Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 03:55

Le discours de Donald Trump sur l'islam se transforme en discours contre l'Iran

 
 
 

Pour la seconde journée de son déplacement en Arabie Saoudite, Donald Trump a fait un discours devant les représentants d'une cinquantaine de nations musulmanes, dont 37 chefs d'Etat ou de gouvernement. Il a appelé à "isoler" l'Iran.

 

 
Donald Trump dimanche à Ryad, devant Reince Priebus, sa fille Ivanka Trump et son gendre et conseiller, Jared Kushner. (Reuters)
 
Ce dimanche à Ryad, il a voulu porter un message "d'amitié, d'espoir et d'amour" au monde musulman. Donald Trump a prononcé un discours très attendu sur l'islam, devant les représentants d'une cinquantaine de nations musulmanes, dont 37 chefs d'Etat ou de gouvernement, réunis dans la capitale d'Arabie Saoudite. Le président des Etats-Unis a exhorté les pays musulmans à n'offrir aucun "refuge aux terroristes" et a annoncé un accord avec les pays du Golfe pour lutter contre le financement du "terrorisme".

Lire aussi : Donald Trump peut-il se refaire une santé sur la scène mondiale?

"Toutes les nations dotées d'un sens des responsabilités doivent travailler ensemble pour isoler l'Iran"

Mais le leader américain a également appelé dimanche tous les pays à s'unir contre l'Iran... "Du Liban à l'Irak en passant par le Yémen, l'Iran finance, arme et entraîne des terroristes, des milices et d'autres groupes terroristes qui répandent la destruction et le chaos à travers la région", a déclaré Donald Trump dans son discours. "En attendant que le régime iranien montre sa volonté d'être un partenaire dans la paix, toutes les nations dotées d'un sens des responsabilités doivent travailler ensemble pour l'isoler", a-t-il dit, en accusant même la République islamique d'attiser "les feux du conflit confessionnel et du terrorisme", pour le grand plaisir des monarchies sunnites du Golfe dont l'Arabie saoudite, qui redoutent l'influence de leur grand rival chiite. Quelques minutes avant lui, le roi Salmane d'Arabie saoudite, s'était livré à une attaque en règle contre l'Iran qu'il a qualifié de "fer de lance du terrorisme mondial".

Donald Trump a par ailleurs dénoncé un pays "responsable de tant d'instabilité dans la région". Déjà samedi, au moment de la signature de mégas-contrats avec l'Arabie Saoudite, le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, avait mis la pression sur le régime de Téhéran en soulignant sa "mauvaise influence" dans la région. Une réaction plutôt glaciale à la réélection vendredi du président modéré Hassan Rohani, à la tête de l'Iran...

Le terrorisme, "une bataille entre le bien et le mal"

Contraste saisissant avec sa rhétorique de campagne, au cours de laquelle il avait affirmé que "l'islam nous déteste", le magnat de l'immobilier a longuement insisté sur le fait que ce combat n'est pas "une bataille entre religions". "C'est une bataille entre des criminels barbares qui essaient d'anéantir la vie humaine et des gens bien de toutes religions qui cherchent à la protéger", a-t-il lancé. "C'est une bataille entre le bien et le mal", a ajouté celui qui a été accusé d'alimenter l'islamophobie et qui, au début de sa campagne, avait proposé de fermer purement et simplement l'accès aux Etats-Unis aux musulmans.

Comme c'est le cas depuis son arrivée au pouvoir, Donald Trump s'est gardé de toute critique sur la question des droits de l'Homme, devant un parterre de dirigeants dont nombre d'entre eux sont régulièrement montrés du doigt par les organisations internationales. Revendiquant un contraste marqué avec son prédécesseur démocrate Barack Obama sur ce thème, Donald Trump assure qu'il préfère agir dans la discrétion, gage, selon lui, d'une plus grande efficacité. "Nous ne sommes pas ici pour donner des leçons, nous ne sommes pas ici pour dire aux autres comment vivre", a-t-il affirmé.

Lire aussi : Les Iraniens plébiscitent l'ouverture avec Hassan Rohani

 
  • Par Arnaud Focraud
 
 
 
 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Partager cet article

Repost 0
Published by JDD.fr - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires

mehdi mountather 14/10/2017 13:06

Donald Trump gendarme de satan de guerre en guerre comme Hitler pharaon pire Daech aux gouverneurs et aux sénateurs républicains et démocrates la CIA FBI Pentagone de limogé Donald Trump le 16.10.2017 pour éviter la fin des américains et la fin de leurs villes par ces punitions d' ALLAH violent feu de forêt séisme plus 7 tsunami volcan apocalyptique ouragan pire Irma les tornades les météorite astéroïde ALLAH a punit Usa par ce feu de forêt en Californie les ouragans Harvey Irma Nate séisme a Alaska pour leurs guerres contre les pays musulmans et leurs aide a israél ce séisme a Washington de 3.4 le 12.10.2017 avertissement d' ALLAH pour Donald Trump.

mehdi mountather 15/06/2017 14:40

L'islam religion d' ALLAH pour l'humanité au président Donald Trump et aux américains de se convertir a l'islam immédiatement avant ces dix derniers jours de Ramadan 2017 pour éviter la mort par un séisme plus 7 tsunami l'éruption de volcan Yellowstone astéroïde les tornades feu de forêt déluge si la fin du monde Ramadan 2017 aux êtres humains de se convertir a l'islam pour éviter l'enfer.

mehdi mountather 22/05/2017 10:48

Ces 400 milliards de dollars de Salmane en président Donald Trump l'argent des pauvres de monde entier ces 400 milliards pour exterminer les musulmans en Afghanistan en Irak en Syrie en Yémen et pour que les israéliens extermine Hamas et les palestiniens si la fin du monde le 26 Mai 2017 Salmane Al-Sissi Bachar Assed les dictateurs arabes et Daech les premiers a l'enfer avec pharaon avant Trump et Netanyahu aux non musulmans de se convertir a l'islam pour éviter l'enfer l'imam mehdi des chiites n'arrive pas parce qu'il n'existe pas.