Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 05:52
Qatar rejects deadline demands, saying it does not fear military action
 
 
 

Foreign minister Sheikh Mohammed bin Abdulrahman Al Thani rejects demands from Saudi Arabia, Egypt, Bahrain and United Arab Emirates

Foreign minister Sheikh Mohammed bin Abdulrahman Al Thani rejects demands from Saudi Arabia, Egypt, Bahrain and United Arab Emirates

During a visit to Rome, foreign minister Sheikh Mohammed bin Abdulrahman Al Thani again rejected the demands as an infringement on Qatar’s sovereignty. He said any country is free to raise grievances with Qatar, provided they have proof, but said any such conflicts should be worked out through negotiation, not by imposing ultimatums.

“We believe that the world is governed by international laws, that don’t allow big countries to bully small countries,” he told a press conference in Italy. “No one has the right to issue to a sovereign country an ultimatum.”

Saudi Arabia, Egypt, Bahrain and the United Arab Emirates cut diplomatic ties with Qatar last month and shut down land, sea and air links. They issued a 13-point list of demands, including curbing diplomatic ties to Iran, severing ties with the Muslim Brotherhood and shuttering the Al-Jazeera news network. They accuse Qatar of supporting regional terror groups, a charge Qatar denies.

Al Thani rejected the demands and said they were never meant to be accepted.
“There is no fear from whatever action would be taken; Qatar is prepared to face whatever consequences,” he said. “But as I have mentioned ... there is an international law that should not be violated and there is a border that should not be crossed.”

While in Rome, Al Thani met with Italian foreign minister Angelino Alfano, who backed the Kuwait-led mediation effort and urged the countries involved in the standoff to “abstain from further actions that could aggravate the situation”.

He added that he hoped Italian companies could further consolidate their presence in Qatar.

 

https://www.theguardian.com/world/2017/jul/02/qatar-rejects-deadline-demands-saying-it-does-not-fear-military-action

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by The Guardian.com / Associated Press - dans Revue de presse
commenter cet article
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 05:41
Près d'un demi-million de Syriens de retour chez eux cette année
 
 
 
Par
 
Près d'un demi-million de Syriens ont retrouvé leur foyer cette année dont 440.000 déplacés internes et 31.000 ayant rejoint un pays voisin, rapporte vendredi le Haut commissariat de l'Onu pour les réfugiés (HCR).
 
 

GENEVE (Reuters) - Près d'un demi-million de Syriens ont retrouvé leur foyer cette année dont 440.000 déplacés internes et 31.000 ayant rejoint un pays voisin, rapporte vendredi le Haut commissariat de l'Onu pour les réfugiés (HCR).

Convaincus par l'amélioration de la sécurité dans certaines zones, ces Syriens ont décidé de rentrer.

La grande majorité sont originaires des grandes villes comme Alep, Hama, Homs et Damas.

"C'est une tendance significative et un nombre conséquent", s'est réjoui lors d'une conférence de presse à Genève un porte-parole du HCR, Andrej Mahecic.

"La plupart d'entre eux reviennent pour vérifier s'ils ont toujours leurs biens, retrouver leur famille."

Le HCR estime à 6,3 millions le nombre de Syriens déplacés après plus de six ans de guerre et à 5 millions le nombre de réfugiés dans les pays voisins.

Selon une étude récente du HCR, plus de 80% des réfugiés syriens souhaitent regagner leur pays.

"Parmi eux, seuls 6% environ envisagent cette possibilité dans un proche avenir", souligne l'agence onusienne.

 

https://www.mediapart.fr/journal/international/300617/pres-dun-demi-million-de-syriens-de-retour-chez-eux-cette-annee

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Mediapart.fr / agence Reuters - dans Revue de presse
commenter cet article
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 07:09

L'armée israélienne détruit une soixantaine panneaux solaires d'un village à Bethlehem

Publication: Mis à jour:

 

 

Repost 0
Published by HuffPost Algérie - dans Revue de presse
commenter cet article
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 07:05

UK's largest Palestine group removed from global 'terrorism list'

 
 
 
#HumanRights

Palestine Solidarity Campaign had accounts frozen in 2015 after being added to 'World-Check' list due to claims on right-wing blogs

 
Thousands attended marches organised by the Palestine Solidarity Campaign in 2014 (AFP)
 
Last update: 
Friday 30 June 2017 14:58 UT
 
 

The UK's largest Palestinian rights group has been removed from a non-governmental "terrorism" watch list that led to its bank accounts being closed by leading financial institutions.

The Palestine Solidarity Campaign (PSC) said its lawyers had successfully fought to have the group and its chairman, Hugh Lanning, taken off World-Check list, to which it had been added in 2015 based on what it said were "smears" and false claims of links to terrorism.

The World-Check database, a subsidiary of Thomson Reuters, apologised to the group and said that it should never have been included on the database, according to lawyers representing the PSC. 

Global financial institutions use World-Check to risk assess individuals who use or intend to use their services. However, several British organisations and individuals have successfully fought inclusion, citing "unfounded allegations" and lack of evidence.

Lanning said he believed his inclusion was partly influenced by smears from "the Israeli government and its supporters".

"I hope the government and their supporters follow this good example and stop repeating unfounded smears about the PSC and its members," he said.

"We expect the media to take note of the vindication and rethink printing smears made without qualification, as was done following my deportation from Israel.

"I am pleased that World-Check agreed it was wrong to include my name in the database as there are no grounds for me being associated with terrorism."

Ravi Naik, who represented PSC, said the group "should not have been on the database" and that it was put on the list based on "unfounded allegations".

They added: "Our clients maintain that they do not present any financial risk and the agreement reached between them and World-Check regarding the profile has vindicated this position.”

In a statement to Middle East Eye, Thomson Reuters said that all its profiles on World-Check are reviewed on an ongoing basis and that it will take action to ensure "their complete accuracy".

"A clear privacy statement online sets out our commitment and our obligations to the regulatory authorities," the statement said. "It also explains how to contact us in order to review a profile or discuss its amendment. We investigate all such requests fully and would urge anyone with concerns to contact us." 

No immediate reason, however, was given as to why the PSC was put on the list. An investigation by VICE News suggested the organisation was accused of links with terrorists by right-wing blogs based in America. 

Each terrorism profile compiled by Thomson Reuters includes a list of the sources of information used by World-Check when compiling the profile.

World-Check's literature explains that as well as listing sanctioned and convicted individuals, it lists individuals "facing charges, but not yet convicted".

Those include including anyone "accused, investigated, arrested, charged, indicted, detained, questioned or on trial" for World-Check listed crimes. 

The listed crimes include terrorism, hostage-taking, slave labour and sexual exploitation of children.

Other organisations such as rights group CAGE and numerous Muslim organisations in Britain have had their bank accounts shut down after being arbitrarily placed on the World-Check database. 

Earlier this year, the Finsbury Park mosque in north London won damages from the organisation of £10,000, after it had been placed on the list for allegedly having links with terrorist activities. 

The mosque had its bank accounts frozen without any reason being given. 

In a statement to MEE after the Finsbury Park decision, Thomson Reuters said that World-Check was based on sanctions data from official bodies and "reliable and reputable public domain sources".

"We also provide secondary identifying information on individuals, such as dates and place of birth, and this will be similarly verified with reputable and official sources," it said.

"If blog content appears, it is only as a supporting source for that secondary information, and we make that clear."

 

http://www.middleeasteye.net/news/UK-largest-palestine-group-taken-off-thomson-reuters-terror-list-176061219

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by The Middle East Eye.net - dans Revue de presse
commenter cet article
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 06:57

Guerre des Six-jours : comment un quartier fut rayé de la carte de Jérusalem

 
 
 

En juin 1967, les Israéliens ont entièrement rasé le quartier des Maghrébins de Jérusalem. L’historien Vincent Lemire revient sur cet épisode méconnu de la guerre.

 

LE MONDE IDEES | • Mis à jour le | Propos recueillis par Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant)

 
 
 

La guerre des Six-Jours n’a pas encore livré tous ses secrets.

Lorsque, en juin 1967, les troupes israéliennes s’emparent de Jérusalem-Est et de la vieille ville, une euphorie et une atmosphère mystique règnent dans les rangs. Or il se passe un drame au cours du week-end des 10 et 11 juin, largement ignoré ensuite d’un point de vue historiographique : un quartier entier de la vieille ville est livré aux bulldozers, ses habitants sont expulsés. Il s’agit de plusieurs centaines de Maghrébins, des pèlerins qui se sont installés là au fil des siècles, malgré le dénuement des lieux.

Dans un entretien au Monde, l’historien Vincent Lemire, maître de conférences à l’université Paris-Est-Marne-la-Vallée et directeur de l’ouvrage Jérusalem. Histoire d’une ville-monde (Flammarion, 2016), revient sur le sort du quartier des Maghrébins, qui remonte à la surface cinquante ans après sa disparition.

Comment, pendant la guerre ­des ­Six-Jours, la destruction de ce quartier ­a-t-elle été décidée ?

Les Israéliens sont entrés dans la vieille ville le mercredi 7 juin au matin. Le samedi soir, après shabbat, les 700 habitants du quartier des ­Maghrébins ont été sommés d’évacuer en quelques heures. Les Israéliens avaient une échéance, la fête de Chavouot, mercredi 14, qui était l’occasion de prier au mur des Lamentations, tout juste repris.

Il n’y a pas de documents écrits sur les ordres donnés.

Les historiens n’ont rien trouvé. Cela fait penser à la Nakba en 1948 [la « grande catastrophe », ou l’expulsion de centaines de milliers de Palestiniens lors de la création d’Israël].

Beaucoup de villages palestiniens furent à l’époque évacués sur simple ordre oral.

 

La décision de détruire le quartier est prise par le maire de Jérusalem, Teddy Kollek, et le général Uzi Narkiss, sans ordre politique explicite du gouvernement.

L’association des ingénieurs et des architectes de Jérusalem-Ouest joue un rôle majeur : elle fournit le matériel et les ouvriers, elle supervise les opérations. La décision sera ainsi présentée comme technique, et non militaire. Officiellement, il s'agit de -raser des taudis.

Il faut mettre cette destruction en perspective avec ce qui se passe au-dessus, sur l'esplanade des Mosquées - le mont du Temple pour les juifs. Après la conquête de la vieille ville, le général Moshe Dayan ordonne de retirer le drapeau israélien et les soldats israéliens de ce lieu saint. Il dit aux Jordaniens : vous gardez la gestion pleine et entière de l'esplanade. Mais pendant ce temps, en contrebas, on crée un lieu saint pour les juifs, devant le mur des Lamentations. Or le passage est trop étroit pour les croyants, il faut donc raser le quartier qui se dresse là.

 
 
Qu'est-ce que le quartier -des Maghrébins ?
 

Le quartier des Maghrébins correspond très exactement à l'esplanade qui se trouve aujourd'hui devant le mur occidental - mur des Lamentations - . Il existait depuis la fin du XIIe  siècle, après la prise de Jérusalem par Saladin. La ville est alors assez -dépeuplée, des zones entières ne sont pas construites. Saladin distribue à ses généraux et lieutenants des terres dans les villages aux alentours et des quartiers de la ville.

 

L'un de ses compagnons est Abou Madyan. D'origine andalouse, il sera enterré en Algérie. Mystique extrêmement renommé, il fonde un quartier entièrement dévolu à l'accueil des -pèlerins du Maghreb, de retour de La  Mecque et de Médine. Il met en place une fondation pieuse musulmane classique (un waqf) avec deux pôles : un pôle de service public pour les habitants, un autre pôle rapportant de l'argent grâce aux terres du village d'Ein Kerem, à l'ouest de Jérusalem.

 

C'est comme ça que, pendant huit siècles, des Algériens, des Tunisiens et des Marocains vont faire souche à -Jérusalem, tout en faisant des allers-retours vers leur pays d'origine. Jusqu'en  1967, le quartier est habité par des Maghrébins. Ils sont environ 700 à la veille de la guerre des Six-Jours, dans 138 foyers. Depuis le XIIe  siècle, c'est un quartier pour les pauvres plutôt qu'un quartier pauvre. On peut parler de logements sociaux, subventionnés par une fondation pieuse.

 
 
Un quartier pour les pauvres -longtemps placé sous protection étrangère...
 

En  1949, après la guerre contre les pays arabes, le village d'Ein Kerem se -retrouve en Israël. Les paysans palestiniens sont évacués, les terres saisies. Les revenus qui en étaient tirés n'existent plus. Le waqf, d'origine algérienne, se retrouve donc dans une crise financière profonde.

 

Entre 1949 et 1962, année de l'indépendance -algérienne, la France se substitue aux revenus perdus.

Il existe des boîtes entières d'archives montrant comment le consul de France, en tant que puissance souveraine en Algérie, prend à sa charge, dans le quartier des Maghrébins, les -dépenses de santé, la nourriture pendant le ramadan, les vêtements gratuits pour les enfants et les veuves, -conformément aux textes d'origine de la fondation. Beaucoup de rénovations sont aussi lancées dans les années 1950. En Algérie, des actions de sensibilisation du public sont organisées, on fait des quêtes à la sortie des mosquées. Le roi du Maroc puis la Tunisie indépendante donnent aussi de l'argent.

 
 
Quelles conséquences a eu, pour les habitants du quartier, l'indépendance de l'Algérie en  1962 ?
 

A partir de 1962, le consulat de France ne peut plus intervenir en leur faveur, politiquement et juridiquement. Or, l'Algérie et la Tunisie n'ont rien fait pour reprendre la protection qu'avait assurée la France. Le Maroc, de son côté, a continué à accorder quelques subsides, mais en se gardant d'intervenir sur le plan juridique et politique. Le cas algérien est particulièrement bien documenté grâce aux archives de l'ambassade de France. Pendant des mois, à cette époque, les Français transmettent les clés de la souveraineté aux Algériens : impôts, police, postes, cadastre, etc.

 

Jean-Marcel Jeanneney, qui était alors l'ambassadeur à Alger, a demandé des notes au consulat à Jérusalem sur le quartier des Maghrébins et surtout sur les terres d'Ein Kerem, vers novembre-décembre  1962. Il y a alors dix-neuf années de loyers non perçus, qui font l'objet d'une procédure judiciaire depuis 1951. Les Israéliens sont prêts à payer des indemnités forfaitaires, dès lors que leur -souveraineté serait reconnue. A plusieurs reprises, le procès est reporté parce que la France n'a plus légitimité à s'y présenter.

 

L'Algérie, elle, est dans une autre -séquence historique. C'est un Etat neuf, socialiste, nationaliste, en décalage total avec le sort de ces musulmans pieux exilés à Jérusalem. Les -Israéliens le savent parfaitement. Ils constatent qu'il n'y a plus personne en face d'eux, au procès. Ainsi, pendant cinq ans - 1962-1967 - , le quartier se dégrade sur le plan matériel et -s'affaiblit sur le plan juridique et économique, il n'est plus soutenu par aucune puissance étrangère.

 
 
Qu'arrive-t-il aux habitants expulsés après la guerre des Six-Jours ?
 

Il y a plusieurs scénarios. Une partie des habitants se réfugie dans les bâtiments de la fondation Abou Madyan, en bordure du quartier, qui ont été épargnés, et ils s'y trouvent encore. La plus grosse partie s'installe dans des quartiers comme Silwan ou Shuafat, chez de la famille proche ou éloignée, encouragée par les Israéliens. Des procédures de compensation sont mises en place. J'ai trouvé un gros classeur à la mairie de Jérusalem avec des -demandes en ce sens. Il est difficile de mesurer dans quelle mesure elles étaient justes et si elles ont été menées à leur terme.

 
 
Pourquoi ignore-t-on à ce jour l'histoire de la destruction de ce quartier des Maghrébins ?
 

C'est un mystère, un trou noir, un angle mort de l'historien. Les nouveaux historiens israéliens se sont penchés sur la Nakba de 1948. L'historien Tom Segev, dans son livre sur la guerre des -Six-Jours - 1967. Six jours qui ont changé le monde, Hachette, 2009 - , consacre une demi-page au quartier des Maghrébins. Mais sinon, il n'y a presque rien. Je pense que ce trou noir correspond d'abord à la force symbolique des lieux et à l'énormité de l'événement.

 

Même si cette destruction est aussi une réponse aux synagogues que les Jordaniens ont incendiées en  1948 dans le quartier juif et aux tombes -juives vandalisées sur le mont des -Oliviers, il n'en reste pas moins qu'on est face au seul cas de destruction -organisée, planifiée d'un quartier de la vieille ville depuis les croisades. Ce devrait être dans tous les livres d'histoire. On comprend que les Israéliens ne l'aient pas voulu. Mais ne nous y trompons pas, les Palestiniens non plus, car ils considéraient ces Maghrébins exilés comme étant en dehors de leur récit national.

 

L'Organisation de libération de la -Palestine (OLP), fondée en  1964, est -révolutionnaire, socialiste, très liée à l'antenne du FLN - Front de libération nationale algérien -  en Jordanie. J'ai -découvert des tracts en arabe et en français, distribués à l'époque dans le quartier des Maghrébins, signés de l'antenne FLN d'Amman, demandant aux habitants de refuser l'argent du " gouvernement impérialiste français ".

 

Aujourd'hui, les Palestiniens ne cessent de déposer des résolutions à l'Unesco pour désigner le Mur occidental sous le nom d'" al-Bouraq " - du nom de la monture céleste qui emmena le prophète Mahomet pour son voyage nocturne de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem au ciel, où il rencontra Dieu, avant de revenir sur Terre - , mythe contre mythe, tradition religieuse contre tradition religieuse. Je ne comprends pas pourquoi ils ne se concentrent pas plutôt sur un texte simple et factuel, incontestable, disant : il y a cinquante ans, 138 familles vivaient au pied du Mur. C'est symptomatique du malaise que génère encore le quartier des Maghrébins, des deux côtés. -Depuis les émeutes de 1929, le Mur est au coeur du conflit israélo-arabe.

 

 

Propos recueillis par Piotr Smolar -(Jérusalem, -correspondant)

                                                   

 

 
 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by Le Monde.fr - dans Revue de presse
commenter cet article
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 06:45
 
 
La demande de fermeture d'Al Djazira "inacceptable", selon l'Onu
 
 
 
 
Par
 
 
 
La demande formulée par l'Arabie saoudite et trois autres pays arabes de fermeture de la chaîne qatarie Al Djazira constitue une "attaque inacceptable" contre la liberté d'expression et d'opinion, a estimé vendredi le chef des droits de l'homme de l'Onu.                       
 
 

GENEVE (Reuters) - La demande formulée par l'Arabie saoudite et trois autres pays arabes de fermeture de la chaîne qatarie Al Djazira constitue une "attaque inacceptable" contre la liberté d'expression et d'opinion, a estimé vendredi le chef des droits de l'homme de l'Onu.

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, le Bahreïn et l'Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques et commerciales avec le Qatar il y a trois semaines en reprochant à l'émirat de soutenir le terrorisme et de se rapprocher de l'Iran. Ces quatre pays ont posé 13 conditions pour mettre fin à la crise, dont la fermeture d'Al Djazira.

Le Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Zeïd Ra'ad al Hussein, est "extrêmement inquiet de la demande de fermeture d'Al Djazira et d'autres médias affiliés", a déclaré son porte-parole, Rupert Colville, pendant une conférence de presse.

"Qu'on les regarde ou pas, qu'on les aime ou pas, qu'on soit ou pas d'accord avec leur ligne éditoriale, les chaînes en arabe et en anglais d'Al Djazira sont légitimes et ont des millions de téléspectateurs. La demande de leur fermeture sur le champ est, de notre point de vue, une attaque inacceptable contre le droit à la liberté d'expression et d'opinion", a-t-il ajouté.

Le rapporteur des Nations unies sur la liberté d'expression et d'opinion, David Kaye, a aussi critiqué mercredi l'ultimatum des pays arabes, disant y voir "une grave menace pour la liberté de la presse" au Proche-Orient.

L'organisation Reporters sans frontières (RSF) a également dénoncé le "chantage" et la "volonté de censure" de l'Arabie saoudite et de l'Egypte, pays qui figurent tout au fond de son classement de la liberté de la presse.

Ces pays accusent Al Djazira d'ingérence dans leurs affaires intérieures -- notamment en donnant la parole à leurs opposants respectifs -- et d'avoir encouragé les révoltes arabes de 2011.

La chaîne satellitaire qatarie, dont la création en 1996 a révolutionné le paysage médiatique proche-oriental jusqu'alors dominé par les médias d'Etat, dit au contraire défendre la pratique d'un journalisme professionnel et indépendant des gouvernements.

 

https://www.mediapart.fr/journal/international/300617/la-demande-de-fermeture-dal-djazira-inacceptable-selon-lonu

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Mediapart.fr / agence Reuters - dans Revue de presse
commenter cet article
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 06:36
Les ambitions saoudiennes contrariées

Drôle de guerre dans le Golfe

 
 

La traditionnelle rivalité géopolitique entre l’Arabie saoudite et l’Iran prend un tour belliqueux, sur fond d’affrontements indirects en Syrie et au Yémen.

Confortés par les États-Unis, où ils disposent d’un influent groupe de pression, les Saoudiens entendent dicter leur ligne de conduite à leurs voisins arabes.

Et gare à ceux, comme le Qatar, qui ne rentrent pas dans le rang.

Repost 0
Published by Le Monde diplomatique.fr - dans Revue de presse
commenter cet article
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 06:32

Pluie de pétrodollars sur les cercles de réflexion, les experts et les médias

 

La redoutable influence de Riyad à Washington (aperçu)

 

Tièdes durant la dernière présidence de M. Barack Obama, les relations entre l’Arabie saoudite et les États-Unis se sont réchauffées depuis l’entrée en fonctions de M. Donald Trump. Une amélioration surprenante quand on connaît la virulence des attaques de ce dernier contre la monarchie wahhabite avant son élection, mais qui doit beaucoup à l’efficacité du lobby américain prosaoudien.

Ce n’est pas sans raison que l’Arabie saoudite a accueilli avec inquiétude la victoire de M. Donald Trump en novembre dernier.

Après tout, sa vieille amie Hillary Clinton ne tarissait pas d’éloges sur le royaume, qu’elle présentait comme une force de paix et de stabilité, alors que son adversaire républicain en disait pis que pendre depuis des années.

Concernant les attentats de septembre 2001, M. Trump avait accusé Riyad d’être « le plus gros bailleur de fonds mondial du terrorisme » : la monarchie pétrolière, écrivait-il, utilise « nos pétrodollars — notre argent à nous — pour financer les terroristes qui cherchent à détruire notre peuple pendant que les Saoudiens comptent sur nous pour les protéger  ».

Durant sa campagne électorale, il a menacé de bloquer les importations de pétrole saoudien si le royaume n’intensifiait pas sa lutte contre l’Organisation de l’État islamique (OEI).

Pourtant, sept mois seulement après son élection, le président américain a choisi Riyad pour sa première visite officielle à l’étranger.

À peine sur place, il a confirmé sa volte-face diplomatique en appelant à un changement de régime en Iran et en annonçant un contrat de 110 milliards de dollars (un peu plus de 98 milliards d’euros) de ventes d’armes — auxquels pourraient s’ajouter 240 milliards de contrats la décennie suivante.

Certes, on peut douter de la capacité du gouvernement saoudien à honorer cette fastueuse commande, compte tenu d’un déficit des comptes publics de 22 % du produit intérieur brut consécutif à la chute des prix du pétrole ; mais c’est une autre affaire.

Plusieurs sources à la Maison Blanche laissent entendre que ces contrats de ventes d’armes formeront la base d’une future « OTAN arabe » destinée à combattre à la fois l’Iran et l’OEI.

Revirement spectaculaire

De la fureur à l’adoration en quelques mois : le revirement de M. Trump paraît spectaculaire. Il n’était pourtant pas totalement imprévisible. D’abord, à cause du pétrole : malgré la révolution du gaz de (...)

Taille de l’article complet : 2 963 mots.

Cet article est réservé aux abonnés

 
 
 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
 

 

 

 

Repost 0
Published by Le Monde diplomatique.fr - dans Revue de presse
commenter cet article
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 06:24

Riyad réaffirme que ses demandes à Doha ne sont « pas négociables »

 
 
 

L’Arabie saoudite et ses voisins ont transmis au Qatar treize requêtes, dont l’arrêt de la chaîne Al-Jazira et la réduction de ses relations avec l’Iran.

 

LE MONDE | • Mis à jour le

 
Abonnez vous à partir de 1 €    
Ajouter

Pas le temps de
lire cet article ?

Conservez-le pour le consulter plus tard. Abonnez-vous au Monde.fr
à partir de 1 €

Abonnez-vous
 

image: http://img.lemde.fr/2017/06/27/0/0/5379/3586/534/0/60/0/1e1bfe9_45ae98df6b544db1996b4cbeaae07e2b-45ae98df6b544db1996b4cbeaae07e2b-0.jpg

Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson (à droite) aux côtés du ministre des affaires étrangères qatari Mohammed Bin Abdul Rahman (à gauche), le 27 juin à Washington.
 
Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson (à droite) aux côtés du ministre des affaires étrangères qatari Mohammed Bin Abdul Rahman (à gauche), le 27 juin à Washington. JACQUELYN MARTIN AP

L’Arabie saoudite a réaffirmé, mardi 27 juin, que les requêtes que le royaume a formulées à l’encontre du Qatar sont inaliénables. « Nos demandes (…) ne sont pas négociables. C’est maintenant au Qatar de cesser de soutenir l’extrémisme et le terrorisme », a ainsi fait valoir sur Twitter le ministre saoudien des affaires étrangères Adel Al-Jubeir, alors qu’il se trouvait à Washington.

Ses déclarations sont intervenues peu avant que le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson ne reçoive son homologue qatari au sujet de la crise des pays du Golfe. Diplomates états-uniens et koweïtiens s’efforcent de jouer les médiateurs entre Doha et ses voisins qui, sous l’impulsion de Riyad, l’ont isolé économiquement et diplomatiquement.

L’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte lui ont ainsi transmis une liste de treize demandes, parmi lesquelles l’arrêt de la chaîne Al-Jazira, la fermeture de sa base turque ou la réduction de ses relations avec l’Iran. Les Etats-Unis ont mis en garde sur le fait que le Qatar aurait du mal à satisfaire certaines requêtes et demandé à Riyad de réduire sa liste à celles « raisonnables et recevables ».

Lire aussi :   Les exigences exorbitantes du front anti-Qatar

Poursuites des discussions

Peu après les déclarations de M. Jubeir, M. Tillerson a reçu le chef de la diplomatie qatarie, Mohammed Bin Abdul Rahman, avant de rencontrer le ministre d’Etat koweïtien pour les affaires gouvernementales Sabah Khaled Al-Sabah, qui s’était rendu en Arabie saoudite pour une mission de médiation. Les discussions vont se poursuivre cette semaine, a précisé une porte-parole du département d’Etat.

Le Qatar abrite la plus grande base aérienne américaine de la région. Le Bahreïn, lui, héberge une base navale de la cinquième flotte des Etats-Unis. En outre, les armées américaines et saoudiennes travaillent étroitement ensemble.

 

 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
 
 
Repost 0
Published by Le Monde.fr - dans Revue de presse
commenter cet article
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 08:23
« Les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale ? » Une interview de Christophe Oberlin
 
 
 
 
 
 
mercredi 28 juin 2017 / 3h:01
Le Professeur Christophe Oberlin - Image : Youtube
 
Le Professeur Christophe Oberlin - Image : Youtube
 
 
 
 
 
 
 
InterviewEn préambule à une très prochaine présentation de son ouvrage intitulé « Le chemin de la Cour : Les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale », Chronique de Palestine a interrogé Christophe Oberlin, Professeur de médecine à l’université Denis Diderot à Paris et chirurgien spécialisé dans la microchirurgie et la chirurgie de la main. Christophe Oberlin intervient depuis de nombreuses années dans le secteur hospitalier de la Bande de Gaza.

 

Chronique de Palestine : Christophe Oberlin, pouvez-vous rapidement vous présenter, en nous expliquant dans le même temps les raisons de votre engagement si actif aux côtés du peuple de Palestine ?

Christophe Oberlin : J’ai toujours été attiré par l’étranger et les étrangers. Quand j’étais enfant je demandais comme cadeau de Noël des cartes des régions les plus reculées du monde, et j’essayais d’imaginer la vie là-bas. A l’âge de voyager, je suis parti en routard. Et lorsque ma formation de chirurgien a été terminée, j’ai toujours passé une partie de mon temps à l’étranger pour opérer et enseigner.

La Palestine est venue en 2001, à la suite d’une opportunité de voyage avec le Pr Marcel-Francis Kahn et l’écrivain François Maspéro. Depuis je me rend à Gaza trois fois par an pour une dizaine de jours.

C.P : Pouvez-vous nous faire rapidement la genèse de votre ouvrage « Le chemin de la Cour : Les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale », paru aux Editions Erick Bonnier en novembre 2014 ? Le contexte dans lequel est né le projet ? Son but ? Les soutiens dont vous avez pu disposer ?

C.O : L’une des richesses du monde associatif est de mettre en relation des personnes de formation et de compétences différentes. Dans le cas présent, c’est l’association du médecin que je suis, attaché à la prévention et non pas seulement au traitement des blessures, avec un juriste spécialisé dans le droit international, maître Gilles Devers.

Sur le thème de Gaza notre rencontre était inéluctable. En juillet 2014 j’aurais dû être présent à Gaza, mais nous avions décalé notre voyage du fait du Ramadan qui tombait à ce moment-là et nous sommes venus plus tôt en juin. La guerre se profilait et les équipes chirurgicales faisaient des stocks de matériel en vue de l’offensive israélienne. A mon retour la guerre a éclaté, et c’est en rongeant mon frein que j’ai appelé Gilles Devers afin de faire déposer une plainte à la Cour Pénale Internationale, dans l’espoir que cela pourrait peut-être raccourcir la guerre ne serait-ce que d’un jour.

Le livre raconte cet épisode, qui est l’occasion de glisser au lecteur des notions de droit international appliqué. Et aussi de montrer la duplicité de l’Autorité Palestinienne qui ment effrontément, jusqu’aujourd’hui, quand elle prétend défendre les Palestiniens. Pour donner un exemple, en dehors d’avoir bloqué deux plaintes déposées à la Cour Pénale contre les dirigeants israéliens, elle n’a elle-même déposé AUCUNE plainte à ce jour.

On s’aperçoit, en consultant les médias, que journalistes et politiques sont bien peu au fait de cette véritable trahison. Mon livre prétend donner à chacun, de façon pratique et facile à lire, les quelques notions indispensables. Une sorte de « Droit International Humanitaire pour les nuls » !

C.P : La Cour Pénale Internationale (CPI) vous semble-t-elle l’instrument adéquat pour un jour traduire en justice les dirigeants israéliens pour leurs crimes de guerre ? Les accusations contre la CPI d’avoir une attitude biaisée lorsqu’il s’agit d’accusés bénéficiant du soutien de l’Occident vous paraissent-elles fondées ? N’est-il pas exact que la très grande majorité des jugés et/ou condamnés sont des dirigeants ou chefs de guerre africains ?

C.0 : Tout ce que vous dites là est juste, je m’en explique longuement dans le livre. Mais il y a la loi, qui est indiscutablement bonne, et l’usage qu’on en a fait jusqu’à présent. Il y a dans cette affaire beaucoup d’entorses à la loi, commises aussi bien par les États que par les magistrats de la Cour, et en particulier le procureur. Mais le statut est bon et le droit se construit progressivement avec la jurisprudence. La machine est lancée et on ne l’arrêtera pas… à condition de s’en servir !

C.P : Malgré ses limites évidentes, la CPI vous parait-elle un instrument dont les victimes dans tous les conflits devraient aujourd’hui souvent se saisir ?

C.0 : Absolument, la Cour est faite pour eux. Et les populations civiles peuvent, dans une certaine mesure, saisir la Cour directement. L’un des mensonges les plus répandus consiste à dire que seuls les États ayant signé et ratifié leur adhésion à la Cour peuvent la saisir. C’est complètement faux, il y a de nombreux exemples.

C.P : Y a-t-il eu – dans votre action auprès de la CPI – lors des bombardements israéliens sur la bande de Gaza à l’été 2014 – tous les éléments nécessaires à l’ouverture d’une enquête officielle pouvant aboutir à la traduction en justice des dirigeants israéliens ?

C.0 : Tous les éléments juridiques étaient réunis, mais il y a eu une trahison politique. Mais il faut se souvenir que la Palestine venait d’être reconnue comme une sorte d’État, et le président Abbas, quelques jours après le dépôt d’une plainte par son propre Ministre de la Justice Salim al Saqa, a dépêché à la Haye le Ministre des Affaires étrangères pour bloquer la plainte.

La procureure, Fatou Bensouda en a immédiatement fait état dans la presse.

C.P : Pouvez-vous revenir sur le comportement de l’Autorité palestinienne (Autorité de Ramallah) tout au long de l’action à laquelle vous avez si largement contribué ?

C.0 : Les dirigeants israéliens craignent le cour Pénale internationale, car celle-ci condamne les personnes responsables, et non pas les pays. Et le message à l’Autorité Palestinienne des pays occidentaux qui pour l’instant soutiennent Israël sans conditions, est de préserver les dirigeants israéliens sous peine de couper le financement de l’Autorité.

Donc Abbas n’a pas le choix, même s’il s’enfonce dans l’ignominie. Abbas, contre l’avis d’une partie de ses collaborateurs, refuse mordicus de déposer plainte. Il pourrait facilement le faire et obtenir gain de cause sur un autre dossier qui est celui des prisonniers.

Il pourrait aussi recourir au droit européen, l’exportation de produits de Cisjordanie en Europe étant illégale. Il a plusieurs boulevards juridiques devant lui mais refuse de les emprunter.

C.P : Considérez-vous que l’Autorité palestinienne est aujourd’hui une aide ou un frein pour le mouvement national palestinien ? Selon vous, le comportement de cette institution obéit à quels intérêts, et répond à quelle dynamique ?

C.0 : Le principe d’une Autorité Palestinienne n’est pas forcément mauvais, mais les leaders actuels et en particulier Mahmoud Abbas ne respectent pas les lois palestiniennes ! La solution, ce sont des élections que tous les Palestiniens, quel que soit leur bord, réclament.

C.P : Pour revenir à la CPI, quelles initiatives seraient à prendre au niveau international et dans le mouvement de solidarité, pour obliger cette institution à jouer pleinement son rôle ? Voyez-vous une articulation possible avec la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) ?

C.0 : Le mouvement de solidarité n’a pas d’initiative à prendre à la CPI, l’outil a été créé pour être beaucoup plus puissant, qu’il soit saisi par des États ou des représentants d’États « défaits », lorsque la souveraineté d’un État n’existe plus.

En revanche les ONG peuvent être très utiles pour servir de force d’appoint, notamment au niveau du témoignage. Le mouvement BDS tire son efficacité d’un mode d’action complètement différent mais aussi capital : peser sur l’économie israélienne. Il y a bien sûr là aussi des aspects juridiques, mais d’une autre nature, celle du droit d’expression.

C.P : Avez-vous d’autres projets de publication en préparation aujourd’hui ?

C.0 : J’ai terminé, en collaboration avec Serge Nègre, un livre consacré aux chrétiens de Gaza. Un sujet passionnant sur plusieurs plans, historique, politique et sociologique. Le message que les chrétiens de Gaza nous envoient n’est pas celui que beaucoup imaginent. Le livre sortira début octobre aux éditions Erick Bonnier.

27 juin 2017 – Propos recueillis par Chronique de Palestine

 

 

http://chroniquepalestine.com/dirigeants-israeliens-devant-cour-penale-internationale-interview-christophe-Oberlin/

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Chronique de Palestine.com - dans Revue de presse
commenter cet article