Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 09:58
La Libye, plaque tournante du djihadisme mondial
 
 
 
 
  Malgré les coups assénés ces deux dernières années aux organisations djihadistes en Libye, le pays occupe toujours une place importante sur la carte djihadiste mondiale.
 
 
La Libye, plaque tournante du djihadisme mondial
 
 
Des soldats de l'armée nationale libyenne en patrouille à Qanfudah au sud de Benghazi. (Photo : AFP)
Par Kamel Abdallah
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
05-07-2017
 
 
 
 
Au cours des deux dernières années, l’Egypte, avec l’Italie, l’Al­lemagne et le Royaume-Uni, trois pays européens qui suivent de près les évolutions en Libye depuis 2011, ont relevé les liens importants qu’en­tretenaient des terroristes actifs en Europe avec les réseaux djihadistes en Libye. Ce fut le cas, par exemple, de Salman Abedi, auteur de l’attentat suicide de Manchester.
 
Les services de renseignements allemands ont, de leur côté, intercepté des appels entre un extrémiste et des membres d’un groupe affilié à Daech, acculés dans le sud de la ville de Syrte. Rappelons que la coalition militaire d’Al-Bunyan Al-Marsous, fidèle au Gouvernement d’Union Nationale (GUN), a réussi fin 2016 à récupérer le contrôle de la ville de Syrte des mains de Daech.
 
Alors que depuis deux ans, plusieurs forces libyennes, que ce soit à l’est du pays comme l’armée nationale du général Khalifa Haftar, ou à l’ouest comme Al-Bunyan, le Conseil mili­taire de la ville libyenne de Sabratha, ou encore le Conseil consultatif des Moudjahidine de Derna (qui se reven­dique d’Al-Qaëda), ont toutes com­battu, pour des raisons diverses, Daech à Derna, Benghazi, Syrte et Sabratha. Malgré l’efficacité de ces combats qui ont réussi à déloger les combattants de Daech de leurs bas­tions, la crise politique, les divisions institutionnelles et la guerre civile ont vidé ces avancées sur le terrain de tout sens.
 
Plusieurs incidents prou­vent que Daech a réussi à conclure des arrangements avec certaines par­ties belligérantes en Libye.

 

Ainsi, dans la ville de Derna, des éléments du groupe extrémiste ont pris la fuite vers Syrte en juin 2016 après des combats contre le Conseil consultatif des Moudjahidine de Derna. Leur convoi n’a rencontré aucune résis­tance de la part de l’armée nationale qui, pourtant, dispose de plusieurs postes à Benghazi et Ajdabiya sur la route menant à Syrte. Le même scé­nario s’est reproduit à Benghazi en janvier 2017, suscitant des points d’interrogation dans les milieux locaux. Les rapports des experts onu­siens ont noté ces deux dernières années une activité accrue des com­battants de Daech dans plusieurs zones du pays, ainsi que les relations qu’ils ont tissées avec certains acteurs locaux. Ces mêmes rapports, dont le plus récent a été soumis au Conseil de sécurité le mois dernier, expliquent comment Daech a exploité les divi­sions politiques qui minent le pays pour se procurer des armes et des munitions auprès des milices locales. De même source, on ajoute qu’à Syrte, lors des combats opposant les forces d’Al-Bunyan à Daech, ce der­nier avait acheté des armes et des munitions à Oussama Al-Jedran, frère d’Ibrahim Jedran, responsable des gardiens des sites pétroliers.

Deux listes terroristes

En parlant de terrorisme en Libye, il existe une liste internationale et une autre locale. Celle de l’Onu inclut des groupes comme Ansar Al-Charia, Al-Qaëda et l’Etat islamique. A ces trois organisations, les autorités libyennes ajoutent d’autres groupes comme les Frères musulmans, le Groupe Islamique Combattant en Libye (GICL, Al-Gamaa Al-Islamiya Al-Moqatila), ainsi que certains groupes d’opposition. La liste locale des groupes terroristes est donc plus aléatoire et contribue à l’aggravation de la crise dans la mesure où elle inclut les opposants. Le mois dernier, dans la foulée de la rupture des rela­tions diplomatiques avec le Qatar, le Comité libyen de défense et de sécu­rité nationales (qui dépend du Conseil des députés et du gouvernement de transition) a ajouté une cinquantaine de noms, dont des hommes poli­tiques, à la liste des entités terroristes. Depuis 2014, un nouveau front terro­riste est apparu en Libye, regroupant des groupuscules et des milices armées d’obédience islamiste, dont le Conseil consultatif des révolution­naires et le Conseil consultatif des Moudjahidine, qui ont fait leur appa­rition à Derna, Benghazi et Ajdabiya. Le Conseil des Moudjahidine de Derna, à titre d’exemple, regroupe des éléments appartenant aux Frères musulmans et d’autres appartenant au Bataillon des martyrs d’Abou-Sélim (ex-combattants de la Gamaa des combattants libyens dissoute en 2009). Sans parler d’Ansar Al-Charia, ce groupuscule créé en juin 2012.

Alors qu’un Conseil consultatif des révolutionnaires de Benghazi vient d’être créé dans cette ville. Il regroupe des milices islamistes, des jeunes habitants et des éléments d’Ansar Al-Charia, qui fait aussi partie du conseil d’Ajdabiya. Ces conseils consultatifs des révolutionnaires et des Moudjahidine qui combattent l’armée nationale du général Haftar ne comptent pas dans leurs rangs des éléments de Daech. En fait, leur rela­tion avec celle-ci oscille entre l’hosti­lité (comme c’est le cas à Derna) et la coopération (comme c’est le cas à Benghazi et Ajdabiya).

Cette coopé­ration a, bien entendu, alimenté la guerre qui fait ravage dans le pays, ainsi que l’hostilité vis-à-vis de l’ar­mée nationale du général Haftar. Au sein même d’Ansar Al-Charia, il y a eu une division entre des conseils consultatifs et les partisans de Daech, ce qui a eu pour résultat la dissolution du groupe en juin dernier dans la foulée des pertes qu’il a subies dans les combats et de l’assassinat de la majorité de ses cadres.

 

Daech, le plus actif

Parmi cette multitude de groupus­cules et d’organisations djihadistes, c’est Daech qui a été le plus actif en Libye durant ces trois dernières années. Pour ce qui est d’Al-Qaëda, cette organisation a fait de la Libye une base logistique pour ses attentats dans les pays voisins, dont les plus récents ont été perpétrés à Ain Amenas, dans le sud-est de l’Algérie, et trois autres attentats au Niger. Cela dit, Al-Qaëda n’a pas eu le même niveau d’activité en Libye que le groupe Daech lequel, malgré les frappes qui l’ont affaibli, reste actif dans plusieurs régions du pays.

Les Libyens, qui sont générale­ment attachés à leur culture et au système de valeurs de leur société, semblent rejeter les organisations djihadistes. Ce constat est aussi valable au sein même de ces organi­sations. En juin 2016, un comman­dant de Daech à Syrte, Abou-Azzam Al-Yamani, a envoyé une missive à ses supérieurs se plaignant du mau­vais traitement des membres venus de l’étranger par les autochtones. Il souligne que les Libyens sont atta­chés aux habitudes tribales et refu­sent de se soumettre aux ordres, se considérant comme plus méritants que ceux de passage. Néanmoins, la guerre civile, les divisions et la pola­risation politique qui sévissent depuis 2011 ont offert un terreau propice aux organisations djihadistes qui ont su exploiter le conservatisme de la société libyenne pour se procu­rer un refuge auprès des grandes familles tribales.

Chercheur au Centre des Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram

 

http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/0/10/124/25316/La-Libye,-plaque-tournante-du-djihadisme-mondial.aspx

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Partager cet article

Repost 0
Published by Al Ahram Hebdo.org.eg (Egypte) - dans Regards Régional
commenter cet article

commentaires