Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 06:17

US and UK acting above the law to support the Saudi war in Yemen

 
 
 
 
#ArmsTrade

A former State Department war crimes expert warns that arms sales to Saudi Arabia is ‘prohibited’ under US law - but the lethal exports still go ahead

 
 
Thursday 13 July 2017 9:19 UTC
 
 

Britain and America are above the law. Our complicity in Saudi Arabia’s war in Yemen proves it.

This week, the High Court in London ruled that British arms sales to Saudi Arabia are lawful, dismissing a judicial review filed by Campaign Against Arms Trade (CAAT), which had demanded that weapons exports be halted over humanitarian concerns.

Our laws are not fit for purpose - the rule of law has become a farce, a figleaf to enable the US and Britain to outsource illegal wars to their Gulf proxies

CAAT are appealing the ruling, and no wonder – it was ultimately decided on the basis of largely secret evidence supplied by the UK government, heard in closed court. This is not open justice: it is evidence of how the Whitehall foreign policy establishment abuse "national security" as a carte blanche to protect themselves from legal accountability.

The same thing is happening across the pond. According to a former senior war crimes advisor to the US State Department, US arms sales to Saudi Arabia are “prohibited” under US laws due to “credible allegations” of illegal actions during the kingdom’s bombing campaign in Yemen.

The analysis is set out in a compelling white paper published in May by Professor Michael Newton, who teaches the International Law Practice Lab at Vanderbilt University Law School. The American Bar Association sent Newton's paper to the US Senate saying that "questions had arisen" concerning whether the sales were "consistent with US statuatory obligations".

Unfortunately, despite the robustness of the legal argument, it did not prevent the US Senate from narrowly backing the sale of $500m worth in precision-guided munitions to Saudi Arabia in mid-June.

If our domestic laws have no power to prevent our governments from becoming complicit in Saudi state terror in Yemen, this does not make those arms sales legitimate. It means, simply, that our laws are not fit for purpose - that the rule of law has become a farce, a figleaf to enable the US and Britain to outsource illegal wars to their Gulf proxies.

Precipitating 'humanitarian catastrophe'

According to the UN’s Office of the High Commissioner for Human Rights, there have been over 13,000 civilian casualties in Yemen, with 21 million Yemenis in urgent need of humanitarian assistance. Saudi Arabia’s indiscriminate bombing campaign in Yemen, which has contributed directly to this crisis, has been condemned as unlawful by a UN panel of experts, the European Parliament and humanitarian NGOs.

Lynn Maalouf, deputy director for research at Amnesty International’s Beirut regional office, said that British and American weapons “have been used to commit gross violations and helped to precipitate a humanitarian catastrophe” in Yemen.

Like Britain, the US has played a lead role in supporting Saudi Arabia’s war in Yemen through exports of military equipment, including for in-flight refuelling to support the bombing campaign. Over the last eight years, the US has provided more than $115bn in arms sales to Saudi Arabia.

Last year, the Obama administration authorised $1.3bn in arms sale, despite internal warnings from some State Department officials that the US could be implicated in war crimes for supporting the Saudi-led air campaign in Yemen.

In May, President Donald Trump announced a $110bn arms deal with Saudi Arabia over the next 10 years although, like all things Trumpian, the scale of the deal may well have been deliberately overblown

Profiting off civilian deaths

But it’s the thought that counts, of course: the earnest joint American and Saudi desire for a lucrative, long-term arrangement in which the US military-industrial complex profits from the massacre of Yemeni civilians.

But according to Professor Michael Newton, ongoing US arms sales are “prohibited” under the Arms Export Control and the Foreign Assistance Act.

'Saudi Arabia has failed to rebut allegations or provide detailed evidence of compliance with binding obligations arising from international humanitarian law'

- Michael Newton, law professor and former senior advisor to US State Department

Following a distinguished US military career, Newton served as the senior advisor to the ambassador-at-large for war crimes Issues in the US State Department. He also taught international law at the US Military Academy at West Point.

Newton told me that despite these strong findings, he was not trying to say “that Saudi Arabia committed war crimes, but merely that they have done an insufficient job of addressing the serious allegations”. The remedy, he said, is for the US and Saudi Arabia “to coordinate closely on transparency and improved targeting".

Yet this is not happening. There is no transparency, and no evidence of improved targeting. And as long as this doesn’t happen, US arms sales to Saudi Arabia "should not be presumed to be permissible," writes Newton.  

“In the face of persistent reports of wrongdoing, Saudi Arabia has failed to rebut allegations or provide detailed evidence of compliance with binding obligations arising from international humanitarian law,” wrote Newton in his working paper for Vanderbilt Law School’s Legal Studies Research Paper Series.

Even after Saudi military units received training and equipment to reduce civilian casualties, “multiple credible reports of recurring and highly questionable strikes” continued to emerge. Newton thus argued that the US government “cannot continue to rely on Saudi assurances that it will comply with international law and agreements concerning the use of US-origin equipment".

He therefore concluded that under federal law, further arms sales “are prohibited… until the Kingdom of Saudi Arabia takes effective measures to ensure compliance with international law and the president submits relevant certifications to the Congress".

Growing opposition

Of course, neither is happening, but at least US "defence" companies are making a killing. Literally.

I asked Andrew Smith, a spokesperson for CAAT, about these findings. "We welcome all scrutiny of governments that are complicit in arming and supporting the brutal bombardment that has been unleashed on Yemen,” he said.

“The growing opposition to the US government's uncritical support of the Saudi regime is very important and it is only right that it is questioned not just in Congress and on the streets, but also by legal experts."

I also asked the State Department what they thought of Professor Newton’s damning conclusions. A spokesperson replied over email, but did not address the main allegation that the arms sales are simply prohibited under federal law.

"All potential US defense sales are carefully assessed under the US government’s Conventional Arms Transfer (CAT) Policy to examine issues including regional security, nonproliferation, and human rights concerns," the spokesperson wrote.

All this is done "as part of a broader determination [emphasis added] as to whether or not a sale is in the best foreign policy and national security interests of the United States".

The spokesperson went on to assure me that a review and monitoring process is always undertaken to ensure that US arms "are used in the manner intended and consistent with our legal obligations, foreign policy goals, and values".

But in the context of Newton's argument, this suggests that the US government is in fact intimately aware of the Saudi state's systematic violations of international law in Yemen - and is happy to continue supporting the war all the same. 

Nafeez Ahmed PhD, is an investigative journalist, international security scholar and bestselling author who tracks what he calls the "crisis of civilization." He is a winner of the Project Censored Award for Outstanding Investigative Journalism for his Guardian reporting on the intersection of global ecological, energy and economic crises with regional geopolitics and conflicts. He has also written for The Independent, Sydney Morning Herald, The Age, The Scotsman, Foreign Policy, The Atlantic, Quartz, Prospect, New Statesman, Le Monde Diplomatique, New Internationalist. His work on the root causes and covert operations linked to international terrorism officially contributed to the 9/11 Commission and the 7/7 Coroner’s Inquest.

The views expressed in this article belong to the author and do not necessarily reflect the editorial policy of Middle East Eye.

 

http://www.middleeasteye.net/columns/us-and-uk-acting-above-law-support-saudi-war-yemen-613554453

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by The Middle East Eye.net - dans Revue de presse
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 09:08
Rafle du Vél’ d’Hiv’: l’invitation de Netanyahou suscite un vif débat
 
 
 
 
 
 
Par
 
 

Emmanuel Macron a convié le premier ministre israélien à la commémoration de la rafle du Vél’ d’Hiv’, le 16 juillet. Une première qui soulève de nombreuses questions sur le symbole politique et mémoriel choisi par le nouveau pouvoir.

 

Qu’a donc voulu dire Emmanuel Macron ? Tout à sa séquence diplomatique, après les visites de Vladimir Poutine et de Donald Trump à Paris, le président français a convié Benjamin Netanyahou le 16 juillet. Jusque-là, rien de bien original ni de surprenant. Mais il a choisi la commémoration de la rafle du Vél’ d’Hiv’ pour susciter la venue du premier ministre israélien. Une première qui soulève de nombreuses questions sur le symbole politique et mémoriel choisi par le nouveau pouvoir.

Benjamin Netanyahou prendra la parole, dimanche 16 juillet, sur les lieux de l’ancien Vélodrome d’Hiver, dans le XVe arrondissement, après Francis Kalifat, le président du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France), et avant Emmanuel Macron. Les deux dirigeants ont ensuite rendez-vous à l’Élysée pour un entretien et une déclaration commune à la presse.

Vivement dénoncée par les militants de la cause palestinienne, de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) au PCF, en passant par l’Union juive française pour la paix (UJFP) et le NPA, et par les signataires d’un appel à rassemblement le 15 juillet à Paris, cette invitation interroge plusieurs chercheurs spécialistes de la mémoire de la Shoah.

À cela, plusieurs raisons. La commémoration du Vél’ d’Hiv’ n’est pas une commémoration comme les autres. Comme le rappelle Sébastien Ledoux, chercheur en histoire à Paris-I et auteur de Le Devoir de mémoire, une formule et son histoire (CNRS Éditions, 2016), « la commémoration de la rafle du Vél’ d’Hiv’ s’est construite comme le symbole de la participation de l’État français dans le génocide des juifs au détour des années 1980-1990 ».

 

C’est en 1992 qu’un président de la République y participe pour la première fois – il s’agit de François Mitterrand, alors sifflé par une petite minorité de l’assistance. Il refuse de s’exprimer mais institue, par décret, le premier dimanche suivant le 16 juillet comme une commémoration nationale, organisée par l’État.

Surtout, en 1995, Jacques Chirac, tout juste élu, prononce enfin les mots qui manquaient : dans un discours resté célèbre, il affirme la responsabilité de la France, et non du seul gouvernement de Vichy (qui ne représenterait pas la France), dans la rafle, les 16 et 17 juillet 1942, de 13 152 hommes, femmes et enfants juifs, retenus pendant quatre jours sur les gradins du Vélodrome d’Hiver, à Paris, avant d’être déportés à Auschwitz. Moins d’une centaine – dont aucun enfant – ont survécu. « La France accomplissait l’irréparable », a dit Chirac en 1995. En 2012, François Hollande avait à son tour prononcé un discours peu après son élection, évoquant un « crime commis en France, par la France ». « La Shoah, ce n’est pas l’histoire du peuple juif, c’est l’Histoire, c’est notre histoire », avait-il ajouté.

Pendant la campagne électorale, Emmanuel Macron a réaffirmé ce qui est devenu « un héritage » institutionnel, selon l’expression de Sébastien Ledoux. « Vous avez insulté beaucoup de Françaises et de Français lorsque vous êtes revenue sur [...] les propos courageux qu’avait tenus Jacques Chirac en 1995 et la responsabilité de l’État Français », avait lancé le candidat d’En Marche! à sa concurrente Marine Le Pen, qui avait affirmé que la France n’était pas « responsable », mais le régime de Vichy.

« Le Vél’ d’Hiv’ est un événement français à double titre : parce qu’il a eu lieu en France et parce qu’il marque la responsabilité française dans la Shoah. C’est à travers le Vél’ d’Hiv’ que la responsabilité française a été reconnue », rappelle le chercheur Henry Rousso, auteur notamment de Le Syndrome de Vichy (Le Seuil), de Vichy, un passé qui ne passe pas (Fayard) et, plus récemment, de Face au Passé. Essais sur la mémoire contemporaine (Belin, 2016). « La commémoration du Vél’ d’Hiv’ est le moment où la Shoah est nationalisée », ajoute-t-il, indiquant qu’il n’aurait pas les mêmes réticences si Netanyahou était invité pour un événement international comme la Journée à la mémoire des victimes de la Shoah, le 27 janvier.

 

« Le défi est de ne pas communautariser la mémoire du Vél’ d’Hiv’, estime également l’historien Sébastien Ledoux. C’est le risque que comporte l’invitation lancée à Benjamin Netanyahou. Car tout le travail mené dans les années 1980 et 1990 sur la mémoire de la Shoah a été de ne pas en faire une histoire seulement juive mais une histoire universelle, qui concernait la France également dans son rapport au passé vichyste. »

Ce choix pose aussi une question de principe à plusieurs intellectuels. Si certains jugent tout à fait justifiée la présence du représentant d’Israël, d’autres s’inquiètent d’un risque de confusion trop grande, entre les juifs de France et Israël, entre la mémoire de la Shoah et Israël. D’où l’étrangeté d’inviter un représentant étranger à cette commémoration, fût-il le premier ministre israélien.

« Comme historien, comme juif, je ne supporte pas l’idée qu’on puisse assimiler tous les juifs à Israël. Il s’agit d’une vision complètement dépassée », explique le chercheur Henry Rousso. Même si, nuance-t-il aussitôt, il est également « impossible de dissocier les juifs et Israël ». Cette invitation alimente une « ambiguïté », selon Rousso, dont il ne voit pas l’intérêt. « On peut prendre un risque – parce que les antisémites n’ont de toute façon pas besoin de prétexte pour l’être –, mais à condition que l’enjeu en vaille la peine. Là, je ne vois pas ce que cela va apporter. »

« Cette invitation m’a surprise », estime aussi Renée Poznanski, professeure de science politique à l’université Ben Gourion, à Beer Sheva. Selon l’auteure de Drancy, un camp en France (Fayard, 2015) et de Les Juifs en France pendant la Seconde guerre mondiale (Fayard, 1997), la venue du premier ministre israélien conduit à « entrer dans le jeu de ce que tous les gouvernements israéliens successifs ont voulu : parler au nom de tous les juifs du monde entier ». « D’un point de vue israélien, cela peut se justifier, dans la mesure où Israël se vit comme le refuge de tout juif menacé dans le monde. D’un point de vue français, c’est autre chose », estime Poznanski.

 

« La communauté juive officielle est très à droite en France et soutient Israël, quoi qu’il arrive, poursuit la chercheuse. Mais ce n’est pas le cas d’une bonne partie des juifs de France. » Selon elle, la « confusion entre les juifs de France et Israël est une erreur ». « Il faut respecter les différentes catégories de juifs de France dans leurs identités », argumente Poznanski, qui prépare actuellement un ouvrage sur les juifs dans les mouvements de résistance en France.

Elle y décrit, et décrypte, les parcours individuels de nombreux résistants qui s’affichaient non en tant que juifs, mais en tant que Français, à l’image de Marc Bloch. « Le nombre extrêmement important de juifs français dans les mouvements de résistance donne à leur engagement un sens collectif et nous permet par exemple de réfléchir sur les modes de comportements politiques des juifs français. Mais, cela n’aurait aucun sens d’en faire une récupération politique sur le sens individuel de leur engagement. »

« Je crédite Emmanuel Macron d’une sensibilité intellectuelle sur la question de la mémoire, estime Henry Rousso, qui précise avoir soutenu le candidat d’En Marche!. Mais je ne suis pas certain que le jeu de symbole [du 16 juillet – ndlr] soit un mélange que le pouvoir en place maîtrise tout à fait. » Car, questionne le chercheur, « quel est le message ? Je ne suis pas sûr de comprendre l’initiative du président, d’autant qu’il est peu probable qu’il en tire de réelles avancées diplomatiques ». Une analyse partagée par Samuel Ghiles-Meilhac, sociologue et auteur d’une thèse intitulée Le Conseil représentatif des institutions juives en France, de la Résistance juive à la tentation du lobby.

« On ne peut pas dire qu’il n’y a rien à voir entre Israël et la Shoah, mais Macron fait un pari risqué avec cette invitation, ou bien alors s’agit-il d’inconscience. Car quel sens différent veut-il donner à cette commémoration en invitant Benjamin Netanyahou ? » « L’inquiétude est celle de la tentation du coup d’éclat diplomatique, poursuit le chercheur. Une fois de plus, les questions mémorielles ne sont pas pensées avec suffisamment de gravité. »

 

Le sociologue rappelle que « les usages de la mémoire de la Shoah sont différents en France et en Israël, au-delà de la dénonciation commune du nazisme » : « Pour les Européens, notamment les Français, les leçons tirées de la Shoah reposent sur la défense de l’État de droit, la protection des minorités ou du multilatéralisme. La leçon tirée par Israël consiste à dire que les juifs ne peuvent compter que sur eux-mêmes, que la communauté internationale les a laissés mourir, et qu’il faut donc un État juif, qui doit être fort. »

« Que va-t-il faire de cet hommage ? s’interroge l’historien Sébastien Ledoux. Reprendre un capital symbolique, mais pour légitimer une violence sur l’Autre [en l’occurrence, les Palestiniens – ndlr] ou assumer un héritage du passé au sens ricœurien, en le retraduisant aujourd’hui pour donner place aux droits des Palestiniens ? » Il s’inscrirait alors, selon le chercheur, dans le prolongement de la phrase qu’il a prononcée lors de l’hommage national à Simone Veil : « La souffrance ne donne qu’un droit, celui de défendre le droit de l’autre. »

 

 

 
La constance prudente de Macron sur le dossier israélo-palestinien

À ces questions de principe soulevées par l’invitation présidentielle s’ajoute celle de la personnalité du premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, figure de la droite dure, alliée à l’extrême droite. Elle pose problème par la politique qu’il mène, de poursuite de la colonisation, de discrimination et d’opposition systématique aux maigres tentatives de processus de paix, mais aussi par l’instrumentalisation qu’il fait régulièrement de la mémoire de la Shoah.

En 2015, le premier ministre avait fait du grand mufti de Jérusalem l’inspirateur de la solution finale : « Hitler ne voulait pas à l’époque exterminer les juifs, il voulait expulser les juifs. Et Haj Amin al-Husseini est allé voir Hitler en disant : “Si vous les expulsez, ils viendront tous ici.”  – “Que dois-je faire d’eux ?”, demanda-t-il. Il a répondu : “Brûlez-les.” » Une thèse contestée par la très grande majorité des historiens israéliens, dénoncée à l’époque par l’ensemble de l’opposition et par l’ancien ambassadeur d’Israël en France Élie Barnavi.

Son comportement, lors de ses dernières visites en France à l’occasion d’hommages aux victimes du terrorisme, a également choqué les autorités françaises. C’était le cas en 2012, lors de la cérémonie en mémoire des victimes juives de Mohammed Merah : le premier ministre israélien avait pris François Hollande de court en « transformant l’hommage en meeting de soutien à Israël », rappelle Samuel Ghiles-Meilhac. En 2015, après les attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l’Hyper Cacher, Netanyahou avait appelé les juifs de France à émigrer en Israël : « À tous les juifs de France, tous les juifs d’Europe, je dis : Israël n’est pas seulement le lieu vers lequel vous vous tournez pour prier, l’État d’Israël est votre foyer. »

 

 
Le premier ministre israélien n’est pas revenu en France depuis sa participation à la grande marche du 11-Janvier et à la cérémonie organisée à la grande synagogue de la Victoire à Paris. Il avait refusé de participer en janvier dernier à la conférence internationale sur le Proche-Orient organisée à Paris. Netanyahou avait qualifié l’événement « d’imposture ». Il s’est finalement conclu par un naufrage diplomatique (lire l’analyse de René Backmann), malgré les efforts français et le « chant d’amour » à Israël proclamé par François Hollande lors de sa visite à Jérusalem.

 

Le nouveau président Emmanuel Macron s’est, quant à lui, peu exprimé sur le conflit israélo-palestinien. Pendant la campagne, il avait repris à son compte la traditionnelle position française à deux États. « Il faut poursuivre le fil de la diplomatie française, qui est de participer à la sécurité de l’État d’Israël, de ne rien transiger sur cette question et d’être fidèle à la cohabitation des deux États », avait-il déclaré le 22 mars lors d’un débat aux Amis du Crif. Une position réaffirmée lors de la venue du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 5 juillet à Paris.

La paix « doit passer par la réalisation des droits légitimes des Palestiniens à disposer justement d’un État viable et indépendant, conformément à la légalité internationale, et elle passe aussi par la sécurité d’Israël, à laquelle la France est indéfectiblement attachée », avait alors déclaré Macron. Avant de très classiquement condamner la colonisation : « La France a toujours condamné et condamne la poursuite de la colonisation, qui est illégale au regard du droit international. Elle a atteint depuis le début de l’année un niveau sans précédent et ces décisions envoient un signal très négatif. » Un nouveau programme de plus de 1 500 logements vient d’être approuvé par les autorités israéliennes dans les colonies de Jérusalem-Est, rendant encore plus hypothétique la perspective d’un État palestinien.

 

Devant Mahmoud Abbas, le président français avait de nouveau mis en garde contre tout geste « unilatéral ». Pendant sa campagne, il s’était fermement opposé à la reconnaissance unilatérale par la France de l’État de Palestine en cas d’échec des négociations. Une menace brandie par Laurent Fabius quand il était ministre des affaires étrangères, avant d’être largement nuancée par son successeur Jean-Marc Ayrault.

 

« Reconnaître unilatéralement la Palestine aujourd’hui, dans ce contexte, c’est faire le choix d’un camp et c’est complètement se couper avec l’autre, avait défendu Macron sur le plateau de Mediapart, deux jours avant son élection. La force de la diplomatie française, c’est d’avoir toujours tenu ce point d’équilibre qui fait que l’on est l’un des rares partenaires qui parlent aux deux. Si on veut être utile à l’humanité, à la région et à celles et ceux qui y vivent, c’est la capacité à parler aux deux qui est efficace. »

Devant les Amis du Crif, Macron avait également condamné les campagnes de boycott d’Israël et, plus étonnamment, la décision de l’Unesco sur Jérusalem. Il avait alors promis de la faire modifier, s’il était élu. « Si je suis président, je voterai pour que ce soit corrigé », avait-il déclaré en mars. Entre-temps, l’Unesco s’est de nouveau attiré les foudres de Benjamin Netanyahou en classant la vieille ville d’Hébron sur la liste du patrimoine mondial en péril.

 

 

 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 09:03

Charles Enderlin

Simone Veil, la Hongrie, l’antisémitisme, Netanyahu, et Macron

Inutile de chercher des informations sur le décès de Simone Veil et les réactions en France. Il n’y en a presque pas. A peine une interview d’elle réalisée en 2008 par un journaliste du Haaretz et remise au gout du jour dans un supplément du quotidien, vendredi dernier. Aussi une intervention de Shlomo Sand dans l’émission de 18h de la chaine 10. L’histoire de Simone Veil, rescapée de la Shoah, femme d’état républicaine, ministre de la santé, première présidente du Parlement européen, n’intéresse pas en Israël. Pourtant son témoignage est fondamental. Elle était à Auschwitz-Birkenau, en ces jours de printemps 1944, lorsque les Juifs hongrois y sont arrivés : « Presqu’aucun n’est entré dans le camp. Dès leur descente des wagons, ils ont été conduits vers les chambres à gaz. Pour nous qui savions, impuissants, ce qui les attendait, c’était une vision d’horreur : c’est l’événement le plus tragique que j’ai vécu au camp d’Auschwitz Birkenau »

Alors, que dirait Simone Veil aujourd’hui face à la campagne qui se déroule actuellement en Hongrie sous la houlette du Premier ministre Viktor Orban et son parti nationaliste Fidesz Union ? Ils s’attaquent à George Soros, milliardaire et philanthrope américain d’origine hongroise, l’accusant, « milliardaire spéculateur », de vouloir utiliser sa fortune et les ONG qu’il soutient pour « installer un million de migrants » en Hongrie et dans l’Union européenne. Le pouvoir hongrois est notamment en guerre contre l’Université d’Europe Centrale fondée par Soros à Budapest en 1991. Ses portraits ont été collés un peu partout dans le pays avec la mention : « Ne laissez pas Soros avoir le dernier mot » Certains posters sont collés sur le sol des trams, pour que les passagers le piétinent. Les responsables du judaïsme hongrois considèrent qu’il s’agit là d’une véritable campagne antisémite. Soros est présenté avec un grand nez et les oreilles détachées. Sur certaines photos ont été écris : « sale juif ». Andras Heisler, le leader de la principale organisation juive de Hongrie, Mazsihisz, a exigé le retrait immédiat de ces affiches car « elles attisent l’antisémitisme ». A sa demande l’ambassadeur d’Israël, Yossi Amrani a publié un communiqué. « J’appelle ceux qui sont impliqués dans cette campagne d’affichage et ses initiateurs à en reconsidérer les conséquences. En ce moment, au-delà de la critique politique d’une certaine personne, la campagne évoque non seulement de tristes souvenirs mais aussi la haine et la peur. » la réponse d’Orban a été négative.

Donc, très bien. En principe, Israël combat l’antisémitisme et défend une communauté juive qui se sent attaquée… Eh bien pas vraiment. Benjamin Netanyahu a fait publier un nouveau communiqué annulant le texte d’Amrani : « Israël déplore toute expression d’antisémitisme dans un pays quel qu’il soit et soutient les communautés juives partout où elles confrontent la haine. C’était le seul but du communiqué publié par l’ambassadeur d’Israël en Hongrie. Ce texte n’était nullement destiné à délégitimer les critiques formulées à l’encontre de Georges Soros, qui continuellement sape le gouvernement démocratiquement élu d’Israël en finançant des organisations qui diffament l’état juif et cherchent à lui nier le droit de se défendre » Comme en Hongrie, Soros finance des ONG de défense des droits de l’homme qui, en l’occurrence critiquent l’occupation israélienne des territoires palestiniens. Le Premier ministre israélien a donc un allié en Orban et sa politique profondément anti-européenne, anti-migrants et islamophobe. Il se rendra à Budapest pour une visite officielle le 18 juillet, le lendemain, viendront se joindre à la rencontre les dirigeants tchèques, slovaques et polonais, non moins opposés à la politique européenne sur l’immigration.

Mais, juste avant, le 16 juillet, Benjamin Netanyahu sera l’invité du Président français Emmanuel Macron, lors de la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv. Pourtant, ce lieu n’était pas un camp de concentration. Il n’y avait pas d’allemands sur place. C’était une opération de la police française pour le compte des nazis. Et, au fil des décennies, un long contentieux entre la République et ses juifs. Finalement ce fut Jacques Chirac qui dans son discours du 16 juillet 1995 a reconnu « La France, patrie des Lumières et des Droits de l’Homme, terre d’accueil et d’asile, la France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable. Manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux. » Depuis le FN, Marine Le Pen, mais aussi Eric Zemmour, et Alain Finkielkraut rejettent cette prise de position.

Cette histoire est franco-française et ne concerne pas directement la Shoah mais un crime français commis pour le compte des nazis. Le fait que Netanyahu soit invité à prendre la parole au cours de la cérémonie brouille les choses. Par sa participation, de fait, se considérant comme représentant l’état nation du peuple juif, il assume en quelque sorte la responsabilité du judaïsme français. Sans compter le fait que Macron accueillera le dirigeant israélien, allié aux adversaires de sa politique européenne..

 

 

http://www.france-palestine.org/Simone-Veil-la-Hongrie-l-antisemitisme-Netanyahu-et-Macron

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Charles Enderlin (blog) / AFPS.org - dans Revue de presse
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 08:57

09 juillet 2017

Quand Israël bombarde la Syrie… à partir de la Syrie

 
 

Les accrochages de plus en plus fréquents au nord-est d’Israël se déroulent en fait en Syrie, dont Israël occupe une partie du territoire depuis 1967.

 

 

Dans cette carte publiée par l’armée israélienne, le « contrôle israélien » est en fait comme en droit une occupation d’un territoire syrien.

Benyamin Netanyahou et son gouvernement justifient régulièrement leurs interventions en Syrie par la nécessité de protéger le « territoire israélien ». Or ces accrochages interviennent généralement le long d’une ligne tracée par l’ONU en territoire syrien, séparant la partie du Golan occupée par Israël depuis 1967 du reste de ce plateau, où l’autorité du régime Assad est contestée par différentes milices. Cette guerre dans la guerre de Syrie mérite un éclaircissement spécifique.

L’HERITAGE DE KISSINGER

C’est en juin 1967, à la faveur de la « guerre des Six jours », qu’Israël s’est emparé du plateau syrien du Golan. Au-delà des ressources hydrauliques de ce « château d’eau » naturel, l’Etat hébreu prenait le contrôle d’une hauteur stratégique qui permettait à l’armée syrienne de surplomber le lac de Tibériade. Durant le conflit d’octobre 1973, les parachutistes syriens parvinrent à reprendre temporairement le contrôle du Golan, reconquis par Israël après des combats acharnés. Le chef de la diplomatie américaine, Henry Kissinger, entama ses « navettes » entre Damas et Tel Aviv et aboutit, après des dizaines d’heures de négociations laborieuses, à un accord de désengagement sur le Golan, en mai 1974.

Cet accord, conclu donc sous la médiation des Etats-Unis, fut ensuite endossé par le Conseil de sécurité de l’ONU, qui établit alors une Force des Nations Unies pour observer le dégagement (FNUOD) de plus d’un millier d’hommes. La FNUOD patrouille une « zone de séparation » (en violet sur la carte ci-dessus), sous souveraineté syrienne, mais où le régime Assad ne peut déployer que des forces de police, son armée restant cantonnée à l’est. Israël s’est retirée de cette « zone de séparation », non sans détruire méthodiquement la ville de Kuneitra, préfecture du Golan, préalablement à son retrait. Le dispositif inspiré par Kissinger est globalement resté en place depuis 1974, faisant de la frontière nord-est d’Israël la plus calme de toutes celles de l’Etat hébreu.

Israël occupe dès lors depuis 1967 un territoire syrien d’une superficie de 1154 kilomètres carrés. L’annexion du Golan, votée par la Knesset en décembre 1981, a été jugée « nulle et non avenue » par un vote pour une fois unanime du Conseil de sécurité de l’ONU. Cette résolution 497, approuvée entre autres par les Etats-Unis, « exige qu’Israël, la puissance occupante, rapporte sans délai sa décision ». Le processus de paix, mené sous l’égide de Washington entre Israël et la Syrie de 1993 à 2000, portait d’ailleurs sur le retrait israélien du Golan, dont les dirigeants israéliens discutaient les modalités, et non le principe. Ces pourparlers ont achoppé à la fois sur l’amateurisme de l’administration Clinton et sur l’intransigeance de Hafez al-Assad, qui refusait de céder un pouce du territoire syrien et exigeait un accès syrien au lac de Tibériade.

LA NOUVELLE DONNE

Ces longues années de négociations, malgré leur inaboutissement, prouvent cependant le caractère à la fois relatif et réversible de « l’annexion » du Golan par Israël. L’occupation de ce plateau est un moyen en vue d’une fin, et non un but en soi, et si la sécurité d’Israël peut être garantie par d’autres moyens, par exemple la fin de « l’état de guerre » formellement en vigueur et une paix durable avec Damas, le Golan peut être mis dans la balance. La situation a évidemment changé du tout au tout avec la vague révolutionnaire qui a traversé la Syrie à partir du printemps 2011. Israël n’a jamais caché sa préférence, au moins par défaut, pour un maintien de Bachar al-Assad au pouvoir, tant le dictateur syrien, à l’image de son père avant lui, avait respecté le cessez-le-feu en vigueur depuis 1974.

Netanyahou a cependant assorti ce soutien tacite à Assad d’une série de « lignes rouges » dont le franchissement entraînait une riposte immédiate d’Israël, soit en cas de renforcement du Hezbollah, soit lors d’incidents sur le Golan. Israël a par ailleurs fait avaliser par les Etats-Unis son obsession pour le programme chimique syrien. C’est ainsi que la ligne tracée par l’ONU sur le Golan en 1974 s’est progressivement « réchauffée ». Israël a pour politique de ne jamais laisser sans réponse les tirs, même involontaires, et a toujours réagi par ses blindés, son artillerie ou son aviation.

Cette politique assez sommaire s’est complexifiée ces derniers temps et Israël semble maintenant avoir au moins deux fers au feu : d’une part, Netanyahou cherche à restaurer sous l’égide de la Russie une forme d’arrangement de sécurité avec le régime Assad, afin d’éviter le double risque d’une implantation au pied du Golan du Hezbollah et de Daech ; d’autre part, Israël soutient de moins en moins discrètement des milices syriennes dans la zone-tampon qui sépare ses propres troupes d’occupation des forces loyales au régime Assad.

L’accord entre les Etats-Unis et la Russie sur un cessez-le-feu dans le sud-ouest de la Syrie, annoncé le 7 juillet en marge du sommet du G20, s’inscrit parfaitement dans le cadre de cette double politique israélienne. Cet accord concerne avant tout les contreforts du Golan, ainsi que les provinces de Deraa, berceau de la révolution syrienne, et de Soueida. Les groupes insurgés qui continuent de combattre Assad, sans être liés à Israël, seront les premières victimes de la mise en œuvre d’un tel accord, auquel la Jordanie a apporté son aval. Moscou a annoncé la supervision d’un tel cessez-le-feu par la police militaire russe, même si Israël pousse à un plus grand engagement de l’administration Trump, sans réponse officielle à ce stade de Washington.

Ces manœuvres multiformes découlent d’une volonté de plus en plus affichée d’Israël d’intervenir dans le conflit syrien. Elles ne peuvent cependant être analysées sereinement sans rappeler encore et encore la réalité de l’occupation israélienne du Golan. C’est pour défendre cette prise de guerre, et non le « territoire israélien », que le gouvernement Netanyahou a impliqué Israël de manière inédite dans la crise syrienne.

 

http://filiu.blog.lemonde.fr/2017/07/09/quand-israel-bombarde-la-syrie-a-partir-de-la-syrie/

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Repost 0
Published by Le Monde.fr - dans Revue de presse
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 08:55

40 000 enfants dans la ligne de mire à Raqqa

Paulo Sérgio Pinheiro, le président de la commission onusienne d’enquête sur la Syrie, a récemment mis en garde contre ces évacuations, fruits d’arrangements conclus entre l’armée syrienne et les rebelles, et qui laissent peu de choix aux civils, s’apparentant à des déportations forcées constitutives « de crimes de guerre ».

En décembre dernier, l’évacuation de 35 000 civils d’Alep-Est s’était déroulée dans des conditions plus chaotiques, mais nettement plus dignes. Alors que cette partie de la ville reprise par les forces de Bachar el-Assad avait été totalement ravagée par les bombardements russes, les forces en présence, dont l’armée russe, avaient accepté qu’il soit demandé au CICR, « en qualité d’intermédiaire neutre et impartial », de faciliter cette opération. L’organisation internationale avait pu obtenir des garanties sur la sécurité des personnes, dont l’assurance qu’elles quittent les lieux de leur plein gré et qu’elles puissent y revenir. Un récit de ces journées terribles qui se sont déroulées du 15 au 22 décembre 2016 a été publié sur le site du CICR. Marianne Gasser, la cheffe de la délégation en Syrie, raconte son entrée dans la ville où « tout n’était que débris, ruines de bâtiments effondrés et carcasses de voitures brûlées », et sa première rencontre avec les enfants très pâles, à peine habillés, « qui ne disaient rien, pas un son, pas un sourire ».

C’est désormais au mouvement en sens inverse qu’est confronté le CICR. Selon les dernières estimations du Haut Commissariat aux réfugiés (HCR), depuis le début de l’année, près de 440 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays sont revenues chez elles, ainsi que 31 000 réfugiés qui avaient fui dans les pays alentour.

Quelque 275 000 personnes se sont réinstallées à Alep-Est, au « milieu d’immeubles squelettes et alors qu’il n’y a toujours pas d’eau courante, d’électricité et seulement des cliniques mobiles que nous organisons avec le SARC », précise Iolanda Jaquemet.

En mai dernier, Peter Maurer, le président du CICR, s’était déplacé en Syrie, rencontrant Bachar el-Assad pour discuter, entre autres, de l’accès aux populations à secourir et demander que le droit international humanitaire soit respecté. « Nous naviguons du jour au lendemain avec les autorités syriennes, mais une visite présidentielle, c’est aussi une occasion de faire le point et de voir quels sont les objectifs que nous envisageons ensemble dans les semaines, les mois qui viennent pour mieux servir les besoins de cette population syrienne tellement éprouvée par cette guerre », confiait-il à la Radio télévision suisse (RTS). Il estimait alors que la situation était d’une « complexité rarement atteinte », obligeant son organisation à discuter avec des « dizaines d’interlocuteurs » parmi les forces en présence, du petit chef rebelle tenant un quartier au responsable syrien d’une région.

Il se disait frappé par la coexistence de situations très différentes, avec d’un côté des endroits où la guerre continue, des villes entièrement détruites dont les habitants ont tous fui ; et de l’autre des zones où règne une « précaire stabilité qui fait que très vite les gens veulent retrouver leur foyer ». « Il y a presque deux CICR en Syrie, l’un répond à l’urgence, l’autre à la réhabilitation », disait-il, parlant d’un « immense défi humanitaire ».  

Ce qui se passe aujourd’hui à Raqqa, le principal bastion de l’État islamique, inquiète beaucoup les travailleurs humanitaires. La ville est en passe d’être reprise par les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes appuyée par les États-Unis et l’aviation de la coalition internationale. Mais à quel prix ? Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, du 5 juin au 6 juillet, 224 civils auraient été tués par les seuls raids aériens de la coalition internationale, dont 38 enfants et 28 femmes. Il y aurait aussi de nombreux blessés.

Fin juin, l’Unicef estimait que quelque 40 000 enfants étaient « dans la ligne de mire » des combattants, « piégés à Raqqa dans des conditions extrêmement dangereuses ». L’agence onusienne faisait état d’attaques contre des hôpitaux et des écoles, appelant « toutes les parties au conflit à protéger les enfants, à fournir un accès sécurisé à tous ceux qui souhaitent quitter la ville et à garantir un environnement protecteur aux civils qui ont fui la ville ». Ce qui n’est toujours pas le cas.

Mardi 11 juillet, le Haut Commissariat aux réfugiés de l’ONU (HCR) estimait entre 30 000 et 50 000 le nombre de civils encore bloqués à Raqqa. Fin juin, le Haut Commissariat aux droits de l’homme avait de son côté évoqué 100 000 personnes prises au piège « dans un état de terreur et de confusion ». Le HCR juge impératif que ces civils puissent sortir en toute sécurité, alors que dans la ville les stocks en eau potable et nourriture s’amenuisent de jour en jour.

Depuis le 1er avril, 190 000 personnes ont quitté la ville. L’agence onusienne a annoncé que la route allant d’Alep à Qamichli (nord-est de Raqqa), fermée pendant deux ans en raison de féroces combats, avait été remise en service et que des camions de nourriture avaient été acheminés pour porter assistance à plus de 430 000 personnes dans le gouvernorat de Raqqa. 

 

https://www.mediapart.fr/journal/international/120717/le-plan-russe-pour-la-desescalade-en-syrie?page_article=3

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Mediapart.fr (France) - dans Revue de presse
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 08:52

US and UK acting above the law to support the Saudi war in Yemen

 
 
 
 
#ArmsTrade

A former State Department war crimes expert warns that arms sales to Saudi Arabia is ‘prohibited’ under US law - but the lethal exports still go ahead

 
 
Thursday 13 July 2017 9:19 UTC
 

Britain and America are above the law. Our complicity in Saudi Arabia’s war in Yemen proves it.

This week, the High Court in London ruled that British arms sales to Saudi Arabia are lawful, dismissing a judicial review filed by Campaign Against Arms Trade (CAAT), which had demanded that weapons exports be halted over humanitarian concerns.

Our laws are not fit for purpose - the rule of law has become a farce, a figleaf to enable the US and Britain to outsource illegal wars to their Gulf proxies

CAAT are appealing the ruling, and no wonder – it was ultimately decided on the basis of largely secret evidence supplied by the UK government, heard in closed court. This is not open justice: it is evidence of how the Whitehall foreign policy establishment abuse "national security" as a carte blanche to protect themselves from legal accountability.

The same thing is happening across the pond. According to a former senior war crimes advisor to the US State Department, US arms sales to Saudi Arabia are “prohibited” under US laws due to “credible allegations” of illegal actions during the kingdom’s bombing campaign in Yemen.

The analysis is set out in a compelling white paper published in May by Professor Michael Newton, who teaches the International Law Practice Lab at Vanderbilt University Law School. The American Bar Association sent Newton's paper to the US Senate saying that "questions had arisen" concerning whether the sales were "consistent with US statuatory obligations".

Unfortunately, despite the robustness of the legal argument, it did not prevent the US Senate from narrowly backing the sale of $500m worth in precision-guided munitions to Saudi Arabia in mid-June.

If our domestic laws have no power to prevent our governments from becoming complicit in Saudi state terror in Yemen, this does not make those arms sales legitimate. It means, simply, that our laws are not fit for purpose - that the rule of law has become a farce, a figleaf to enable the US and Britain to outsource illegal wars to their Gulf proxies.

Precipitating 'humanitarian catastrophe'

According to the UN’s Office of the High Commissioner for Human Rights, there have been over 13,000 civilian casualties in Yemen, with 21 million Yemenis in urgent need of humanitarian assistance. Saudi Arabia’s indiscriminate bombing campaign in Yemen, which has contributed directly to this crisis, has been condemned as unlawful by a UN panel of experts, the European Parliament and humanitarian NGOs.

Lynn Maalouf, deputy director for research at Amnesty International’s Beirut regional office, said that British and American weapons “have been used to commit gross violations and helped to precipitate a humanitarian catastrophe” in Yemen.

 

 


US President Donald Trump and Saudi Arabia's King Salman bin Abdulaziz al-Saud during a signing ceremony at the Saudi Royal Court in Riyadh in May 2017 (AFP)

Like Britain, the US has played a lead role in supporting Saudi Arabia’s war in Yemen through exports of military equipment, including for in-flight refuelling to support the bombing campaign. Over the last eight years, the US has provided more than $115bn in arms sales to Saudi Arabia.

Last year, the Obama administration authorised $1.3bn in arms sale, despite internal warnings from some State Department officials that the US could be implicated in war crimes for supporting the Saudi-led air campaign in Yemen.

In May, President Donald Trump announced a $110bn arms deal with Saudi Arabia over the next 10 years although, like all things Trumpian, the scale of the deal may well have been deliberately overblown

Profiting off civilian deaths

But it’s the thought that counts, of course: the earnest joint American and Saudi desire for a lucrative, long-term arrangement in which the US military-industrial complex profits from the massacre of Yemeni civilians.

But according to Professor Michael Newton, ongoing US arms sales are “prohibited” under the Arms Export Control and the Foreign Assistance Act.

'Saudi Arabia has failed to rebut allegations or provide detailed evidence of compliance with binding obligations arising from international humanitarian law'

- Michael Newton, law professor and former senior advisor to US State Department

Following a distinguished US military career, Newton served as the senior advisor to the ambassador-at-large for war crimes Issues in the US State Department. He also taught international law at the US Military Academy at West Point.

Newton told me that despite these strong findings, he was not trying to say “that Saudi Arabia committed war crimes, but merely that they have done an insufficient job of addressing the serious allegations”. The remedy, he said, is for the US and Saudi Arabia “to coordinate closely on transparency and improved targeting".

Yet this is not happening. There is no transparency, and no evidence of improved targeting. And as long as this doesn’t happen, US arms sales to Saudi Arabia "should not be presumed to be permissible," writes Newton.  

“In the face of persistent reports of wrongdoing, Saudi Arabia has failed to rebut allegations or provide detailed evidence of compliance with binding obligations arising from international humanitarian law,” wrote Newton in his working paper for Vanderbilt Law School’s Legal Studies Research Paper Series.

Even after Saudi military units received training and equipment to reduce civilian casualties, “multiple credible reports of recurring and highly questionable strikes” continued to emerge. Newton thus argued that the US government “cannot continue to rely on Saudi assurances that it will comply with international law and agreements concerning the use of US-origin equipment".

He therefore concluded that under federal law, further arms sales “are prohibited… until the Kingdom of Saudi Arabia takes effective measures to ensure compliance with international law and the president submits relevant certifications to the Congress".

Growing opposition

Of course, neither is happening, but at least US "defence" companies are making a killing. Literally.

I asked Andrew Smith, a spokesperson for CAAT, about these findings. "We welcome all scrutiny of governments that are complicit in arming and supporting the brutal bombardment that has been unleashed on Yemen,” he said.

“The growing opposition to the US government's uncritical support of the Saudi regime is very important and it is only right that it is questioned not just in Congress and on the streets, but also by legal experts."

I also asked the State Department what they thought of Professor Newton’s damning conclusions. A spokesperson replied over email, but did not address the main allegation that the arms sales are simply prohibited under federal law.

"All potential US defense sales are carefully assessed under the US government’s Conventional Arms Transfer (CAT) Policy to examine issues including regional security, nonproliferation, and human rights concerns," the spokesperson wrote.

All this is done "as part of a broader determination [emphasis added] as to whether or not a sale is in the best foreign policy and national security interests of the United States".

The spokesperson went on to assure me that a review and monitoring process is always undertaken to ensure that US arms "are used in the manner intended and consistent with our legal obligations, foreign policy goals, and values".

But in the context of Newton's argument, this suggests that the US government is in fact intimately aware of the Saudi state's systematic violations of international law in Yemen - and is happy to continue supporting the war all the same. 

Nafeez Ahmed PhD, is an investigative journalist, international security scholar and bestselling author who tracks what he calls the "crisis of civilization." He is a winner of the Project Censored Award for Outstanding Investigative Journalism for his Guardian reporting on the intersection of global ecological, energy and economic crises with regional geopolitics and conflicts. He has also written for The Independent, Sydney Morning Herald, The Age, The Scotsman, Foreign Policy, The Atlantic, Quartz, Prospect, New Statesman, Le Monde Diplomatique, New Internationalist. His work on the root causes and covert operations linked to international terrorism officially contributed to the 9/11 Commission and the 7/7 Coroner’s Inquest.

The views expressed in this article belong to the author and do not necessarily reflect the editorial policy of Middle East Eye.

 

http://www.middleeasteye.net/columns/us-and-uk-acting-above-law-support-saudi-war-yemen-613554453

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by The Middle East Eye.net - dans Revue de presse
commenter cet article
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 11:14

La littérature comme seule histoire possible de la Palestine

 

Orient XXI > Lu, vu, entendu > Littérature > Silvia Moresi > 14 juillet 2017

La Palestine ne possède pas d’histoire officielle. Les pages des écrivains et des poètes palestiniens ont donc un rôle essentiel dans le parcours douloureux de la réapparition existentielle d’un peuple soumis au processus colonial d’effacement de son identité.

L’Andalousie était-elle là ou là-bas ? Sur la terre... ou dans un poème ? écrivait le grand poète Mahmoud Darwich, questionnant métaphoriquement l’histoire et le destin de sa terre, la Palestine. Où est la Palestine aujourd’hui ? Trouver ce qu’il en reste sur les cartes actuelles n’est pas chose aisée. Une terre fragmentée entre deux petits territoires séparés et distants, la Cisjordanie et la bande de Gaza, dont les frontières discontinues sont souvent délimitées par des lignes pointillées, symboles évidents d’une situation encore transitoire et sujette à la politique d’expansion des colonies israéliennes. Depuis presque 70 ans, l’État d’Israël s’est littéralement superposé à la Palestine, occultant sa géographie et son histoire, et causant la disparition réelle et métaphorique de son peuple.

Entre le XIXe et le XXe siècle, la société palestinienne, sous domination ottomane, construisait son identité en mélangeant ses origines plurielles (arabe, islamique, chrétienne, tribale, familiale, etc.) aux idées laïques du nationalisme occidental véhiculées par les chrétiens orthodoxes, le tout en opposition à l’élément turc alors perçu comme étranger.

Après la défaite de l’empire ottoman, les puissances occidentales se sont partagé le Proche-Orient et la Palestine a été placée en 1920 sous mandat britannique. Durant ces années, une nouvelle élite palestinienne s’est formée et une presse nationaliste a émergé, à l’instar des journaux Al-Karmil et Al-Filastin, respectivement fondés en 1911 et 1926. Une vaste campagne contre le mandat britannique et le début de l’immigration juive a alors été menée, jouant un rôle essentiel dans la construction de l’identité palestinienne.

Remplacement de population

À la fin du XIXe siècle, le journaliste Theodor Herzl, dans son pamphlet Der Judenstaat (L’État des Juifs, La Découverte, 2008) théorisait à l’inverse la création d’un État juif en Palestine en le présentant aux puissances occidentales comme « un avant-poste de la civilisation contre la barbarie ». Mouvement politique à l’origine de la fondation de l’État d’Israël, le sionisme recevait le plein appui des puissances coloniales européennes, avec lesquelles il partageait les idéaux de la mission civilisatrice, qui considérait « les autres » comme des peuples inférieurs dépourvus de toute civilisation. Le 2 novembre 1917, avec la déclaration Balfour, le Royaume-Uni envisageait favorablement à la construction d’un foyer juif en Palestine, et l’Agence juive intensifiait le transfert de juifs d’Europe vers le territoire palestinien. L’écrivain et journaliste hongrois Arthur Koestler a résumé les événements de manière éloquente : « En Palestine, une nation a solennellement promis à une seconde le territoire d’une troisième ».

L’objectif principal du sionisme devenait celui de vider la Palestine afin de mettre en œuvre un remplacement de population, exauçant prophétiquement son plus fameux slogan : « une terre sans peuple pour un peuple sans terre ». Les intellectuels et les écrivains palestiniens ont alors commencé à comprendre ce qu’allait être le destin réservé à leur peuple et à leur terre.

Mais pourquoi poursuivre cette très longue route
Et pour nous et pour vous, pourquoi étendre ce chemin
 ?
La Terre qui se vide de nous vous suffit
ou, pour nous, vous préférez la mort
 ?

Ibrahim Touqan, « Voi potenti », in La terra più amata. Voci della letteratura palestinese, Manifestolibri, 2002.

Le 29 novembre 1947, l’ONU approuvait la partition du territoire palestinien avec la résolution 181, à l’avantage de la communauté juive. Quand l’armée britannique a quitté la Palestine, les milices juives — l’Irgoun et la Haganah — ont intensifié les attaques contre la population palestinienne, avec l’objectif de « nettoyer » le territoire des « communautés non juives ». Les groupes paramilitaires juifs n’ont cherché en aucune façon à cacher les massacres perpétrés ; au contraire, ils les ont encouragés pour effrayer la population palestinienne qui s’est alors trouvée devant un choix simple : fuir ou mourir. Le massacre, le 9 avril 1948, de la population du village de Deir Yassin en a été l’exemple emblématique.

Menahem Begin [premier ministre israélien] a été le premier à dire : “Si nous n’avions pas gagné à Deir Yassin, l’État d’Israël n’existerait pas”. Ils n’ont jamais caché l’intentionnalité du massacre de Deir Yassin, vu que leurs poids lourds circulaient en diffusant dans des haut-parleurs leur ultimatum : “Évacuez ou ce sera la fin de Deir Yassin”. Dans chaque village qu’ils occupaient, ils rassemblaient tous les habitants sur la place principale et les laissaient sous le soleil pendant des heures, puis ils choisissaient les hommes les plus beaux et les tuaient devant la population pour les convaincre de s’en aller, […] s’assurant que la nouvelle du massacre parvienne jusqu’aux villages palestiniens encore libres.

Mahmoud Darwich, Chroniques de la tristesse ordinaire, Cerf, 1989.

« Un pays fait de mots »

La naissance de l’État d’Israël, le 15 mai 1948 fut pour le peuple palestinien la « catastrophe » (Nakba), le début de la diaspora et de la fragmentation. Depuis ce jour, les Palestiniens doivent s’opposer matériellement à l’occupation israélienne, mais aussi à sa rhétorique de justification des massacres et de la dépossession de leurs terres. La conquête de la Palestine a en effet toujours été présentée comme une « reconquête », un retour légitimé par la Bible, texte historique fondamental pour les Israéliens, qui les consacre comme les seuls « propriétaires » de cette terre. Pour essayer de donner une valeur « scientifique » à ce discours, les Israéliens mènent encore un travail intense de propagande dans les champs historique et archéologique. Dans des études réalisées par les chercheurs israéliens, les Palestiniens n’existent pas, ils disparaissent comme des fantômes, cachés sous les ruines de leurs villages.

Ce siège durera jusqu’à ce que les seigneurs
de l’Olympe corrigent les manuscrits de l’éternelle
Iliade.

[…]

Ici un commandant creuse à la recherche d’un État endormi sous les ruines de la Troie à venir.

[…]

Dès qu’ils trouvent une réalité qui ne leur convient pas,
ils la modifient avec un bulldozer,
car la vérité est esclave du texte, belle,
blanche, sans malice...

Mahmoud Darwich, État de siège, Actes Sud, 2004.

Alors que l’occupation israélienne s’étendait au-delà des frontières sanctionnées par la résolution 181, les Palestiniens en exil ont entamé leur travail de contre-narration afin de protéger leur mémoire.

Les Israéliens avaient commis une grave erreur de calcul en pensant que les réfugiés […] allaient réduire leur problème à celui de la survie à tout prix. Les intellectuels palestiniens surgirent soudain de partout : ils écrivaient, ils enseignaient, ils parlaient […].

Jabra Ibrahim Jabra, « Portrait de l’exilé palestinien en écrivain », Revue d’études palestiniennes n° 63, 1997.

La Palestine ne possède pas d’histoire officielle, c’est-à-dire une narration reconnue qui légitime sa propre existence. Pour un peuple sans nation, la littérature est la seule histoire possible. Les pages des écrivains et des poètes palestiniens ont donc un rôle essentiel dans le parcours douloureux de la réapparition existentielle de ce peuple, soumis au processus colonial d’effacement de son identité. La littérature palestinienne reconstruit l’histoire d’un peuple désormais dispersé. La littérature palestinienne reconstruit la Palestine par les mots.

Nous avons un pays fait de mots. Parle ! Parle ! Et nous connaîtrons la fin de ce voyage.

Mahmoud Darwich, « Nous voyageons comme les autres »1.

La clé des émotions

Depuis 1948, la Palestine est devenue pour les réfugiés une réalité portée sur les épaules, dont les romans et les poèmes rappellent les odeurs, les couleurs et les gestes d’un quotidien désormais perdu. La patrie est évoquée par des sensations, mais aussi par des objets concrets comme la clé, symbole de l’espoir de pouvoir retourner un jour dans les maisons aujourd’hui occupées ou détruites.familières, et qu’il considérait toujours ainsi. Des choses intimes, privées, chères, qu’il avait toujours pensé être sa propriété, sacrée et inviolable, car personne ne pouvait réellement les reconnaître, les toucher ou les regarder. Cette photographie de Jérusalem, il s’en rappelait très bien, était encore suspendue là où lui l’avait mise quand il habitait cette maison......(....).....

La Naksa de 1967

En 1967, après avoir vaincu les armées arabes, Israël occupait de nouvelles portions du territoire palestinien, mais aussi une partie du Sinaï en Égypte, ainsi que le plateau du Golan en Syrie. Le terme naksa (rechute), utilisé en référence à cette période, représente bien l’état d’âme de nombreux Palestiniens (et pas seulement) qui ont vécu cette deuxième défaite comme une nouvelle « infirmité », la rechute d’une maladie difficile à soigner. La Naksa a confirmé leur condition d’apatrides et d’éternels exilés, transformant la Palestine en un « fardeau », un obstacle à la possibilité d’une vie normale, une cause continue de tristesse et de souffrance.

Nous semblions tous avoir renoncé à l’idée de retourner un jour en Palestine. Nous en parlions à peine, supportant en silence le drame de ce manque.

Edward Saïd, À contre-voie. Mémoires, Le Serpent à Plumes, 2002.

Encore aujourd’hui, cette diaspora est constamment tiraillée entre deux sentiments : la tentative d’un refoulement total de la Palestine pour essayer de construire une vie normale, et la ghurbah, mot qui ne trouve pas de traduction parfaite dans la langue française, un mélange de nostalgie et de tristesse pour la patrie perdue, mais aussi un exil métaphorique, un exil du soi.

Mourid Al-Barghouti, un des plus grands poètes palestiniens, décrit dans son roman autobiographique J’ai vu Ramallah (Éditions de l’Aube, 2004) ce qu’est la ghurbah :

La ghurbah n’est pas unique, mais plurielle. Des exilés font la ronde et t’encerclent. Tu essayes .....(....).....

Citoyens israéliens de seconde zone

Comme l’affirme l’intellectuel Elias Sanbar, ambassadeur de la Palestine à l’Unesco, la communauté palestinienne qui vit à l’intérieur de l’État d’Israël vit à la fois sur sa terre et très loin de sa terre, qu’elle ne parvient plus à « reconnaître ». La destruction concrète de la Palestine a été accompagnée de la destruction de sa « narration historique et symbolique » à travers le processus de « re-hébraïsation » de la terre. Villes, routes, collines et fleuves ont été renommés d’après d’antiques noms bibliques, tout a été modifié pour faire de la terre palestinienne la « mère patrie » du peuple israélien. À titre d’exemple, l’architecte Eyal Weizman évoque le quartier juif de Jérusalem, transformé selon lui en un lieu clos et artificiel semblable à un « parc d’attractions biblique ».

Les Palestiniens de citoyenneté israélienne, bien qu’appartenant juridiquement à cet État, ont toujours été considérés comme des citoyens de seconde zone. Israël doit être et doit demeurer un État strictement juif, et donc, les Palestiniens, qu’ils soient musulmans ou chrétiens, sont souvent définis comme un « problème », surtout dans les manuels scolaires israéliens. Cette situation complexe, aussi bien juridiquement que psychologiquement, crée......(.....).......

Les seules raisons pour lesquelles je vis aujourd’hui en Illinois sont le racisme et le désespoir, que je crois ne plus avoir réussi à gérer durant l’été 2014. C’est frustrant. […] J’ai eu une forte impression de n’avoir pris que de mauvais chemins dans ma vie […], d’écrire pour la télévision en choisissant la mauvaise langue et en vivant au mauvais endroit.

La condition de colonisés

Les révoltes populaires palestiniennes (Intifada) de 1987 et 2000 et la faillite des accords d’Oslo de 1993 n’ont rien changé à la situation des Palestiniens des territoires occupés, qui vivent encore pleinement la condition de colonisés. La Cisjordanie, dont le territoire est en permanence « rongé » par les colonies, est également traversée depuis 2002 par l’imposant mur construit par Israël, qui a littéralement étranglé de nombreux villages palestiniens, allant jusqu’à leur ôter l’accès aux ressources en eau. Par l’intermédiaire d’un réseau complexe de checkpoints et de barrages routiers fixes et mobiles, Israël exerce directement un contrôle constant sur le territoire, mais aussi sur le temps. Dans Out of time (Hors du temps)2 de l’écrivaine Adania Shibli, la protagoniste, soumise à de longues heures d’interrogatoire, voit sa montre décider de ne plus indiquer l’heure.

De retour à la maison, je me suis aperçue qu’il était 21 h, pourtant, .......(......).......

1C’est nous qui traduisons.

2Texte présenté durant l’atelier “The Politics of Images : Practices and Approaches to Art in the Middle East and North Africa” organisé par documenta 12, le 20 novembre 2006 à Vienne.

Repost 0
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 11:01

Pour un audit sur l’utilisation des fonds européens par L’Etat d’Israël

  

Images intégrées 1

J’ai pris une initiative en direction de la Cour des comptes européens pour lui demander de nous faire savoir comment L’État d’Israël utilise les fonds européens. J’en ai informé les députés européens et un certain nombre d’entre eux se sont joint à moi dans cette requête. De quoi s’agit-il ?

L’État d’Israël bénéficie de plusieurs programmes de coopération avec l’Union européenne. Ils portent notamment sur des moyens pour la recherche. Des fonds publics européens y sont alloués. Des entreprises, des universités, des laboratoires israéliens touchent des crédits européens au titre de ces coopérations. Mais, il serait intéressant de connaitre la nature des travaux entrepris grâce à ces financements européens. On ne peut accepter en effet que ceux-ci ou une partie de ceux-ci soient utilisées dans les espaces colonisés par l’État d’Israël en dehors du droit international.

C’est la raison pour laquelle, je demande à la Cour des comptes européens un audit afin de vérifier qu’aucune entité établie dans les colonies n’ait pu par le passé toucher des aides européennes. Je souhaite également par la même occasion que nous abordions la question des technologies à double usage. Les entreprises israéliennes de sécurité sont devenues spécialistes de l’importation des technologies qu’elles ont testées sur les populations palestiniennes occupées (par exemple, le savoir-faire accumulé sur un checkpoint peut ensuite être utilisé pour vendre un système d’entrée sécurisée dans un aéroport). Ces entreprises ne devraient pas pouvoir bénéficier de fonds européens, sous quelque forme que ce soit.

Je vous tiendrai évidemment informé des suites de cette requête.

Vous pouvez lire la lettre envoyée à la Cour des comptes en cliquant ici

 
 
 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 10:54
Pourquoi la Palestine demeure l’enjeu
 
 
 
 
 
jeudi 13 juillet 2017 / 5h:22
Photo by Gigi Ibrahim | CC BY 2.0
 
Photo by Gigi Ibrahim | CC BY 2.0
 
 
 
 
 
 
 
John Pilger Ce qui suit est une version abrégée de l’intervention de John Pilger à l’Exposition palestinienne à Londres le 8 juillet 2017. Son film, « Palestine is still the issue », peut être visionné ici.

 

La première fois que je suis allé en Palestine en tant que jeune journaliste dans les années 1960, j’ai séjourné dans un kibboutz. Les personnes que j’ai rencontrées travaillaient dur, étaient pleines d’entrain et se disaient socialistes. Je les aimais bien.

Un soir au dîner, j’ai demandé qui étaient les silhouettes de gens au loin, au-delà de notre périmètre. Des « Arabes », ont-ils dit, des « nomades ». Les mots avaient presque été crachés. Israël, ont-ils dit, signifiant la Palestine, n’avait été pour la majeure partie que des terres en friche et l’un des grands exploits de l’entreprise sioniste consistait à faire verdir le désert.

Ils m’ont donné comme exemple leur récolte d’oranges Jaffa, exportées vers le reste du monde. Quel triomphe contre les caprices de la nature et le manque de soin de l’humanité.

C’était le premier mensonge. La plupart des orangeraies et des vignobles appartenaient aux Palestiniens qui avaient cultivé le sol et exporté des oranges et des raisins vers l’Europe depuis le dix-huitième siècle. L’ancienne ville palestinienne de Jaffa était connue par ses habitants précédents comme « le lieu des oranges tristes ».

Au kibboutz, le mot « Palestinien » n’était jamais utilisé. J’ai demandé pourquoi. La réponse a été un silence gêné.

Partout dans le monde colonisé, la véritable souveraineté des peuples autochtones est redoutée par ceux qui ne peuvent jamais totalement masquer le fait, et le crime, qu’ils vivent sur des terres volées.

Dénier à ces peuples leur humanité est l’étape suivante – comme le peuple juif ne le sait que trop bien. Profaner leur dignité, leur culture et leur fierté suit aussi logiquement que la violence.

À Ramallah, suite à une invasion de la Cisjordanie par feu Ariel Sharon en 2002, en me rendant au Centre culturel palestinien j’ai traversé des rues de voitures écrasées et de maisons démolies. Jusqu’à ce matin-là, des soldats israéliens y avaient campé.

J’y ai été accueilli par la directrice du centre, la romancière, Liana Badr, dont les manuscrits originaux gisaient au sol dispersés et déchirés. Le disque dur contenant ses œuvres de fiction, et une bibliothèque de pièces de théâtre et de poésies avait été prise par des soldats israéliens. Presque tout avait été brisé, et souillé.

Aucun livre n’a survécu avec toutes ses pages; pas une seule bande maîtresse d’une des meilleures collections de cinéma palestinien.

Les soldats avaient uriné et déféqué sur les planchers, les bureaux, les broderies et les œuvres d’art. Ils avaient maculé les peintures des enfants de matières fécales, et écrit – avec de la merde – « Born to kill » (nés pour tuer).

Liana Badr avait des larmes aux yeux, mais elle gardait la tête haute. Elle a dit: « Nous allons le remettre en état. »

Ce qui rend furieux ceux qui colonisent et occupent, volent, oppriment, vandalisent et souillent, c’est le refus des victimes de se soumettre. Et c’est l’hommage que nous devrions tous rendre aux Palestiniens. Ils refusent de se soumettre. Ils continuent. Ils attendent – jusqu’à ce qu’ils reprennent le combat. Et ils le font même lorsque ceux qui les gouvernent collaborent avec leurs oppresseurs.

En plein bombardement israélien de Gaza en 2014, le journaliste palestinien Mohammed Omer n’a jamais cessé ses reportages. Lui et sa famille étaient éprouvés; il faisait la queue pour de la nourriture et de l’eau qu’il transportait à travers les décombres. Quand je lui téléphonais, je pouvais entendre les bombes à l’extérieur de sa porte. Il a refusé de se soumettre.

Les reportages de Mohammed, accompagnés de photos réalistes, étaient un modèle de journalisme professionnel qui faisait honte aux reportages dociles et veules des médias dits « mainstream » [dominants] en Grande-Bretagne et aux États-Unis. La notion d’objectivité de la BBC – amplifier les mythes et les mensonges de l’autorité, pratique dont elle est fière – est quotidiennement tournée en dérision par des journalistes comme Mohammed Omer.

Depuis plus de 40 ans, j’ai enregistré le refus du peuple de Palestine de se soumettre à leurs oppresseurs: Israël, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Union européenne.

Depuis 2008, la Grande-Bretagne à elle seule a accordé des licences pour l’exportation en Israël d’armes, de missiles, de drones et de fusils de tireur d’élite, d’une valeur de 434 millions de livres sterling.

Ceux qui ont affronté cela, sans armes, ceux qui ont refusé de se soumettre, font partie des Palestiniens que j’ai eu le privilège de connaître:

Mon ami, feu Mohammed Jarella, qui s’est escrimé pour l’agence des Nations Unies, l’UNRWA, en 1967 m’a montré un camp de réfugiés palestinien pour la première fois. C’était une journée d’hiver glaciale et les écoliers tremblaient de froid. « Un jour … » disait-il. « Un jour … »

Mustafa Barghouti, dont l’éloquence reste intacte, qui a décrit la tolérance qui existait en Palestine entre les juifs, les musulmans et les chrétiens jusqu’à ce que, comme il me l’a dit, « les sionistes ont voulu un état aux dépends des Palestiniens ».

Mona El-Farra, médecin à Gaza, dont la passion a été de recueillir de l’argent pour financer des interventions de chirurgie plastique pour les enfants défigurés par des balles israéliennes et des éclats d’obus. Son hôpital a été rasé par les bombes israéliennes en 2014.

Dr. Khalid Dahlan, psychiatre, dont les cliniques pour enfants à Gaza – enfants que la violence israélienne a rendus presque fous – étaient des oasis de civilisation.

Fatima et Nasser, couple dont la maison se trouvait dans un village près de Jérusalem classé « Zone A et B », ce qui signifie qu’il a été proclamé que la terre y était réservée exclusivement aux juifs. Leurs parents y avaient vécu… Leurs grands-parents y avaient vécu. Aujourd’hui, les bulldozers construisent des routes réservées aux juifs, protégés par des lois qui ne s’appliquent qu’aux juifs.

Il était minuit passé quand le travail d’accouchement de leur second enfant a commencé. Le bébé était prématuré, et quand ils sont arrivés à un poste de contrôle avec l’hôpital en vue, le jeune soldat israélien leur a dit qu’ils devaient produire un autre document.

Fatima perdait beaucoup de sang. Le soldat se mit à rire et à imiter ses gémissements et il leur a dit: « Rentrez chez vous ». Le bébé est né là dans un camion. Il était tout bleu de froid et sous peu, n’ayant pu recevoir de soins, il est mort d’hypothermie. Le nom du bébé était Sultan.

Pour les Palestiniens, ce seront des histoires bien connues. La question est la suivante : pourquoi ne le sont-elles pas à Londres, à Washington, à Bruxelles et à Sydney?

En Syrie, une cause progressiste récente – parrainée par George Clooney – recueille des fonds généreux en Grande-Bretagne et aux États-Unis, même si les bénéficiaires, les soi-disant rebelles, sont dominés par des djihadistes fanatiques, produits de l’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak et de la destruction de la Libye moderne.

Et pourtant, l’occupation la plus longue des temps modernes et la résistance qui lui est opposée ne sont pas reconnues. Lorsque soudainement l’ONU bouge et définit Israël comme un État d’apartheid, comme ce fut le cas cette année, cela suscite l’indignation – non pas envers un État dont la « vocation essentielle » est le racisme, mais envers une commission de l’ONU qui a osé rompre le silence.

« La Palestine » a déclaré Nelson Mandela, « est la plus grande question morale de notre époque ».

Pourquoi cette vérité est-elle étouffée, jour après jour, mois près mois, année après année ?

Concernant Israël, l’État d’apartheid, coupable de crime contre l’humanité et de violation du droit international plus que tout autre état, ceux qui savent et dont le travail consiste à maintenir les pendules à l’heure, ceux-là gardent le silence

Concernant Israël, tant de journalisme se laisse impressionner et contrôler par la pensée unique qui exige le silence sur la Palestine, alors que le journalisme qui se respecte est devenu dissidence: une avant-garde métaphorique.

Un seul mot – « conflit » – permet ce silence. « Le conflit israélo-arabe », entonnent les robots devant leurs téléprompteurs. Quand un journaliste de longue date de la BBC, un homme qui connaît la vérité, parle de « deux récits », la contorsion morale est totale.

Il n’y a pas de conflit, pas deux récits, avec leur articulation morale. Il y a une occupation militaire imposée par une puissance nucléaire soutenue par la plus grande puissance militaire au monde; et il y a une énorme injustice.

Le mot « occupation » peut être interdit, supprimé du dictionnaire. Mais le souvenir de la vérité historique ne peut être interdit: celui de l’expulsion systémique des Palestiniens de leur patrie. « Le Plan D », comme l’appelaient les Israéliens en 1948.

L’historien israélien Benny Morris rapporte comment un des généraux de David Ben-Gourion, premier premier ministre israélien, lui demanda: « Que ferons-nous des Arabes? »

Le premier ministre, écrit Morris, « fit un geste de la main dédaigneux et vigoureux ». « Expulsez-les! », a-t-il répondu.

Soixante-dix ans, plus tard, ce crime est étouffé dans la culture intellectuelle et politique de l’Occident. Ou bien c’est une question discutable, ou simplement controversée. Des journalistes grassement payés et qui acceptent avec enthousiasme les voyages offerts par le gouvernement israélien, son hospitalité et sa flatterie, protestent avec véhémence si leur indépendance est mise en cause. Le terme « idiots utiles » a été inventé pour eux.

En 2011, j’ai été frappé par la facilité avec laquelle l’un des romanciers les plus acclamés de Grande-Bretagne, Ian McEwan, un homme tout irradié des Lumières de la bourgeoisie, a accepté le Prix de Jérusalem de littérature dans l’État d’apartheid.

McEwan serait-il allé à Sun City dans l’Afrique du Sud de l’apartheid ? Ils y remettaient aussi des prix, tous frais payés. M. McEwan a justifié son geste en termes ambigus sur l’indépendance de la « société civile »

La propagande – à la McEwan, avec petite tape symbolique sur les doigts de ses hôtes ravis – est une arme pour les oppresseurs de la Palestine. Comme le sucre, elle s’insinue dans presque tout aujourd’hui.

Comprendre et déconstruire la propagande étatique et culturelle est notre tâche la plus cruciale. On nous emmène de force vers une deuxième guerre froide, dont le but final est de soumettre et de balkaniser la Russie et d’intimider la Chine.

Lorsque Donald Trump et Vladimir Poutine se sont entretenus en privé pendant plus de deux heures lors de la réunion du G20 à Hambourg, apparemment sur la nécessité de ne pas se faire la guerre mutuellement, les objecteurs les plus virulents étaient ceux qui se font les chantres du libéralisme, comme le journaliste politique sioniste du Guardian.

« Pas étonnant que Poutine était souriant à Hambourg », a écrit Jonathan Freedland. « Il sait qu’il a atteint son objectif principal: il a restauré la faiblesse de l’Amérique. » Signal du mépris pour le Méchant Vlad.

Ces propagandistes n’ont jamais connu la guerre mais ils adorent le jeu de la guerre impériale. Ce que Ian McEwan appelle la « société civile » est devenu une source riche en propagande connexe.

Prenez un terme souvent utilisé par les gardiens de la société civile – « droits de l’homme ». À l’instar d’un autre concept noble, celui de « démocratie », le terme « droits de l’homme » a été presque vidé de son sens et de son objectif.

À l’instar du « processus de paix » et de la « feuille de route », les droits de l’homme en Palestine ont été détournés par les gouvernements occidentaux et les ONG d’entreprises qu’ils financent et qui revendiquent une autorité morale chimérique.

Ainsi, lorsque les gouvernements et les ONG demandent à Israël de « respecter les droits de l’homme » en Palestine, rien ne se passe, car tous savent qu’il n’y a rien à craindre; rien ne changera.

Notez le silence de l’Union européenne, qui satisfait les désirs d’Israël tout en refusant de respecter ses engagements envers le peuple de Gaza – comme maintenir la planche de salut qu’est l‘ouverture du passage frontalier de Rafah : mesure qu’elle a acceptée pour remplir sa part de l’accord en vue de l’arrêt des combats en 2014. L’aménagement d’un port maritime pour Gaza – convenu par Bruxelles en 2014 – a été abandonné.

La commission des Nations Unies dont j’ai parlée, dont le nom complet est Commission économique et sociale de l’ONU pour l’Asie occidentale, a décrit Israël comme étant, je la cite, « conçu avec pour vocation essentielle » la discrimination raciale.

Des millions de personnes comprennent cela. Ce que les gouvernements de Londres, de Washington, de Bruxelles et de Tel Aviv ne peuvent pas contrôler, c’est que l’humanité au niveau de la rue est en train de changer, peut-être comme jamais auparavant.

Les gens, partout, sont en train de bouger et ont une plus grande conscience, à mon avis, que jamais auparavant. Certains sont déjà en révolte ouverte. L’atrocité de Grenfell Tower à Londres a rassemblé les communautés dans une résistance dynamique quasi nationale.

Grâce à une campagne populaire, le pouvoir judiciaire examine aujourd’hui les preuves en vue d’une éventuelle poursuite de Tony Blair pour crimes de guerre. Même si cela échoue, c’est une évolution cruciale, faisant tomber une nouvelle barrière entre le public et sa prise de conscience de la nature vorace des crimes du pouvoir étatique – le mépris systémique de l’humanité perpétrée en Irak, dans la tour Grenfell, en Palestine. Ce sont les points qui attendent d’être reliés.

Pendant la majeure partie du 21ème siècle, la supercherie du pouvoir d’entreprise se faisant passer pour la démocratie a dépendu de la propagande de l’égarement: reposant en grande partie sur le culte du « moi d’abord » conçu pour désorienter notre faculté de nous soucier des autres, d’agir ensemble, de nous préoccuper de justice sociale et d’internationalisme.

Classe, genre et race ont été séparés de force. Le personnel est devenu le politique et les médias le message. La promotion du privilège bourgeois a été présentée comme une politique « progressiste ». Ce n’était pas le cas. Ça ne l’est jamais. C’est la promotion du privilège et du pouvoir.

Chez les jeunes, l’internationalisme a trouvé un vaste nouveau public. Voyez le soutien à Jeremy Corbyn et la réception réservée au cirque du G20 à Hambourg. En comprenant la vérité et les impératifs de l’internationalisme, et en rejetant le colonialisme, nous comprenons la lutte de la Palestine.

Mandela l’a formulé ainsi: « Nous ne savons que trop bien que notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens ».

Au cœur du Moyen-Orient, il y a l’injustice historique en Palestine. Jusqu’à ce qu’elle soit résolue, et que les Palestiniens aient leur liberté et leur patrie, et qu’Israéliens et Palestiniens soient égaux devant la loi, il n’y aura pas de paix dans la région, et peut-être nulle part ailleurs.

Ce que Mandela disait, c’est que la liberté elle-même est précaire tant que les gouvernements puissants peuvent refuser la justice aux autres, terroriser les autres, emprisonner et tuer les autres, en notre nom. Israël comprend certainement la menace qu’un jour il puisse devoir être normal.

Voilà pourquoi son ambassadeur en Grande-Bretagne est Mark Regev, bien connu des journalistes en tant que propagandiste professionnel, et pourquoi le « grand bluff » des accusations d’antisémitisme, comme le nomma Ilan Pappe, a pu contorsionner le Parti travailliste visant à discréditer Jeremy Corbyn en tant que dirigeant. Le fait est qu’il n’a pas réussi.

Les événements évoluent rapidement maintenant. La remarquable campagne Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) remporte des succès, jour après jour; des villes et des cités, des syndicats et des organisations étudiantes y adhèrent. La tentative du gouvernement britannique de restreindre la liberté des conseils locaux à appliquer le BDS a échoué devant les tribunaux.

Ce ne sont pas des fétus de paille. Lorsque les Palestiniens se lèveront à nouveau, ce qu’ils feront, ils ne réussiront peut-être pas tout de suite, mais ils finiront par le faire si nous comprenons qu’ils sont nous, et que nous sommes eux.

* Militant anti-guerre, John Pilger est aussi un journaliste et réalisateur internationalement connu . Consultez son site internet.

 

11 juillet 2017 – Counterpunch – Traduction: Chronique de Palestine – MJB

 
 
http://chroniquepalestine.com/pourquoi-palestine-demeure-enjeu/
 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by The Counter Punch / Chronique de Palestine.net - dans Revue de presse
commenter cet article
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 10:47

Le CICR veut un accès humanitaire « régulier, fréquent et inconditionnel »

Dans ces zones, « les hostilités entre les parties en conflit (le gouvernement syrien et les groupes armés de l’opposition qui ont signé ou vont signer le cessez-le-feu) doivent cesser, tout comme l’emploi de tout type d’armes, y compris de moyens aériens », lit-on dans le mémorandum. Ce qui signifie que leur survol serait interdit aux avions de la coalition internationale menée par les États-Unis. Le but ultime est qu’« une aide humanitaire rapide, sûre et inconditionnelle » puisse y être acheminée et que les « conditions pour la délivrance d’une aide médicale à la population locale et pour faire face aux besoins de base des civils » soient mises en place, alors que des mesures seraient prises « pour restaurer les infrastructures de base, commencer la distribution d’eau et remettre en marche les réseaux électriques ».

Ce que certains appellent « le plan russe » a de quoi séduire. Ce plan ressemble à l’ébauche d’un retour à la vie « normale » pour des millions de Syriens. Mais pour l’instant, il n’existe que sur le papier, même si les observateurs ont pu constater une diminution des violences, en particulier autour d’Idlib et à l’est d’Alep, les hostilités se poursuivant en revanche autour de Homs, Damas et Deraa.

Le 4 et le 5 juillet, à Astana, il était prévu que les cartes précises de ces « zones de désescalade », doublées de « zones de sécurité » – avec des postes de contrôle et des centres de surveillance tenus conjointement par « les forces des pays garants » et possiblement « d’autres parties » – soient enfin achevées. La réunion s’est terminée par un échec, seules les frontières de deux zones, Homs et la Ghouta orientale, ayant fait l’objet d’un accord. Un nouveau cycle de négociations est prévu fin août.

Le flou le plus total continue à régner sur la manière dont ces territoires seront administrés. Qui sera responsable de la sécurité à l’interne ? Le déploiement de forces du Kazakhstan et du Kirghizistan a été évoqué, mais rien n’a été décidé. Quant au contrôle des pourtours extérieurs, il pourrait être, dans un premier temps, confié aux militaires russes. Le gouvernement syrien a déjà fait savoir qu’il craignait que la Turquie et le Qatar n’utilisent ces zones pour s’immiscer dans les affaires intérieures du pays. Le ministre des affaires étrangères dit vouloir « préserver la souveraineté et l’unité de la Syrie, et épargner le sang de ses fils ».

Staffan de Mistura, l’envoyé spécial de l’ONU, estime que ces « zones de désescalade » qu’il appelle de ses vœux doivent être « une solution temporaire » et ne pas se transformer en « zones d’influences qui pourraient conduire à la partition du pays ».

Contactée par Mediapart, Iolanda Jaquemet, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) – l’organisation internationale qui assure un travail de premier plan en Syrie – salue « tout ce qui peut assurer une meilleure protection aux civils et aux blessés », mais elle souligne que « cet accord de désescalade, sorti comme d’un chapeau le 4 mai », comporte de nombreuses inconnues.

Pour les humanitaires, le principal problème réside dans le fait que ces territoires ne seront pas démilitarisés, n’ayant ainsi rien à voir avec des « zones de sécurité », telles qu’elles sont définies dans le droit international humanitaire. Dans le mémorandum d’Astana, il est écrit que « les pays garants doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour continuer de combattre Daech/l’État islamique ; le front Al-Nosra [aujourd’hui front Fatah Al-Cham – ndlr] et tous les individus, groupes ou entités associés à Al-Qaïda ou Daech à l’intérieur comme à l’extérieur de ces régions ». Ce qui signifie que les combats vont probablement se poursuivre, rendant difficile tout accès humanitaire. Un tel accès, pour le CICR, doit être « régulier, fréquent et inconditionnel ». « D’une manière générale, pour qu’une zone soit sécurisée, il faut l’accord de toutes les parties, ce qui n’est pas le cas ici. Nous ne voulons pas d’un accès humanitaire soumis à la bonne volonté de X ou Y, ou d’un accès humanitaire où nos collègues se font tirer dessus », précise Iolanda Jaquemet.

 

Depuis le début de l'année 2017, 690 000 personnes vivant dans des villes assiégées ou difficiles d'accès ont pu être approvisionnées par les agences humanitaires de l'ONU et les ONG
 
Depuis le début de l'année 2017, 690 000 personnes vivant dans des villes assiégées ou difficiles d'accès ont pu être approvisionnées par les agences humanitaires de l'ONU et les ONG

 

Le 17 juin dernier, un convoi de 37 camions, acheminé conjointement par le CICR, le Croissant-Rouge arabe syrien (SARC) et les Nations unies, a été la cible d’une fusillade à la périphérie de Damas, blessant sérieusement un collaborateur du SARC. Il devait ravitailler en nourriture, médicaments et produits de première nécessité East Harasta, une ville de la région de la Ghouta orientale, dont les habitants n’avaient pas reçu d’aide humanitaire depuis huit mois.

Depuis le début de l’année, le CICR n’a pu mener que 27 « opérations au-delà des lignes de front » pour approvisionner des villes assiégées ou difficiles d’accès. « C’est très peu », souligne la porte-parole, regrettant qu’en Syrie la moindre opération soit « toujours soumise à des conditions posées par les belligérants ».

En mars 2017, le CICR a pu atteindre la ville de Madaya – une localité de la région de Damas encerclée depuis deux ans par les troupes du régime et leurs alliés –, restée sans contact avec l’extérieur pendant plus de cinq mois. Ingy Sedky, l’une des humanitaires sur place, a pu raconter la désolation qui régnait : les gens qui avaient froid avaient été obligés de brûler leurs couvertures et se nourrissaient de riz trempé dans de l’eau qu’ils exposaient au soleil (lire ici son témoignage).

Un mois après, sur initiative de l’Iran et du Qatar, un accord a été signé pour l’évacuation de cette ville martyre, ainsi que de celle voisine de Zabadani, et des localités de Foua et Kefraya (deux villes chiites pro-régime de la province d’Idlib assiégées par les rebelles). Cette opération supervisée par les seuls belligérants a tourné au carnage le 15 avril, quand un kamikaze a lancé sa camionnette contre un convoi de bus transportant des habitants de Foua et Kefraya, provoquant la mort de 126 personnes dont 68 enfants........(.....)........

 

(à suivre)

 

https://www.mediapart.fr/journal/international/120717/le-plan-russe-pour-la-desescalade-en-syrie?page_article=2

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Mediapart.fr - dans Revue de presse
commenter cet article