Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 01:20

L’Allemagne et la Grande-​​Bretagne bloquent une can­di­dature pales­ti­nienne au groupe inter­na­tional sur le com­merce des olives


Amira Hass, Ha’aretz, lundi 2 décembre 2013

Note de l’AFPS : Outre­passant les condi­tions dras­tiques imposées à l’OLP par Israël et les Etats-​​Unis pour la tenue des dis­cus­sions israélo-​​palestiniennes (renon­cement à toute can­di­dature aux diverses orga­ni­sa­tions de l’ONU), des membres de l’UE lui inte­disent main­tenant de par­ti­ciper aux acti­vités tech­niques d’une simple agence inter­gou­ver­ne­mentale. Y a-​​t-​​il des limites à l’abus de faiblesse ?

Des sources diplo­ma­tiques affirment que laisser les Pales­ti­niens rejoindre ce conseil pourrait faire obs­tacle aux dis­cus­sions de paix.

 

Les Pales­ti­niens ont été obligés de geler leur can­di­dature en tant qu’état membre au Conseil inter­na­tional de l’olive du fait de l’opposition de l’Allemagne et de la Grande-​​Bretagne.

 

Selon des sources diplo­ma­tiques euro­péennes, les repré­sen­tants alle­mands et bri­tan­niques ont affirmé qu’en per­mettant aux Pales­ti­niens de joindre le conseil, on ris­quait d’entraver les dis­cus­sions israélo-​​palestiniennes que se tiennent actuel­lement sous les aus­pices amé­ri­caines. La reprise des dis­cus­sions avait été condi­tionnée à la libé­ration de pri­son­niers pales­ti­niens contre une pro­messe pales­ti­nienne de ne pas essayer de rejoindre diverses orga­ni­sa­tions de l’ONU et de ne pas s’adresser à la Cour pénale inter­na­tionale de La Haye.

 

La demande pales­ti­nienne, qui avait été pré­parée cet été par le Ministère des affaires étran­gères pales­ti­nienne à Ramallah au nom de l’Etat de Palestine, devait être votée lors d’une réunion du conseil de l’olive à Madrid ce week-​​end.

 

Les repré­sen­tants du Service européen d’action exté­rieure [le service de Mme Ashton, ndlt] ont soutenu que ce conseil est un orga­nisme purement tech­nique, et qu’il ne tombe donc pas dans la caté­gorie des orga­ni­sa­tions que les Pales­ti­niens ont promis de ne pas rejoindre. En outre, ont-​​ils soutenu, une adhésion don­nerait accès aux Pales­ti­niens à de l’assistance tech­nique dans une industrie vitale pour leur éco­nomie. Mais ce point de vue n’a pas influencé la Grande Bre­tagne ni l’Allemagne qui se sont toutes deux opposées à cette candidature.

 

Les états membres de l’UE sont repré­sentés au conseil de l’olive par une délé­gation commune, ce qui entraîne que, si ces états ne réus­sissent pas à atteindre un consensus sur une question donnée, la règle est que la délé­gation doit s’abstenir de voter.

 

Ainsi, les Pales­ti­niens ont réalisé que, malgré le soutien à leur can­di­dature du Service d’action extérieu, ils ne béné­fi­cie­raient pas de la voix de l’UE, et ils ont préféré ne pas subir un échec diplo­ma­tique. Ils alors décidé, selon les décla­ra­tions d’officiels pales­ti­niens à Haaretz, de reporter leur can­di­dature à un moment plus opportun.

 

Le Bureau du repré­sentant de l’UE à Jéru­salem Est a indiqué : “L’adhésion à l’IOC est dans la droite ligne des efforts de construction des ins­ti­tu­tions que l’UE continue à sou­tenir et sur les­quels elle a tra­vaillé depuis des années. Dans ce contexte, l’UE juge favo­ra­blement l’amélioration des capa­cités tech­niques pales­ti­niennes dans le secteur de l’huile d’olive.”

 

En octobre dernier, le ministre des affaires étran­gères de l’AP, a exhorté le Conseil inter­na­tional de l’olive de prendre des mesures d’urgence pour la pro­tection des oli­viers de Cis­jor­danie contre les attaques de colons. Il a aussi exhorté la com­mu­nauté inter­na­tionale, et en par­ti­culier les membres du Quatuor (États-​​Unis, Nations unies. Union euro­péenne et Russie) de condamner ces attaques.

 

D’après les données col­lectées par l’Office des Nation Unies pour la coor­di­nation des affaires huma­ni­taires, environ 10 000 oli­viers et jeunes arbres ont été déra­cinés ou endom­magés direc­tement lors d’attaques d’Israéliens depuis le début 2013, en aug­men­tation par rapport au chiffre d’environ 8 500 en 2012.

 

Interrogé à ce sujet, le Bureau du repré­sentant de l’UE à Jéru­salem Est a indiqué à Haaretz : 

“L’UE a condamné les vio­lences per­ma­nentes des colons et leurs pro­vo­ca­tions déli­bérées contre les civils pales­ti­niens. Elle demande régu­liè­rement aux auto­rités israé­liennes de déférer les auteurs de ces vio­lences à la justice et de remplir leurs obli­ga­tions en droit inter­na­tional.”

Tra­duction AFPS/​RP



http://www.france-palestine.org/L-Allemagne-et-la-Grande-Bretagne

Partager cet article

Repost 0
Published by Haaretz.com (Israel) / AFPS.org - dans Regard régional
commenter cet article

commentaires