Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 09:41
Choléra au Yémen: plus de 300.000 cas suspects, 1.600 morts
 
 
 
 
Des personnes suspectées d'être infectées par le choléra, dans un hôpital de fortune le 25 mai 2017 à Sanaa / AFP/Archives
 

Des personnes suspectées d'être infectées par le choléra, dans un hôpital de fortune le 25 mai 2017 à Sanaa / AFP/Archives

L'épidémie de choléra, qui sévit au Yémen depuis fin avril, touche désormais plus de 300.000 personnes, et plus de 1.600 en sont décédées, a annoncé lundi le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

"L'épidémie de choléra au Yémen continue de progresser de façon incontrôlée", a ajouté le CICR dans le même tweet.

L'épidémie de choléra au Yémen / AFP
 

L'épidémie de choléra au Yémen / AFP

"Aujourd'hui, plus de 300.000 personnes sont suspectées d'être malades. Plus de 1.600 sont mortes", écrit l'organisation internationale basée à Genève.

Dans son dernier bilan, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait fait état, entre le 27 avril et le 2 juillet, de 262.649 cas suspects et de 1.587 décès dans 21 provinces.

L'effondrement des infrastructures médicales et sanitaires au Yémen, ravagé par plus de deux ans de guerre entre les forces progouvernementales soutenues par une coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite, et les rebelles chiites Houthis soutenus par l'Iran, a favorisé fin avril l'apparition du choléra dans le pays pour la deuxième fois en moins d'un an.

L'épidémie fait environ 7.000 nouveaux cas chaque jour, a précisé dans un tweet le directeur régional du CICR pour le Proche et Moyen-Orient, Robert Mardini. Sanaa, Hodeida, Hajjah et Amran sont les zones les plus touchées, souligne-t-il.

Les Yéménites font face en outre à un risque de famine avec 17 millions de personnes, soit les deux tiers de la population, souffrant de malnutrition.

afp
 
 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by La Croix.com / AFP - dans Revue de presse
commenter cet article
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 09:36

Iraqi PM hails 'great victory' over Islamic State in Mosul

#IraqatWar

Haider al-Abadi congratulates 'heroic fighters and Iraqi people' in city where UN says $1bn is needed to repair basic services

 
 
MEE and agencies's picture
Last update: 
Monday 10 July 2017 8:10
 
 

Iraq's prime minister, Haider al-Abadi, arrived in Mosul on Sunday and congratulated the armed forces for their victory over the Islamic State (IS) group after eight months of urban warfare, bringing an end to three years of militant rule in the city.

The battle has left large parts of Mosul in ruins, killed thousands of civilians and displaced nearly one million people.

"The commander in chief of the armed forces [Prime Minister] Haider al-Abadi arrived in the liberated city of Mosul and congratulated the heroic fighters and Iraqi people for the great victory," his office said in a statement.

A photo on Abadi's official Twitter account showed him dressed in a black military uniform and cap as he arrived in Mosul to announce the recapture of the city.

French President Emmanuel Macron, whose country is part of an international coalition which backed the campaign with air strikes, training and assistance on the battlefield, welcomed the defeat of IS in Mosul.

"Mosul liberated from ISIS: France pays homage to all those, who alongside our troops, contributed to this victory," Macron said on his Twitter account.

Gunfire still audible

The fighting did not seem to be completely over, with gunfire still audible in Mosul and air strikes hitting the city around the time the premier's office released the statement.

The decaying corpses of militants lay in the narrow streets of the Old City, where IS has staged a last stand against Iraqi forces backed by a US-led coalition.

The group vowed to "fight to the death" in Mosul, but Iraqi military spokesman Brigadier General Yahya Rasool told state TV earlier on Sunday that 30 militants had been killed attempting to escape by swimming across the River Tigris that bisects the city.

Cornered in a shrinking area, the militants have resorted to sending women suicide bombers among the thousands of civilians who are emerging from the battlefield wounded, malnourished and fearful.

Read more ►

Battle for Mosul: Terrifying final moments of house-to-house advances, air strikes

The battle has also exacted a heavy toll on Iraq's security forces.

The Iraqi government does not reveal casualty figures, but a funding request from the US Department of Defense said the elite Counter Terrorism Service, which has spearheaded the fight in Mosul, had suffered 40 percent losses.

The United States leads an international coalition that is backing the campaign against IS in Mosul by conducting air strikes against the militants and assisting troops on the ground.

The Department of Defense has requested $1.269bn in US budget funds for 2018 to continue supporting Iraqi forces.

Without Mosul, by far the largest city to fall under militant control, IS's dominion in Iraq will be reduced to mainly rural, desert areas west and south of the city where tens of thousands of people live.

 

 


Iraqi woman and her children who fled fighting between government forces and Islamic State militants on Saturday in Old City of Mosul, sit in city's western industrial district waiting to be relocated (AFP)

 

Three years after 'caliphate' declared

It is almost exactly three years since the ultra-hardline group's leader, Abu Bakr al-Baghdadi, proclaimed a "caliphate" spanning Syria and Iraq from the pulpit of the medieval Grand al-Nuri mosque.

Abadi declared the end of Islamic State's "state of falsehood" a week ago, after security forces retook the mosque, although only after retreating militants blew it up.

The United Nations predicts it will cost more than $1bn to repair basic infrastructure in Mosul. In some of the worst affected areas, almost no buildings appear to have escaped damage, and Mosul's dense construction means the extent of the devastation might be underestimated, UN officials said.

The militants are expected to revert to insurgent tactics as they lose more territory.

The fall of Mosul also exposes ethnic and sectarian fractures between Arabs and Kurds over disputed territories or between Sunnis and the Shia majority that have plagued Iraq for more than a decade. 

 

 


Members of the Emergency Response Division are seen in the Old City of Mosul (Reuters)

 

Oxfam cautioned that residents must be treated equally, regardless of any alleged family links to IS. 

"As Mosul rebuilds, all its residents must enjoy the same rights and opportunities – whatever their gender, religion, or ethnic or tribal affiliation. In particular, Mosul residents must not face discrimination or punishment because of family links to ISIS fighters," Oxfam’s Country Director in Iraq, Andres Gonzalez, said in a statement.

"The retaking of Mosul will no doubt inspire hope among many Iraqis: hope that they can return home, rebuild their lives, and heal the divisions within their society. But these hopes will not be realised quickly or easily. Mosul residents continue to face severe risks from revenge attacks and explosives, and a lack of clean water, healthcare, and other basic services."

 

http://www.middleeasteye.net/news/mosul-iraqi-pm-announces-victory-over-islamic-state-city-1552079523

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by The Middle East Eye.net - dans Revue de presse
commenter cet article
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 09:33
 
L’Irak annonce la reprise de Mossoul à l’Etat islamique
 
 
 
 
 
 
Par

Après neuf mois de luttes des forces irakiennes appuyées par la coalition internationale, le premier ministre irakien a annoncé dimanche 9 juillet la reprise de la ville de Mossoul à l’État islamique, qui s'en était emparé il y a trois ans. La bataille aura fait des milliers de victimes et déplacé près d'un million d'habitants.

Le premier ministre irakien, Haïder al-Abadi, a annoncé dimanche 9 juillet à Mossoul, où il s'est rendu, la « victoire » des forces irakiennes sur les djihadistes du groupe État islamique, qui tenaient la ville depuis trois ans. « Le commandant en chef des forces armées [le premier ministre – ndlr] Haïder al-Abadi est arrivé dans la ville libérée de Mossoul et a félicité les combattants héroïques et le peuple irakien pour cette grande victoire », affirme un communiqué des services du chef du gouvernement. Haïder al-Abadi a rencontré les officiers qui ont dirigé la bataille dans l'ouest de Mossoul, et doit toujours faire une proclamation officielle annonçant que la ville a été totalement reprise à l'EI.

Les troupes irakiennes avaient atteint dimanche, quelques heures plus tôt, les berges du Tigre dans la partie ouest de Mossoul, où se déroulaient les derniers combats. Les raids aériens et les échanges de tirs n'ont pas pour autant totalement cessé dans la vieille ville aux rues étroites, où, selon Le Monde, « des “combats violents” se poursuivaient dimanche après-midi ». Notamment dans les quartiers longeant le Tigre, selon le journaliste Wassim Nasr :

 

© simnasr
Des milliers de civils ont émergé des ruines, souffrant de malnutrition, souvent blessés, traumatisés, après l'arrêt des affrontements.

À Paris, le président français Emmanuel Macron a exprimé sur Twitter l'« hommage de la France à tous ceux, avec nos troupes, qui ont contribué à cette victoire ».

L'EI s'était emparé de Mossoul le 29 juin 2014 à la faveur d'une offensive éclair qui lui avait permis de contrôler de vastes territoires du nord et de l'ouest de l'Irak, mais aussi de la Syrie voisine. C'est du haut du pupitre de la grande mosquée Al-Nouri, dans la vieille ville de Mossoul, que, peu après, le chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, avait proclamé l'établissement d'un « califat » à cheval sur l'Irak et la Syrie.

L'offensive pour reconquérir Mossoul a débuté à la mi-octobre 2016. Le 4 octobre, sur une radio créée ce jour-là spécialement pour communiquer avec les Mossouliotes, le premier ministre irakien, Haïder al-Abadi, avait promis une « grande victoire ». Elle était espérée rapide, avant la fin de l’année. Mais le 27 décembre, le premier ministre irakien, Haïder al-Abadi, a été forcé de reconnaître qu’il ne tiendrait pas parole, assurant désormais qu’il ne faudrait plus que trois mois avant la victoire finale. Pendant deux mois, les forces irakiennes avaient été à la peine dans le bourbier de Mossoul.

 

Dans le quartier de Wadi Hajar, la maison de la famille de Saddam et Saïf Mustafa, détruite par une frappe le 28 février. © Jérémy André
 
Dans le quartier de Wadi Hajar, la maison de la famille de Saddam et Saïf Mustafa, détruite par une frappe le 28 février. © Jérémy André
« Nous pourrions atteindre cet objectif, autant qu'il sera possible, au printemps, en tout cas avant l’été », avait pour sa part promis François Hollande, lundi 2 janvier 2017, lors de sa visite à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien.

 

En janvier, après une centaine de jours de combats, la partie orientale de la ville était passée sous le contrôle de l'armée, qui lançait en février l'attaque contre la partie à l'ouest du Tigre. Dans le même temps, les milices chiites participaient à la bataille, soutenues et encadrées par l’Iran. En mars, plus de 100 000 personnes avaient déjà fui Mossoul mais malgré les rumeurs et les annonces triomphales, au 15 mars, aucun soldat irakien n’avait en fait véritablement pris position dans la vieille ville, tandis que les populations civiles étaient au martyre.

Ce n’est que le 18 juin que les forces irakiennes ont lancé l’assaut sur la vieille ville, encore tenue par l'État islamique. Perdant du terrain face à la coalition internationale, l’organisation y a adopté « un mode de combat insurrectionnel » qui se rapproche des stratégies employées à ses débuts, comme le détaille un rapport des services secrets français révélé par Mediapart

 

capture-d-e-cran-2017-07-09-a-17-50-44
 

 

Ces quelque neuf mois d'affrontements ont laissé des parties entières de la ville à l'état de ruines, fait des milliers de morts parmi les civils et déplacé au bout du compte près d'un million d'habitants.

 

capture-d-e-cran-2017-07-09-a-17-51-19
 

 

Samedi encore, l'EI jurait de « se battre jusqu'à la mort » dans Mossoul. Une trentaine de djihadistes ont été tués en tentant de s'enfuir à la nage par le Tigre, dimanche en début de journée, a déclaré le général Yahya Rassoul, porte-parole de l'armée irakienne, à la télévision publique iranienne. Privé de ce centre – de loin la plus grande ville à être tombée sous le contrôle de l'EI –, les djihadistes ne sont plus maîtres, en Irak, que de zones désertiques à l'ouest et au sud de Mossoul.

Haïder al-Abadi avait déclaré voici une semaine que c'en était fini du « faux État » de l'EI, après la reconquête de la grande mosquée Al-Nouri, dans la vieille ville.

Selon les Nations unies, la remise en état des infrastructures de base de la ville coûtera sans doute plus d'un milliard de dollars. Dans certains des quartiers les plus touchés, pratiquement aucun bâtiment ne semble avoir échappé aux destructions, et la densité des constructions dans Mossoul laisse penser que l'ampleur des dévastations a peut-être été sous-estimée, déclarent des responsables de l'Onu.

 

https://www.mediapart.fr/journal/international/090717/l-irak-annonce-la-reprise-de-mossoul-l-etat-islamique

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Mediapart.fr - dans Revue de presse
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 10:12

L’Unesco inscrit Hébron, en Cisjordanie, sur la liste du Patrimoine mondial en péril

 
 
 

La question de son inscription sur la liste du Patrimoine mondial est l’enjeu d’un affrontement entre Israéliens et Palestiniens.

 

 

Le Monde.fr avec AFP |

 
Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter

Partager (30) Tweeter

Ajouter

Pas le temps de
lire cet article ?

Conservez-le pour le consulter plus tard. Abonnez-vous au Monde.fr
à partir de 1 €

Abonnez-vous
 

Le Comité du Patrimoine mondial de l’Unesco a déclaré, vendredi 7 juillet, la vieille ville d’Hébron, en Cisjordanie occupée, « zone protégée », en tant que site « d’une valeur universelle exceptionnelle ».

La question de son inscription sur la liste du Patrimoine mondial est l’enjeu d’un affrontement entre Israéliens et Palestiniens. Douze membres du comité réuni à Cracovie, dans le sud de la Pologne, ont voté pour l’inscription, six se sont abstenus et trois ont voté contre.

La décision du comité du Patrimoine mondial de l’Unesco est une « souillure morale », a immédiatement réagi le ministère des affaires étrangères israélien, tandis que les Palestiniens saluaient un « succès » de leur diplomatie.

Ce vote est « un succès dans la bataille diplomatique menée par les Palestiniens sur tous les fronts face aux pressions israéliennes et américaines », s’est, en effet, félicité le ministère des affaires étrangères de l’Autorité palestinienne dans un communiqué.

Montée du vandalisme

Hébron abrite une population de 200 000 Palestiniens et de quelques centaines de colons israéliens, retranchés dans une enclave protégée par des soldats près du lieu saint que les juifs appellent tombeau des Patriarches et les musulmans mosquée d’Ibrahim.

Les Palestiniens estiment que le site est menacé en raison d’une montée « alarmante » du vandalisme contre des propriétés palestiniennes dans la vieille ville, qu’ils attribuent aux colons israéliens.

Le tombeau des Patriarches abriterait la dépouille d’Abraham, père des trois religions monothéistes, de son fils Isaac, de son petit-fils Jacob et de leurs épouses Sarah, Rebecca et Léa.

 

 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Le Monde.fr / AFP - dans Revue de presse
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 10:08

Dans l’effrayant silence des « démocraties », des milliers de prisonniers politiques

 
 
 
vendredi 7 juillet 2017 par Michèle Sibony

Michèle Sibony - juin 2017

Le 4 juin dernier, quelques jours après la fin de la grève de la faim de 40 jours conduite par 1500 prisonniers, au théâtre arabe-juif de la Saraya Saraya [1] de Jaffa était organisée une soirée sur les prisonniers politiques palestiniens, par des militants de Balad/tajamo le parti du front démocratique national membre de la liste arabe unie. Présentée par Orly Noï la soirée montrait des extraits d’un court-métrage intitulé « les cahiers des prisonniers » une quinzaine d’extraits environ où des lecteurs lisaient des lettres de prisonniers, alternant avec des interventions sur ce qui constitue a rappelé Orly Noï dans son introduction, avec 800 000 palestiniens passés par les prisons israéliennes depuis la création de l’État, et 6500 aujourd’hui, hommes femmes et enfants, non seulement un problème politique, mais aussi un véritable problème social.

Elle a aussi signalé les pressions exercées contre l’événement, et le fait que la pièce de théâtre « prisonniers de l’occupation » de Einat Weitzman qui était sélectionnée au festival de théâtre de Akko venait d’être déprogrammée sur pression du ministère de la culture. Effectivement en arrivant sur les lieux, on pouvait voir plusieurs voitures de police en amont et aval du petit théâtre et des policiers postés en surveillance.

Orly Noï commence donc par rendre hommage au courageux théâtre qui recevait juste avant Ishaï Menuhin de Yesh Gvul pour la sortie de son livre sur les 50 ans de l’occupation. Salle comble, et gens debout. Mais la plupart se connaissent, militants de la première heure et de toutes les manifestations.

Dès la lecture de la première lettre on est pris à la gorge, par ce que le prisonnier décrit à son épouse, son arrivée dans un cube de béton de 2m sur 1 sans fenêtre ni toilettes ni eau. Il est emmené une fois par jour aux wc et faire sa toilette, le reste du temps il dispose de bouteilles en plastique pour uriner. Il raconte son envie de pleurer, les larmes qui montent et qu’il refoule. Parce que dit-il, les larmes sont un acte social qui nécessite quelqu’un pour les recevoir. Mais qu’en faire dans cette solitude.

Noam Rotem [2] intervient ensuite pour évoquer l’histoire, les luttes de prisonniers célèbres, Bobby Sand, Mandela Ghandi il donne les années de prisons pour chacun d’eux : impossible de dissocier les prisonniers des guerres de libération de terroristes emprisonnés ils sont devenus les héros de la libération. Il conclut par la nécessité d’un appel à la libération de tous les prisonniers politiques.

Et puis la lecture des lettres se poursuit, la description des visites où la famille directe uniquement peut être reçue deux fois par mois, réduites à une fois d’où la grève récente, à travers une vitre on se parle au téléphone, un enfant qui pleure et refuse d’entrer. Les familles qui font parfois un très long voyage, se lèvent à 3h du matin quand elles ont l’argent nécessaire pour prendre le bus qui les déposera des heures plus tard devant la prison. Elles attendent des heures parfois toute la journée sans être certaines de pouvoir entrer. Aucun aménagement extérieur, ni abri contre la chaleur dévorante ou la pluie battante, ni banc ni toilettes, pas d’eau, rien. Une fois il faisait si froid qu’elles ont allumé un feu pour se réchauffer.

L’un évoque la sinistre Posta, la voiture qui sert à déplacer les prisonniers, lors des transferts changement de prison, tribunal ou hôpital. À l’intérieur la posta est cloisonnée en cellules métalliques individuelles, où le prisonnier est assis des heures, pieds et poings liés, sans pouvoir bouger par une chaleur extrême, pas d’accès possible aux toilettes. 3 ou 4 h avant que la Posta ne démarre, pareil à l’arrivée. La Posta est vécue comme une torture de plus. Parfois les prisonniers refusent le déplacement à l’hôpital par crainte d’affronter l’épreuve.

Un autre encore, depuis 20 ans en prison évoque le temps parallèle dans lequel sa vie s’écoule : je suis emprisonné depuis avant la chute du mur de Berlin, avant les téléphones portables, avant les guerres du golfe, avant les deux Intifada.

Et puis Sana Salamé l’épouse de Walid Bak’a emprisonné depuis 35 ans prend la parole.
Elle parle de ceux des prisonniers qui ne viennent pas des territoires occupés ou de Gaza, et qui sont considérés comme des israéliens, donc n’ont bénéficié d’aucune des négociations et aucun des acquis des prisonniers ne leur est octroyé. Pas d’échange de prisonniers pour eux, mais aucun des droits accordés aux prisonniers juifs non plus. Il y a des années de cela son mari et elle avaient demandé le droit à l’union pour pouvoir avoir un enfant, on leur avait alors proposé une fécondation in vitro. Ils avaient refusé pensant qu’ils gagneraient la bataille avec le temps. Des années plus tard ils ont accepté mais trop tard, cela a été refusé. (Ygal Amir l’assassin de Itzkhak Rabin a bénéficié, lui, de l’union et fondé une famille en prison) .

Elle lit une lettre de Walid écrite à ses 31 ans de prison, il avait alors 56 ans, « à un enfant qui n’est pas né » qu’est ce qui est plus fou interroge-t-il ? Écrire à un enfant qui n’est pas né ? Mon enfant qui n’est pas né, tu as un dossier à la sécurité..

Basel Ghattas député de Balad -Tajamo, qui a démissionné après son arrestation pour avoir remis des téléphones portables à des prisonniers lors d’une visite à la prison de Kztiot dans le Negev, a négocié selon la règle en usage ici du plea bargain, en échange de sa reconnaissance des faits sa condamnation à 2 ans de prison ferme au lieu des dix qu’ils risquait. Une peine qu’il effectuera dès le 2 juillet prochain.

Très ému il explique que même la gauche antisioniste ne peut vraiment appréhender ou concevoir l’infinie cruauté de ce rapport de l’être humain seul confronté à une administration pénitentiaire toute puissante et qui l’écrase. Il évoque des situations de prisonniers rencontrées pendant son mandat électif. Un prisonnier de 27 ans, à qui le seul droit de visite accordé était pour sa sœur. Il a aussi une sœur adoptive, la visite a été refusée pendant des mois, avant d’être accordée suite aux interventions des députés. Ces derniers rappelle -t-il ne peuvent avoir à faire qu’aux prisonniers citoyens d’Israël.

Il raconte cette femme âgée qui obtient enfin le droit de visite pour son fils, effectue un trajet incroyablement long, et à l’arrivée elle n’est pas sur les listes et doit repartir. Un prisonnier diabétique et qui a subi plusieurs opérations du cœur. Les médecins ont recommandé qu’il porte une certaine marque de chaussures de sport. Mais la « cantina » le magasin (le seul) où les prisonniers peuvent acheter avec la cagnotte que leur verse l’autorité palestinienne (400 shekels par mois = 100 euros) n’a pas ces chaussures, huit ans de lutte pour obtenir qu’il puisse les avoir. C’est une véritable violence de l’appareil d’occupation exercée contre l’individu qui lui est livré martèle Basel.

Il raconte un dialogue récent avec Walid Dak’a au téléphone : « c’est un jour exceptionnel sais-tu pourquoi ? » lui dit-il. C’était le lendemain de l’élection de Trump aux États-Unis, il suggère donc : Trump ? Walid rigole doucement, j’étais sûr que tu allais dire çà, non, c’est un jour exceptionnel parce que pour la première fois, en trente ans j’ai pu voir la lune dans le ciel.

De sa rencontre récente avec Marwan Barghouti il rapporte : la requête centrale, majeure, la principale, la plus importante dans la dernière grève, c’est le téléphone. Le comité de grève a proposé un téléphone public installé dans la prison, un seul numéro possible par prisonnier, et ils peuvent enregistrer la conversation. Une requête a déjà été effectuée il y a trois ans auprès des autorités avec Jamal Zahalka. Les sécuritaires comme les droits communs juifs ont tous accès au téléphone.

Basel remercie Einat pour avoir ramené les familles de prisonniers sous la lumière, toute leur vie tourne autour du prisonnier, 1x par 15 jours, 45 mn c’est le rythme de la visite accordée à la famille du premier degré. On sort à minuit en bus dans le nord, et on atteint la prison de Ramon au cœur du Negev à 6h du matin. Il y a des mères qui ne peuvent même pas se payer le billet et rendre visite à leur fils.

Toutes les visites effectuées par les députés palestiniens d’Israël, rappelle-t-il, ne concernent que les prisonniers de 48. Ils auraient pu tous être libérés par les accords d’Oslo en 96, mais pas eux, cela a été refusé parce qu’ils étaient citoyens d’Israël.

On vous a parlé de la Posta, mais la posta c’est le paradis à côté de ce qui s’appelle en hébreu le maavar, passage, équivalant du dépôt français, où les détenus lors de déplacements doivent parfois passer la nuit voire plusieurs nuits par exemple : un détenu part mercredi de Ramon pour une visite le jeudi à l’hôpital Soroka à Beersheba, donc une nuit au maavar, et après la visite il repasse au dépôt mais c’est l’entrée du week end et, il devra y attendre le dimanche matin pour reprendre la posta. L’état d’insalubrité effroyable des est tel que les prisonniers le craignent comme la pire des torture. Et parfois ils en arrivent aussi à refuser les déplacements pour des soins pour l’éviter.

Pourquoi j’ai fait entrer des téléphones en prison ? Dit-il soudain plus grave, parce que c’est moi, c’est mon caractère. Le poète arabe dit que chacun connaît les chemins du courage et de la générosité du cœur, mais les chemins du caractère... Je ne regrette pas de l’avoir fait.

En sortant de cette rencontre, avec quelques Palestiniens de jaffa et quelques juifs amis, nous traversons l’ancien cœur de la ville. La Saraya se trouve dans la vieille ville de Jaffa littéralement momifiée, coquille de pierres sans vie, quelques boutiques pour touristes, très tôt après la naqba les anciennes maisons arabes ont été cédées à des artistes israéliens... des musées nos amis hésitent et se perdent, une femme interroge en montrant les maisons de pierre aux volets clos, mais il y a des gens qui habitent là ? Étrangers dans leur ville, je demande quelle part de la population de la ville constituent les Palestiniens : 20%.

La plupart des choses obtenues notamment sur le droit de visite étaient le rétablissement de la situation antérieure qui avait été réduite par souci punitif. Les prisonniers et leur traitement ne sont que le reflet de l’attitude globale d’Israël vis à vis des Palestiniens. Le terme prisonnier de sécurité adopté ici dans le langage, adhère totalement à la thèse sécuritaire de l’état, lors que c’est le terme de prisonniers politiques qui devrait s’ imposer.

Dans l’emballement actuel qui considère tout palestinien comme un danger intérieur menaçant la sécurité de l’état, il est nécessaire de qualifier correctement les personnes.
On perçoit aussi le sens dans le contexte global du tout sécuritaire de la désignation systématique d’Israël comme une démocratie. Traduire : si une démocratie peut faire tout cela, alors nous aussi la mère des démocraties pouvons le faire, et d’ailleurs nous le faisons.

Quelques mots dérisoires donc, pour dire le dégoût qu’inspire l’information-désinformation dont bénéficient les masses. Pour dire l’infinie solitude dans laquelle chaque prisonnier-e de 13 à 99 ans doit affronter la machine pénitentiaire à broyer le Palestinien, qu’elle n’a réussi ni à expulser ni à tuer. Pour rappeler que les prisonniers sont les résistants de l’occupation, quelles que soient les charges, de la lutte armée, au simple fait d’aller à l’école, au travail, ou d’être juste un passant, tous sont coupables d’exister et d’être là, sur leur terre - Comment pourraient-ils l’appeler autrement ?- Ceux qui sont en prison constituent de fait la première ligne du front de la résistance à l’occupation et ses violences multiformes. Ils méritent une solidarité internationale active, qui amplifie leur voix étouffées par les barreaux des prisons israéliennes, mais aussi par la plupart de nos médias.

[1signifie château en turc, c’était le premier bâtiment du gouvernorat civil ottoman de Jaffa

[2Noam Rotem est un militant israélien,cadre high tech , et blogueur dans le journal en ligne Local Call, ses articles sont traduits en anglais sur le site 972

 

Michèle Sibony

Articles de cet auteur

 
 
 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by UJFP.org - dans Revue de presse
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 10:03
Un tribunal israélien juge un militant palestinien
 
 

ConflitLe militant palestinien Issa Amro est jugé par un tribunal militaire israélien qui l'accuse d'incitations à la violence.

Fondateur de l'ONG «Youth against Settlements» (La jeunesse contre les colonies), Issa Amro, 37 ans, comparaît devant le tribunal militaire israélien d'Ofer en Cisjordanie. (dimanche 9 juillet 2017)

Fondateur de l'ONG «Youth against Settlements» (La jeunesse contre les colonies), Issa Amro, 37 ans, comparaît devant le tribunal militaire israélien d'Ofer en Cisjordanie. (dimanche 9 juillet 2017) Image: AFP

 
 
 
Le procès du militant palestinien Issa Amro a débuté dimanche, a constaté une journaliste de l'AFP. Accusé d'incitations à la violence, ce fondateur d'une ONG défendant les droits humains est jugé par un tribunal militaire israélien.

Amnesty International avait qualifié en novembre de «sans fondement» les accusations portées contre Issa Amro, fondateur de l'ONG «Youth against Settlements» (La jeunesse contre les colonies) à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée.

Les audiences de son procès ont débuté devant le tribunal militaire israélien d'Ofer en Cisjordanie avec la comparution de deux soldats. Mais le tribunal a décidé de reporter la suite de la procédure au 22 octobre. En juin 2016, les autorités israéliennes avaient présenté 18 chefs d'accusation contre lui, selon Amnesty.

Comparaissant libre, ce militant de 37 ans a affirmé aux journalistes que ce procès était une «farce» et qu'il n'avait aucune confiance dans la justice militaire israélienne. Son avocate Gaby Lasky a déclaré que «les militaires israéliens ne vont pas arrêter les manifestations non violentes avec des armes, c'est pourquoi ils criminalisent la liberté de parole et de manifestation».

 

Preuves

Un porte-parole de l'armée israélienne a pour sa part précisé que l'accusation disposait de preuves de la participation de Issa Amro à «des émeutes, des attaques contre des soldats, des appels à la violence et à empêcher les forces de sécurité de faire leur travail».

Deux soldats ont présenté leur témoignage sur des manifestations ayant eu lieu le 26 février 2016. Issa Amro et Farid Al Atrash, un autre militant palestinien, sont accusés d'avoir «incité à la violence» lors de cette manifestation.

«Nous avons prouvé qu'il ne s'agissait pas d'une manifestation illégale et violente et on ne peut pas considérer que des slogans contre l'occupation israélienne constituent des incitations» à la violence, a affirmé Me Gaby Lasky.

 

«Prisonnier de conscience»

«Si Issa Amro est déclaré coupable, nous le considérerons comme un prisonnier de conscience», avait pour sa part annoncé il y a quelques mois une responsable d'Amnesty, Magdalena Mughrabi. (ats/nxp)

 

http://www.tdg.ch/monde/moyen-orient/tribunal-israelien-juge-militant-palestinien/story/28013543

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

 

 

 

Repost 0
Published by La Tribune de Genève.ch (Suisse) - dans Revue de presse
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 10:00
The Qatar crisis has nothing to do with Al Jazeera and everything to do with the war in Syria
 

It is about taming the one Gulf nation which has the potential to outshine the Saudi kingdom and dictate the outcome of the Syria war

 
 

 

Repost 0
Published by The Independent.co.uk - dans Revue de presse
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 09:56

Yemen cholera epidemic hits more than 300,000 people

#YemenWar

 

 

 

 

Red Cross says more than 7,000 new suspected cases diagnosed a day in country hit by war and economic collapse

A Yemeni mother carries her sick and emaciated child in a hospital in Hodeidah (AFP)
MEE and agencies's picture
Last update: 
Monday 10 July 2017 12:47 UTC
 
 

A 10-week cholera epidemic has now infected more than 300,000 people in Yemen, the International Committee of the Red Cross (ICRC) said on Monday, a health disaster on top of war, economic collapse and near-famine in the impoverished country.

"Disturbing. We're at 300k+ suspected cases with ~7k new cases/day," ICRC regional director Robert Mardini said on Twitter.

The World Health Organisation has said there were 297,438 suspected cases and 1,706 deaths by 7 July, but it did not publish a daily update on Sunday, when the 300,000 mark looked set to be reached. A WHO spokesman said the figures were still being analysed by Yemen's health ministry.

Read more ►

British anti-arms campaigners lose bid to block sales to Saudi Arabia

Although the daily growth rate in the overall number of cases has halved to just over 2 percent in recent weeks and the spread of the disease has slowed in the worst-hit regions, outbreaks in other areas have grown rapidly.

The most intense impact has been in areas in the west of the country which have been fiercely contested in the two-year war between a Saudi-led coalition and armed Houthi rebels.

The war has been a breeding ground for the disease, which spreads by human waste getting into food or water and thrives in places with poor sanitation.

In the past week a first few cases have appeared in Sayun city and Mukalla port in Hadramawt region in the east.

Yemen's economic collapse means 30,000 healthworkers have not been paid for more than 10 months, so the UN has stepped in with "incentive" payments to get them involved in an emergency campaign to fight the disease.

The WHO has said its response, based on a network of rehydration points and the remnants of Yemen's shattered health system, has succeeded in catching the disease early and keeping the death rate from the disease low, at 0.6 percent of cases.

 


 

 

The spread of the disease is also being limited by "herd immunity" - the natural protection afforded by a large proportion of the population contracting and then surviving the disease.

It is not yet clear how people could be affected in total. Early in the outbreak, the WHO said there could be 300,000 cases within six months, but on 27 June it said the epidemic may have reached the halfway mark at 218,800 cases.

However, since then, the daily number of new cases has risen from an average of about 6,500 to about 7,200, according to a Reuters analysis of WHO data.

The UN announced last week that resources devoted toward combating malnutrition were being diverted to fighting cholera.

"Humanitarian organisations have had to reprogramme their resources away from malnutrition and reuse them to control the cholera outbreak," the UN humanitarian coordinator in Yemen, Jamie McGoldrick, told a press briefing in the capital Sanaa.

"And if we don't get these resources replaced, then using those resources for cholera will mean that food insecurity will suffer," he said.

 

http://www.middleeasteye.net/news/cholera-epidemic-yemen-exceeds-300000-1756967707

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Le Middle East Eye.net - dans Revue de presse
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 09:54

Rentrer chez soi, reconstruire sa vie : des Syriens rentrent dans leur pays natal

Des milliers de personnes sont rentrées chez elles juste avant l’Aïd – et aujourd’hui beaucoup prévoient de rester pour de bon

 
Des familles syriennes traversent la frontière turque au poste-frontière de Cilvegözü près de la province de Hatay dans le sud le 14 juin (Reuters)
Arwa Ibrahim avec Zouhir Al Shimale et Areeb Ullah's picture
6 juillet 201
 

Ils sont rentrés chez eux dans les ruines d’une ville détruite. Cependant, le sentiment de bonheur chez les réfugiés syriens était intact.

« Malgré les cicatrices de la guerre et la destruction omniprésentes, il n’y a rien à voir ici », a déclaré Ahmed al-Ali (50 ans) à Middle East Eye alors qu’il s’aventurait à al-Bab dans le nord de la Syrie.

Malgré les cicatrices de la guerre et la destruction omniprésentes, il n’y a rien à voir ici

– Ahmed al-Ali, al-Bab

Des milliers de réfugiés ont pénétré dans les régions rebelles de Syrie depuis la Turquie avant la fête de l’Aïd qui marque la fin du Ramadan.

Ankara a donné aux réfugiés le droit de retourner en Turquie pendant un mois, mais beaucoup ont choisi de rester malgré la guerre et les innombrables obstacles auxquels ils s’attendent.

Pour eux, rien ne peut se comparer à la vie dans leur pays d’origine. Ahmed est revenu avec sa femme et ses trois enfants à al-Bab après près de trois ans passés en Turquie.

 

 


Nezar al-Omar avec des enfants à l’école du Printemps arabe à Alep en août 2015 (Nezar al-Omar/MEE)

 

Il avait été contraint de partir quand l’État islamique (EI) s’est installé dans sa ville natale en 2014. Il s’est installé dans la banlieue de Konya, une ville du sud de la Turquie, où son fils de 19 ans et lui ont subvenu aux besoins de la famille en faisant des petits boulots dans une usine de vêtements et une scierie.

Mais malgré le sentiment de sécurité et de stabilité relative, Ahmed ne s’est jamais senti établi en Turquie. Au lieu de cela, l’idée de retourner en Syrie ne le quittait pas.

« J’ai commencé à espérer lorsque l’opération bouclier de l’Euphrate a été lancée et dès que ma ville a été libérée de l’EI, j’ai commencé à prendre les dispositions nécessaires pour mon voyage de retour », a déclaré Ahmed, qui est rentré en Syrie au cours de la dernière semaine du Ramadan.

 

 


Un garçon syrien court avec d’autres personnes qui disent retourner en Syrie avant l’Aïd al-Fitr, près du poste-frontière de Cilvegözü le 15 juin (Reuters)

 

Les combattants de l’armée syrienne libre, soutenus par les avions de chasse, les chars et les forces spéciales turcs ont chassé de l’EI de la frontière turque avant de lancer une offensive, surnommée bouclier de l’Euphrate, sur al-Bab en décembre. Ankara et ses alliés rebelles syriens ont repris cette ville-clé en février.

« Mon voyage à al-Bab était un pur bonheur, je rentrais enfin chez moi où j’avais habité avec ma femme pendant quatorze ans et dans les rues et quartiers dans lesquels j’avais grandi », a déclaré Ahmed à MEE.

Le désir d’être de retour

L’histoire d’Ahmed fait écho à celle de nombreux autres réfugiés syriens qui ont quitté la Turquie pour s’installer à al-Bab et dans d’autres districts rebelles de Syrie.

Selon l’ONU, depuis janvier 2017, 450 000 Syriens sont rentrés chez eux dans des régions de Syrie, dont 31 000 en provenance des États voisins.

 

 


Des réfugiés syriens observent une visite dans le camp de réfugiés de Zaatari, qui abrite quelque 80 000 Syriens à la frontière jordanienne (AFP)

 

Comme Ahmed, Said al-Gebaily (42 ans), sa femme et ses deux enfants se sont dirigés vers al-Bab juste avant l’Aïd.

« C’était un sentiment indescriptible, respirer l’air de ma patrie, le pays dans lequel j’ai grandi et où j’espère mourir », a-t-il déclaré à MEE.

Il a été obligé de fuir lorsque l’EI s’est installé en ville au début de 2014. Il s’est installé à Killis, une petite ville turque près de la frontière syro-turque, où il a pris un travail dans un restaurant pour soutenir sa famille.

« J’ai quitté [la Syrie] parce que j’avais peur pour ma famille, mais j’avais l’espoir d’y revenir un jour », a-t-il déclaré à MEE.

Said al-Gebaily a déclaré que bien que ses voisins turcs l’aient traité avec la plus grande gentillesse et l’ait accueilli avec lui et sa famille, il n’avait jamais prévu de rester en Turquie.

« Dès que j’ai eu l’occasion de revenir, je l’ai saisie », a déclaré Said, qui a pris des dispositions pour son voyage en Syrie quand il a eu les informations selon lesquelles l’EI avait fui al-Bab. Il a traversé la frontière lorsque les autorités turques l’ont ouverte avant l’Aïd.

C’était un sentiment indescriptible, respirer l’air de ma patrie, le pays dans lequel j’ai grandi et où j’espère mourir

– Said al-Gebaily, al-Bab

Malgré le retour face à des dégâts et des destructions considérables, Said était déterminé à reconstruire sa vie à al-Bab.

« Il était triste de voir tant de pertes et de destructions », a déclaré Said qui a depuis reconstruit les murs de sa maison et a assemblé de nouveaux meubles pour sa famille.

« Chaque jour est une lutte, mais je ne retournerai jamais en Turquie parce que lentement, mais sûrement, les choses vont s’améliorer ici », a-t-il affirmé.

Le sens du devoir

La majorité des réfugiés syriens revenant de Turquie au cours des derniers mois avaient hâte d’être à la maison, mais le retour de Nezar al-Omar (35 ans), depuis l’Allemagne l’année dernière, a impliqué quelque chose de plus.

Nezar a quitté Alep en août 2015, puis il s’est rendu à Munich en Allemagne, avec l’aide de passeurs via la Turquie et la Grèce. Il a déclaré qu’il ressentait un fort sentiment de devoir moral envers ses compatriotes et le mouvement de résistance dans lequel il s’était impliqué depuis le début.

Bien qu’ayant été accueilli à bras ouverts en Allemagne, et ayant trouvé là-bas la paix, la sécurité et l’aide qu’il n’aurait jamais pu rêver trouver en Syrie, Nezar a décidé de rentrer chez lui peu de temps après avoir fait ce voyage éprouvant.

« Pendant les neuf mois que j’ai passés en Allemagne, tous les jours, je suivais les informations. Je ne pouvais pas regarder de loin alors que des enfants étaient massacrés et que les maisons étaient détruites », a-t-il déclaré à MEE.

 

 


Le titre de séjour allemand de Nezar al-Omar (Nezar al-Omar/MEE)

 

« J’avais l’impression d’être un traître à mon pays et à la cause en laquelle je croyais si profondément ».

Après plusieurs mois à passer d’une ville et d’un camp de réfugiés à l’autre, Nezar a finalement obtenu un titre de séjour qui lui donnait le droit de vivre en Allemagne – mais à ce moment-là, il avait déjà décidé de rentrer chez lui.

J’avais l’impression d’être un traître à mon pays et à la cause en laquelle je croyais si profondément

- Nezar al-Omar (35 ans), Idleb

Alors il a emballé ses affaires et a parcouru l’Europe en utilisant son titre de séjour allemand, puis a encore regardé la mort en face lorsque les passeurs l’ont aidé à rejoindre la Syrie en passant par la Turquie.

Nezar est retourné dans la périphérie d’Alep au plus fort du siège de plusieurs mois à la fin de l’année dernière. Il a dit avoir aidé le mouvement rebelle jusqu’à ce qu’un cessez-le-feu soit accepté en décembre 2016 et que les civils aient été évacués vers Idleb, où il vit aujourd’hui.

Pour Nezar, son retour en Syrie était une question de fidélité à ses convictions.

 

 


Une fillette syrienne déplacée pendant une tempête de sable au camp d’al-Mabrouka dans le village de Ras al-Ain à la frontière syro-turque (AFP)

 

« Chaque personne vit selon certains principes ou convictions. Renoncer à ces convictions, c’est renoncer à la vie et pour moi cette conviction était la Syrie », a-t-il déclaré.

Nezar a fait face à la résistance et à la critique de sa famille et ses amis pour avoir quitté une vie prometteuse en Allemagne, mais il est en paix avec sa décision. « Je lutte à tous les niveaux en Syrie, mais au moins ma conscience est en paix ici. »

Reconstruire une patrie

Selon Nezar, la plupart des rapatriés sont revenus dans les régions rebelles où ils peuvent échapper à la persécution du gouvernement d’Assad.

« Les millions d’entre nous qui ont participé aux manifestations savent que nous serions arrêtés et exécutés par les forces de sécurité si nous essayions d’entrer dans des zones contrôlées par le gouvernement », a déclaré Nezar, qui a encouragé d’autres personnes à revenir en Syrie.

 

 


L’école du Printemps arabe que Nezar al-Omar a mis en place pour les enfants ayant des besoins spéciaux à Alep, détruite après avoir été bombardée en septembre 2016 (Nezar al-Omar/MEE)

 

Il a dit qu’il était préférable pour les Syriens de revenir et de reconstruire que de rester dans des camps de réfugiés dans plusieurs pays voisins où ils pourraient ne pas être les bienvenus ou être négligés. Un grand nombre des millions de Syriens déplacés résident maintenant dans des camps de tentes informelles au Liban, en Jordanie et en Turquie entre autres.

Avant de quitter Alep, Nezar, professeur d’arabe de métier, a dirigé un centre de formation pour les éducateurs de la ville. Mais depuis le début du conflit, il a consacré son temps à la mise en place de la seule école pour les enfants handicapés dans la ville.

Sa passion pour l’école, qu’il appelait l’école du Printemps arabe pour les enfants ayant des besoins spécifiques, était la raison pour laquelle il est revenu.

« Même lorsque j’étais en Allemagne, j’ai économisé de l’argent et l’ai envoyé en Syrie pour aider à garder l’école ouverte », a-t-il déclaré.

Je lutte à tous les niveaux en Syrie, mais au moins ma conscience est en paix ici.

– Nezar al-Omar, Idleb

Bien que l’école qu’il avait créée a été détruite par une frappe aérienne en septembre 2016, Nezar a indiqué qu’il espère en créer une nouvelle pour les milliers d’enfants devenus handicapés suite à la guerre.

« Je me souviens que tout au long de mon séjour en Allemagne, j’ai lu des choses sur les guerres mondiales et sur la façon dont les Allemands ont œuvré à reconstruire leur pays », a-t-il déclaré. « Je pense que la Syrie méritait la même chose de ma part. »

 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation

http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/rentrer-chez-soi-reconstruire-sa-vie-des-syriens-rentrent-dans-leur-pays-natal-1456997704

 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Le Middle East Eye.net - dans Revue de presse
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 10:59

La ville de Hébron inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco

 

 

Israël dénonce "une souillure morale" qui nie une présence juive de 4 000 ans. Les Palestiniens, eux, se félicitent de ce succès diplomatique.

Source AFP
Modifié le - Publié le | Le Point.fr

Le Comité du patrimoine mondial de l'Unesco a déclaré ce vendredi 7 juillet la vieille ville d'Hébron, en Cisjordanie occupée, « zone protégée », en tant que site « d'une valeur universelle exceptionnelle ». L'ambassadeur de l'État hébreu auprès de l'Unesco a aussitôt dénoncé « l'un des moments les plus déshonorants » dans l'histoire de l'organisation. Douze membres du Comité réuni à Cracovie, dans le sud de la Pologne, ont voté pour l'inscription, six se sont abstenus et trois ont voté contre. La ville de Hébron était au cœur d'un affrontement diplomatique entre Israéliens et Palestiniens. La ville abrite une population de 200 000 Palestiniens et de quelques centaines de colons israéliens, retranchés dans une enclave protégée par des soldats près du lieu saint que les juifs appellent tombeau des Patriarches et les musulmans mosquée d'Ibrahim.

Les Palestiniens estiment que le site est menacé en raison d'une montée « alarmante » du vandalisme contre des propriétés palestiniennes dans la vieille ville, qu'ils attribuent aux colons israéliens. Mardi, lors d'un autre vote, cette commission de l'Unesco avait adopté une résolution condamnant les actions d'Israël à Jérusalem, qui a suscité la colère de responsables israéliens. Ces derniers estiment que la résolution sur Hébron, qui qualifie cette ville « d'islamique », nie une présence juive de 4 000 ans. Le tombeau des Patriarches abriterait la dépouille d'Abraham, père des trois religions monothéistes, de son fils Isaac, de son petit-fils Jacob et de leurs épouses Sarah, Rebecca et Léa.

Les États-Unis soutiennent Israël

L'Autorité palestinienne a qualifié de « succès » le vote de l'Unesco déclarant la vieille ville de Hébron en Cisjordanie occupée, « zone protégée » en tant que site « d'une valeur universelle exceptionnelle ». Ce vote est « un succès dans la bataille diplomatique menée par les Palestiniens sur tous les fronts face aux pressions israéliennes et américaines », s'est félicité le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Il faut dire que le vote du texte palestinien est considéré comme une victoire pour la diplomatie palestinienne tout en étant dénoncé par Israël comme une nouvelle preuve de la partialité d'un organisme dépendant de l'ONU. En mai, Israël avait rejeté une résolution de l'Unesco sur le statut de Jérusalem le présentant comme « puissance occupante », avant d'empêcher récemment des chercheurs de cette organisation d'effectuer une visite à Hébron. La représentante américaine à l'ONU Nikki Haley a ouvertement soutenu la tentative d'Israël de bloquer la résolution sur Hébron. Ce vendredi, le ministre israélien des Affaires étrangères a qualifié de « souillure morale » la décision de l'Unesco.

Alaa Shahin, membre de la municipalité de Hébron, estime qu'un vote favorable de l'Unesco aidera « à soutenir le tourisme » et « les efforts des Palestiniens à empêcher toute tentative de destruction ». Mais le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon a assimilé le projet palestinien à une « fake news » (fausse nouvelle). « Ils tentent de réécrire l'histoire juive et de la région », a-t-il proclamé, en accusant l'Autorité palestinienne de prétendre que le tombeau des Patriarches « fait partie de l'héritage national palestinien ».

Hébron, lieu de conflit permanent

En un demi-siècle d'occupation israélienne, Hébron est devenue un lieu de conflit permanent. Quelques centaines de colons protégés par des centaines d'autres soldats vivent dans un réduit au centre-ville qui est partiellement interdit d'accès aux Palestiniens. À l'époque du mandat britannique sur la Palestine, une communauté juive vivait à Hébron avant d'être contrainte de partir à la suite du meurtre de 67 juifs en 1929. En 1994, un colon israélo-américain, Baruch Goldstein, a ouvert le feu dans la mosquée d'Ibrahim, tuant 29 fidèles musulmans en prière avant d'être lynché.

Actuellement, les échoppes du marché de la vieille ville sont en grande partie vides.

Des filets ont été placés au-dessus des magasins pour les protéger des bouteilles et autres détritus lancés par des colons, selon les commerçants. Deux d'entre eux ne cachent pas un certain scepticisme. « Ces discours, c'est du vide », affirme Jamal Muragh en prévoyant que le gouvernement israélien ne tiendra pas compte d'une résolution de l'Unesco.

Fayer Abou Afifih estime lui qu'un vote favorable aurait malgré tout une « valeur symbolique importante, car il s'agirait d'un message adressé au monde affirmant que la mosquée d'Ibrahim est uniquement islamique ».

 

http://www.lepoint.fr/monde/hebron-a-l-unesco-palestiniens-et-israeliens-affichent-leurs-desaccords-07-07-2017-2141289_24.php

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Le Point.fr / AFP - dans Revue de presse
commenter cet article