] Le journal israélien de gauche Haaretz a, en mars 2017, appelé à boycotter les pots de chocolat à tartiner de la société israélienne « Shah’ar » qui contribue à la colonisation de la Cisjordanie.

 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Haaretz.com (Israel) - dans Regards Régional
commenter cet article

commentaires