Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 09:31
  1.  
  2. Israeli forces suppress weekly march in Kafr Qaddum
  3. Ashrawi: Netanyahu's call to dismantle UNRWA 'epitome of arrogance'
 
300,000 worshipers perform prayers at Al-Aqsa Mosque on 3rd Friday of Ramadan
June 16, 2017 9:02 P.M. (Updated: June 16, 2017 10:09 P.M.)
 
JERUSALEM (Ma’an) -- Around 300,000 Muslim worshipers arrived to the Al-Aqsa Mosque compound in occupied East Jerusalem on the third Friday of the holy month of Ramadan.

Israeli forces were heavily deployed in the city’s streets leading to Al-Aqsa Mosque, as well as at the gates of Al-Aqsa mosque.

General Director of the Islamic Endowment (Waqf), which manages the compound, Sheikh Azzam al-Khatib told Ma’an that more than 300,000 worshipers performed prayers at Al-Aqsa on Friday.

He expressed his appreciation for the mosque’s guards and workers who organized movement inside the compound, and helped Palestinian worshipers who came from the occupied West Bank and besieged Gaza Strip, along with foreign nationals from the US, Britain, Turkey, Africa, Jordan, and France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
 
 
 
Repost 0
Published by Ma'an News agency.com (Palestine) - dans Regards Régional
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 08:06

Si l’on en croit nos principaux médias, il ne se passe rien en Palestine occupée.

 
 
 
 

16 06 2017 • 1 h 55 min

 

Du 5 au 10 juin, Israël a assassiné 5 civils palestinien-nes en Cisjordanie occupée et à Gaza. Les morts se succédant sans que les principaux médias français les relèvent, vous trouverez ci-dessous le recensement de ces meurtres commis par l’armée israélienne, uniquement pour cette période.

Ils – Elles s’appellaient :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Muhammad Taha : Dans la nuit du 5 Juin 2017, ce jeune palestinien de 27 ans est mort après avoir été touché au visage et à la poitrine par les balles d’un agent de sécurité privé israélien, lors d’un rassemblement pacifique, devant le commissariat de Kafr Qassem, pour la protection des habitants de cette ville.

 

Fadi Ibrahim Najjar : Egalement dans la nuit du 5 Juin, dans la ville de Khuza’a à Gaza, ce jeune palestinien de 25 ans, sergent-chef palestinien de la police de la circulation, s’est fait tirer dessus par un soldat israélien. Touché à l’abdomen, il succombe à ses blessures. L’assassinat a eu lieu après que les soldats ont ouvert le feu sur des Palestiniens protestant sur leurs terres, près de la frontière, dans la ville Khuza’a, à l’est de Khan Younis, dans la partie du sud de la région côtière.

 

Mohammed Majed Bakr : Ce pêcheur palestinien de 25 ans, a été tué près de la rive de Gaza après qu’un bateau de la marine israélienne a ouvert le feu sur son bateau de pêche.

 

Raed Ahmad Radayda : Habitant d’ al-‘Obeydiyya, ce jeune garcon de 15 ans a été assassiné par un soldat de l’armée israélienne qui a prétendu, mensongèrement, qu’il courait vers les soldats avec un couteau. L’armée israélienne n’a pas rapporté de blessures parmi les soldats.

Aaid Jomaa : Originaire de la ville de Jabalya au nord de la bande de Gaza, âgé de 34 ans, tué le vendredi 9 Juin par l’armée israélienne. Il manifestait avec 300 autres personnes, les soldats israéliens qui se trouvaient dans cette zone ont ouvert le feu, tuant l’homme et en blessant six autres.

Le média alternatif » Freehaifa » souligne que l’assassinat de Palestiniens par l’armée et la police israélienne est un événement quotidien à Jérusalem et en Cisjordanie.

 

Source : IMEMC ; IMEMC ; IMEMC ; Freehaifa

 

Fiche d’information réalisée par l’Agence Média Palestine

 

http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2017/06/16/si-lon-en-croit-nos-

medias-il-ne-se-passe-rien-en-palestine-occupee/

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
  

 

 

 

 

 

 

 

 

 
  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by IMEMC./FreeHaifa - dans Regards Régional
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 08:00

'We just wanted to pray': Palestinians face humiliation in Bethlehem's 300 checkpoint

 
 
 
June 16, 2017 1:29 P.M. (Updated: June 16, 2017 1:42 P.M.)
 
 
A Palestinian child stands near armed Israeli soldiers at 300 checkpoint to enter Jerusalem for Friday prayers during Ramadan (MaanImages/Wajdi al-Jaafari)
By: Wajdi al-Jaafari

 

BETHLEHEM (Ma'an) -- “All we wanted to do was pray,” Baraa Jawabreh, a 14-year-old Palestinian told Ma’an at Israel’s infamous 300 military checkpoint in northern Bethlehem, after Israeli forces denied the teenager entry as he was attempting to enter occupied East Jerusalem to pray at Al-Aqsa for the third Friday of the Muslim holy month of Ramadan.

During Ramadan, Israeli authorities permit men above the age of 40, women of all ages, and children younger than 12 years of age from the occupied West Bank to enter Jerusalem without a permit on Fridays, while all others are only allowed to enter with Israeli-issued permits.

Palestinians must endure long waits at the 300 checkpoint, the only access point Palestinians from the southern occupied West Bank have to Jerusalem.

Hundreds of Palestinians crowd into the cement and metal barred walkways, push through turnstiles, pass a metal detector, and show their IDs and permits to Israeli soldiers in order to travel to Al-Aqsa for prayers. The process can at times take hours and hot summer temperatures coupled with fasting means frustrations are high.

The Palestinian Red Crescent was in the area assisting elderly Palestinians and those with special needs through the checkpoint.

 
Palestinians crowd into 300 checkpoint in northern Bethlehem to enter Jerusalem for Friday prayers at Al-Aqsa Mosque (MaanImages/Wajdi al-Jaafari)
Israeli forces have also set up a roadblock outside the checkpoint in order to restrict Palestinian traffic. Israeli soldiers have painted the roadblock white and blue, the colors of the Israeli flag.

For cousins Hussein and Baraa Jawabre, both aged 14, the process was futile. They were sent back by Israeli soldiers at the permit check, due to Israel’s age restrictions. The cousins were among thousands of other Palestinian children prevented entry into Jerusalem for prayers on Friday.

“I have attempted to reach Jerusalem three times, but each time the soldiers have banned my cousin and I from entering,” Hussein told Ma’an at the checkpoint. “We woke up very early and we were happy to pray at Al-Aqsa.”

But, “the occupation prevented us,” Hussein added. The cousins had travelled all the way from the al-Arroub refugee camp in Hebron city to try and enter Jerusalem for prayers.

 
A Palestinian child waits at the 300 checkpoint surrounded by Israeli soldiers (MaanImages/Wajdi al-Jaafari)
Palestinian women told Ma’an that they were humiliated while crossing the checkpoint, as Israeli soldiers forced them to remove their niqabs in front of hundreds of other men and women, an act that can be degrading and embarrassing to Muslim women, and despite the existence of special rooms in the checkpoint for Israeli soldiers that could have easily been used in order to provide privacy for the women.

 

One woman who was forced to remove her niqab, who preferred not to be named,” told Ma’an that she was forced by Israeli soldiers to unveil herself, which she grudgingly conceded to “in order to achieve my dream of praying at Al-Aqsa Mosque.”
 
A Palestinian woman being told to remove her niqab by an Israeli soldier (MaanImages/Wajdi al-Jaafari)
Thousands of Palestinians traveled to occupied East Jerusalem on Friday to perform prayers, while Israel employed a heavy number of Israeli police and soldiers throughout the Old City, leading to Al-Aqsa.

 

The Al-Aqsa Mosque compound, which sits just above the Western Wall plaza, is venerated as Islam’s third holiest site. Hundreds of thousands of Palestinians are allowed access to the site during the month of Ramadan, but are mostly restricted from entering Jerusalem throughout the rest of the year.

 

While Israel’s increase in permits for Palestinians during Ramadan is typically seen as a goodwill gesture on behalf of the Israeli government, this year has seen heightened restrictions for Palestinians compared to previous years, particularly for Palestinians from the besieged Gaza Strip.

 

"The violation of the rights to freedom of movement and freedom of religion, and the threat of collective punishment if conditions are not met by individual worshippers, only emphasize the punitive and arbitrary nature of the permit regime, as well as the depth of Israel’s continuous control over the Gaza Strip," Israeli rights group Gisha recently stated.
 
A Palestinian man shows his permit to an Israeli soldier at 300 checkpoint (MaanImages/Wajdi al-Jaafari)
 
 
 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Ma'an News agency.com (Palestine) - dans Regards Régional
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 07:51

Publish Date: 2017/06/15

 
Arab League: Israel upholds oppressive measures against Palestinians
 
 
 
  1. JUNE 15, 2017 (WAFA) - The Arab League Thursday said Israel continues its repressive measures and grave violations of the Palestinian people and in violation of international law.

In its report on Israel’s violations in May 2017, the Arab League said Israel arrested more than 370 Palestinians, including 50 children.

“The detention of Palestinian children has increased in a dangerous and unprecedented rate during the years 2015-2016.”

  1. authorities also razed approximately 100 dunums in Salifit and seized 9858 dunums in Jenin.

Construction work continued outside the settlement blocs in the occupied West Bank, the report pointed out, especially in major Israeli settlements such as Gush Etzion in the southern West Bank, Ariel, and Ma'aleh Adumim, east of occupied Jerusalem.

According to the report, the Israeli Knesset ratified the so-called "national law", which aims to erase the Palestinian identity.

Israel continued to forcibly displace Palestinians in East Jerusalem and impose a blockade on the Gaza Strip of the 11th year in a row.

According to the non-governmental Israeli Macro Center for Political Economics, Israel has spent more than $ 20 billion on the construction and expansion of West Bank settlements, and Jerusalem since 1967.

The report pointed out that that there are 600,000 settlers, including 400 thousand settlers in the West Bank, with their presence being a source of tensions with 2.6 million Palestinians in the West Bank and Jerusalem.

"That is why the Israeli government supported the construction of settlements in East Jerusalem. It wanted to use the city as a demographic barrier and isolate it from the Palestinian surroundings and consequently be fully in control of the city.”

The Israeli anti-settlement group Peace Now reported on bids and settlement plans that have been put forward for the year 2017. It said the percentage is three times larger than what was offered in 2016 of around 2,699 settlement units.

The report noted that the Gaza Strip has been severely, leading to an 80% increase in poverty due to the deterioration of economy and the worsening humanitarian crises.

According to the World's Bank 2016 report, unemployment rates in the Gaza Strip has jumped to 41.7%, the highest in the world.

The report stated that Israel has resumed the construction of the separation wall around the village of al Walaja, south of occupied East Jerusalem, which will surround the village from all sides and completely isolate it from its geographical contiguity with its Palestinian.

A.D/M.H

http://english.wafa.ps/page.aspx?id=EQXejTa91109411184aEQXejT

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by WAFA Palestine News & Information agency - dans Regards Régional
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 07:49

Israël déploie un dispositif de sécurité renforcé autour de Jérusalem-Est

 

 

- Des milliers de jeunes Palestiniens ont été interdits de prier à al-Aqsa.

 
Israël déploie un dispositif de sécurité renforcé autour de Jérusalem-Est
 
 
 
 
Repost 0
Published by Agence Anadolu.tr (Turquie) - dans Regards Régional
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 07:47

The PA’s wrongful actions towards Gaza residents do not mean Israel can shirk its responsibility for their fate

Published:
13 Jun 2017

Beit Lahiya, the Gaza Strip, 11 Jan. 2017. Photo: Mohammed Salem, Reuters

 

 

The Gaza Strip is in the throes of a humanitarian disaster. It is a crisis with severe, sometimes even fatal, consequences for the two million or so people living there. Without a regular power supply, all aspects of life are harmed; even the water and sewage systems are paralyzed, and untreated sewage flows straight into the Mediterranean. This reality is part of an Israeli policy, of the blockade Israel has imposed on Gaza for the past ten years, consigning its residents to living in abject poverty under practically inhuman conditions unparalleled in the modern world.

Despite this intolerable reality, the Israeli cabinet has decided to accept the Palestinian Authority’s cruel plan to further reduce the power supply to Gaza. Should the Israeli decision be implemented, the situation in Gaza will deteriorate even further, making the area virtually unlivable.

This is not some sort of natural disaster. Had that been the case, Israel would have likely sent in a humanitarian aid mission. Instead, the reality in Gaza is the result of Israel’s handiwork, achieved by its decade-long implementation of a brutal policy. Israel can, and must, change this reality.

 

http://www.btselem.org/press_releases/20170613_gaza_electricity

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by B'Tselem.org (Israel) - dans Regards Régional
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 07:43
Publish Date: 2017/06/16
Israeli forces shoot, injure two Palestinians with tear gas canisters near Bethlehem
 
 
 

BETHLEHEM, June 16, 2017 (WAFA) – Israeli forces Friday shot and injured two Palestinian youths with tear gas canisters as they tried to enter Jerusalem without entry permits, said security sources.

 

Sources told WAFA Israeli forces chased down a number of Palestinian youths to the east of Bethlehem as they attempted to enter Jerusalem to pray in al-Aqsa mosque compound.

Forces reportedly attacked the youths with tear gas canisters, injuring two in their 20s; one was struck in the head and the other in the back.

 

They were both transferred to hospital for medical treatment, where their conditions were described as moderate.

T.R.

 

 

http://english.wafa.ps/page.aspx?id=nWjme1a91112266443anWjme1

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Repost 0
Published by WAFA Palestine News & Information agency - dans Regards Régional
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 07:39
Le Qatar sous haute pression
 
 
 
 
 
Après la rupture des relations diplomatiques entre le Qatar et six pays, le petit émirat maintient un silence précaire. Une réconciliation ne semble pas envisageable si Doha ne fait pas de concessions.
 
 
 

Samar Al-Gamal

14-06-2017

 
 
 
 

 

Le Qatar attire depuis deux semaines l’attention du monde entier. La fronde arabe contre le riche émirat pétrolier, accusé de soutenir et financer le terrorisme et de déstabiliser la région, provoque bien des remous. Même si les conséquences de l’isolement diplomatique imposé notamment par l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte sont encore difficiles à mesurer, les premiers impacts se font déjà ressentir sur le plan économique (lire page 5).

 

Le Qatar a pourtant choisi pour l’instant de jouer la carte de l’apaisement en annonçant qu’il ne prendrait aucune mesure de rétorsion contre les ressortissants des pays « frères et amis qui ont rompu ou réduit leurs relations diplomatiques », selon un communiqué du ministère qatari de l’Intérieur. « Difficile pourtant de savoir ce qui se passerait dans deux semaines par exemple », estime Moustapha Kamel Al-Sayed, professeur de relations internationales à l’Université du Caire. « Il est encore tôt pour parler des conséquences stratégiques de cette crise », ajoute-t-il, en précisant que la famille régnante du Qatar a plus ou moins maintenu le silence.

En même temps, Doha a fait appel au cabinet d’avocats de John Ashcroft, un ancien secrétaire à la Justice sous Georges Bush junior, pour tenter de désamorcer la crise diplomatique avec ses voisins du Golfe et les Etats-Unis. Le cabinet a conclu un contrat d’un montant de 2,5 millions de dollars et d’une durée de 90 jours avec l’émirat pour vérifier et évaluer les efforts du Qatar en matière de lutte contre le terrorisme, alors que le président américain, Donald Trump, avait accusé Doha « d’avoir historiquement financé le terrorisme à un très haut niveau ».

Parallèlement, des médiations timides commencent à prendre forme. L’une est menée par le Koweït, autre pays du Golfe, mais qui a choisi de se démarquer de ses voisins du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) et maintient, tout comme le Sultanat d’Oman, les relations avec le voisin qatari. L’émir du Koweït, cheikh Sabah Al Ahmad Al Sabah, s’est ainsi rendu en Arabie saoudite et au Qatar pour tenter de trouver une issue à ce conflit. Son ministre des Affaires étrangères a, dans des déclarations à l’agence officielle, affirmé que le Qatar était désormais « prêt à comprendre les inquiétudes de ses voisins et à réagir aux efforts déployés pour trouver une solution à cette crise ».

Aucun détail n’a filtré sur le contenu de la médiation, mais le Koweït insiste sur la nécessité de parvenir à un règlement. C’est le Koweït qui avait permis le rétablissement des relations entre Doha d’un côté et Riyad, Manama et Abu-Dhabi de l’autre, au terme d’une crise diplomatique en 2014.

La Russie, elle aussi, a proposé son aide. « Nous appelons les uns et les autres à s’asseoir à la table des négociations pour dialoguer dans le respect mutuel », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, après avoir rencontré son homologue qatari, cheikh Mohamad bin Abderrahmane Al Thani. L’essentiel pour Moscou dans cette crise est que ces divergences entre le Qatar et ses voisins ne débouchent pas sur des oscillations sur le marché des hydrocarbures. Le Qatar possède en effet les 3es réserves de gaz naturel au monde.

Quelle médiation ?

Il est à présent question de médiation, mais sous quelles conditions ? Les analystes estiment qu’une réconciliation est possible même si elle n’interviendra pas dans l’immédiat. Le Qatar serait amené à faire profil bas jusqu’à ce que la crise passe. La crise de 2014, moins importante, s’était achevée par une réconciliation avec le roi Abdallah d’Arabie, avant que Doha ne reprenne la même direction politique. Al-Sayed note que même si le Qatar maintient sa position, cela « n’aura pas d’effets sur le terrain car les présumées organisations qu’il soutient sont plus en plus faibles ».

Quant aux Frères musulmans, ils n’ont plus aucun poids en Egypte. « Les grands dirigeants de la confrérie sont basés en Turquie et non pas au Qatar. Et les chaînes de télévision destinées à l’Egypte n’ont presque aucune influence sur la rue », dit Al-Sayed.

Les analystes écartent en même temps qu’un renforcement de la pression sur Doha le pousse dans les bras de l’Iran, ennemi numéro un des Saoudiens. « Les relations avec l’Iran étaient fortes par le passé, mais Doha a toujours maintenu l’équilibre d’autant plus que le pays accueille la base militaire américaine d’Al-Udeid, qui abrite quelque 10 000 soldats américains », analyse Moustapha Kamel Al-Sayed. Moataz Salama, chercheur au Centre des Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram, estime que la solution passera par Washington. « La position des Américains est tranchante. Il est très difficile d’imaginer les pays du Golfe s’arrêter au milieu du chemin et revenir sur leurs positions après une telle escalade sans obtenir un changement clair de la part de Doha », souligne-t-il.

Abdel-Khaleq Abdallah, professeur de sciences politiques et conseiller du prince héritier, estime, lui aussi, que « la crise perdurerait et aucune réconciliation ne serait possible dans l’immédiat, et ce, à cause de l’obstination du Qatar ». (Lire entretien page 4). Le professeur égyptien estime que « le Qatar finirait peut-être par accepter de cesser le financement des Frères et continuerait à héberger certains de leurs dirigeants ou encore des opposants saoudiens et bahreïnis, mais avec les conditions de l’asile politique qui les empêchent de s’engager dans toute activité politique depuis son territoire ». En attendant, le pays peut survivre un certain moment sous les fortes pressions de ses voisins, grâce à ses ressources financières et ses relations avec la Turquie et l’Iran, mais non pas pour longtemps. Une concession est à l’horizon.

 

http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/1180/10/124/25214/Le-Qatar-sous-haute-pression.aspx

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Al Ahram Hebdo.org.eg (Egypte) - dans Regards Régional
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 07:35

Crise syrienne : Raqqa, la capitale de Daech cernée par les Kurdes

 

le 15.06.17 | 12h00

Forces démocratiques syriennes (FDS)

Forces démocratiques syriennes (FDS)

Forces démocratiques syriennes (FDS)

 

 

Les combats font rage à l’orée de la vieille ville de Raqqa, principal bastion du groupe terroriste autoproclamé Etat islamique en Syrie. «Il y a eu de violents combats contre Daech qui a énormément eu recours aux mines et aux tireurs embusqués et parfois aux voitures piégées», a souligné, mardi à la presse, la porte-parole de la campagne de Raqqa, Jihan Cheikh Ahmad. L’offensive anti-Deach est menée par les combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde engagée depuis novembre dans une campagne destinée à chasser l’EI de ce qui est depuis 2014 sa «capitale» en Syrie. Après être entrées dans cette ville du nord de la Syrie le 6 juin, les FDS se sont emparées d’un quartier dans l’est et d’un autre dans l’ouest. Et depuis lundi, elles tentent de faire tomber le quartier d’Al Senaa, situé aux portes de la vieille ville, où se trouvent d’importantes fortifications de l’organisation terroriste.

Malgré les nombreuses frappes des avions de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, l’EI oppose une résistance farouche. «Le quartier d’Al Senaa n’a pas encore été entièrement sécurisé en raison des attaques répétées des djihadistes», a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). D’après cette ONG, la prise d’Al Senaa marquera le début de la véritable bataille pour Raqqa, car les FDS s’attaqueront alors au centre, en commençant par la vieille ville. «Le centre-ville sera la principale bataille à Raqqa», a indiqué Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’OSDH. Ce secteur comprend un «grand nombre de tunnels et de combattants djihadistes», selon lui.

Le centre est en outre densément peuplé, ce qui devrait compliquer les opérations, comme c’est le cas actuellement à Mossoul, le fief de l’EI en Irak, où les forces de Baghdad se heurtent à une forte résistance de l’EI. Avant l’offensive, Raqqa comptait environ 300 000 habitants, dont 80 000 de déplacés venus d’autres parties de la Syrie. Après la fuite de milliers de personnes ces derniers mois, l’ONU estime à 160 000 le nombre d’habitants qui y vivent toujours, dans des conditions se détériorant de jour en jour.

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) a d’ailleurs appelé mardi à «un meilleur accès (...) aux dizaines de milliers de civils qui ont désespérément besoin d’assistance humanitaire», estimant à plus de 430 000 le nombre de personnes ayant besoin d’aide dans toute la province de Raqqa. «Jusqu’à présent, il n’y a aucune route viable disponible pour acheminer de l’aide», a déploré le HCR. A Raqqa même, les boulangeries sont fermées, faute de farine, selon des militants sur place. L’électricité est coupée et il y a d’importantes pénuries d’eau. D’après des ONG de défense des droits de l’homme, 88 civils, dont 18 enfants, ont été tués depuis le lancement de l’assaut sur la ville il y a une semaine.

 

L’ONG Human Rights Watch (HRW) a appelé, quant à elle, la coalition internationale, Daech et les FDS à «protéger les civils et à respecter les droits de l’homme en priorité dans l’offensive» de Raqqa. Il ne s’agit pas «juste de vaincre l’EI, mais aussi de protéger et de venir en aide aux civils qui ont souffert pendant trois ans et demi sous le règne de l’EI», a précisé Lama Fakih, directrice-adjointe de HRW pour le Moyen-Orient.

Aniss Z.

 

http://www.elwatan.com/international/crise-syrienne-raqqa-la-capitale-de-daech-cernee-par-les-kurdes-15-06-2017-347292_112.php

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by El Watan.com (Algérie) - dans Regards Régional
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 07:31
Le Qatar sous haute pression
 
Après la rupture des relations diplomatiques entre le Qatar et six pays, le petit émirat maintient un silence précaire. Une réconciliation ne semble pas envisageable si Doha ne fait pas de concessions.
 
 

Samar Al-Gamal

14-06-2017

 
 
 
Lire aussi
Le Qatar attire depuis deux semaines l’attention du monde entier. La fronde arabe contre le riche émirat pétrolier, accusé de soutenir et financer le terrorisme et de déstabiliser la région, provoque bien des remous. Même si les conséquences de l’isolement diplomatique imposé notamment par l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte sont encore difficiles à mesurer, les premiers impacts se font déjà ressentir sur le plan économique (lire page 5).

 

Le Qatar a pourtant choisi pour l’instant de jouer la carte de l’apaisement en annonçant qu’il ne prendrait aucune mesure de rétorsion contre les ressortissants des pays « frères et amis qui ont rompu ou réduit leurs relations diplomatiques », selon un communiqué du ministère qatari de l’Intérieur. « Difficile pourtant de savoir ce qui se passerait dans deux semaines par exemple », estime Moustapha Kamel Al-Sayed, professeur de relations internationales à l’Université du Caire. « Il est encore tôt pour parler des conséquences stratégiques de cette crise », ajoute-t-il, en précisant que la famille régnante du Qatar a plus ou moins maintenu le silence.

En même temps, Doha a fait appel au cabinet d’avocats de John Ashcroft, un ancien secrétaire à la Justice sous Georges Bush junior, pour tenter de désamorcer la crise diplomatique avec ses voisins du Golfe et les Etats-Unis. Le cabinet a conclu un contrat d’un montant de 2,5 millions de dollars et d’une durée de 90 jours avec l’émirat pour vérifier et évaluer les efforts du Qatar en matière de lutte contre le terrorisme, alors que le président américain, Donald Trump, avait accusé Doha « d’avoir historiquement financé le terrorisme à un très haut niveau ».

Parallèlement, des médiations timides commencent à prendre forme. L’une est menée par le Koweït, autre pays du Golfe, mais qui a choisi de se démarquer de ses voisins du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) et maintient, tout comme le Sultanat d’Oman, les relations avec le voisin qatari. L’émir du Koweït, cheikh Sabah Al Ahmad Al Sabah, s’est ainsi rendu en Arabie saoudite et au Qatar pour tenter de trouver une issue à ce conflit. Son ministre des Affaires étrangères a, dans des déclarations à l’agence officielle, affirmé que le Qatar était désormais « prêt à comprendre les inquiétudes de ses voisins et à réagir aux efforts déployés pour trouver une solution à cette crise ».

Aucun détail n’a filtré sur le contenu de la médiation, mais le Koweït insiste sur la nécessité de parvenir à un règlement. C’est le Koweït qui avait permis le rétablissement des relations entre Doha d’un côté et Riyad, Manama et Abu-Dhabi de l’autre, au terme d’une crise diplomatique en 2014.

La Russie, elle aussi, a proposé son aide. « Nous appelons les uns et les autres à s’asseoir à la table des négociations pour dialoguer dans le respect mutuel », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, après avoir rencontré son homologue qatari, cheikh Mohamad bin Abderrahmane Al Thani. L’essentiel pour Moscou dans cette crise est que ces divergences entre le Qatar et ses voisins ne débouchent pas sur des oscillations sur le marché des hydrocarbures. Le Qatar possède en effet les 3es réserves de gaz naturel au monde.

Quelle médiation ?

Il est à présent question de médiation, mais sous quelles conditions ? Les analystes estiment qu’une réconciliation est possible même si elle n’interviendra pas dans l’immédiat. Le Qatar serait amené à faire profil bas jusqu’à ce que la crise passe. La crise de 2014, moins importante, s’était achevée par une réconciliation avec le roi Abdallah d’Arabie, avant que Doha ne reprenne la même direction politique. Al-Sayed note que même si le Qatar maintient sa position, cela « n’aura pas d’effets sur le terrain car les présumées organisations qu’il soutient sont plus en plus faibles ».

Quant aux Frères musulmans, ils n’ont plus aucun poids en Egypte. « Les grands dirigeants de la confrérie sont basés en Turquie et non pas au Qatar. Et les chaînes de télévision destinées à l’Egypte n’ont presque aucune influence sur la rue », dit Al-Sayed.

Les analystes écartent en même temps qu’un renforcement de la pression sur Doha le pousse dans les bras de l’Iran, ennemi numéro un des Saoudiens. « Les relations avec l’Iran étaient fortes par le passé, mais Doha a toujours maintenu l’équilibre d’autant plus que le pays accueille la base militaire américaine d’Al-Udeid, qui abrite quelque 10 000 soldats américains », analyse Moustapha Kamel Al-Sayed. Moataz Salama, chercheur au Centre des Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram, estime que la solution passera par Washington. « La position des Américains est tranchante. Il est très difficile d’imaginer les pays du Golfe s’arrêter au milieu du chemin et revenir sur leurs positions après une telle escalade sans obtenir un changement clair de la part de Doha », souligne-t-il.

Abdel-Khaleq Abdallah, professeur de sciences politiques et conseiller du prince héritier, estime, lui aussi, que « la crise perdurerait et aucune réconciliation ne serait possible dans l’immédiat, et ce, à cause de l’obstination du Qatar ». (Lire entretien page 4). Le professeur égyptien estime que « le Qatar finirait peut-être par accepter de cesser le financement des Frères et continuerait à héberger certains de leurs dirigeants ou encore des opposants saoudiens et bahreïnis, mais avec les conditions de l’asile politique qui les empêchent de s’engager dans toute activité politique depuis son territoire ». En attendant, le pays peut survivre un certain moment sous les fortes pressions de ses voisins, grâce à ses ressources financières et ses relations avec la Turquie et l’Iran, mais non pas pour longtemps. Une concession est à l’horizon.

 

http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/1180/10/124/25214/Le-Qatar-sous-haute-pression.aspx

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Al Ahram.org.eg (Egypte) - dans Regards Régional
commenter cet article