Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 10:57

Israel furious as UNESCO rebuffs its claim to Hebron

 
Israel tries to use Jewish reverence for the Ibrahimi mosque in Hebron as a pretext to claim sovereignty over the occupied West Bank city.Najeh Hashlamoun APA images

Israel has reacted with rage after the United Nations cultural organization UNESCO passed two resolutions recognizing Hebron’s Old City and the Ibrahimi mosque, in the occupied West Bank, as endangered Palestinian heritage sites.

Twelve states on the World Heritage Committee voted in favor of the resolutions and three voted against. Six abstained.

The vote means that Hebron’s Old City and the Ibrahimi mosque, the place where an American Jewish settler massacred 29 Palestinians in 1994, will be added as Palestinian World Heritage sites on UNESCO’s register.

Both sites are also now considered endangered, which means the UNESCO’s World Heritage Committee will convene every year to evaluate their status.

Hebron’s Old City is home to about 800 Israeli settlers, who move about freely under army protection, while thousands of Palestinians are subjected to harsh military rule, roadblocks and checkpoints.

Mimicking Trump

Israel, backed by the United States, had tried to rally enough member states to block the resolutions.

But after their effort failed, Israeli leaders reasserted Israel’s claim to the occupied West Bank.

Apparently mimicking the style of President Donald Trump, the spokesperson for Israel’s foreign ministry tweeted an attack on UNESCO: “This irrelevant organization promotes FAKE HISTORY.”

 

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, who called the decision “surreal,” immediately announced Israel would withhold another $1 million of membership dues to the United Nations, saying the funds would be used to establish a museum of Jewish heritage in Kiryat Arba, the colony where Baruch Goldstein, the settler who carried out the 1994 mosque massacre, lived.

“This time they decided that the Tomb of the Patriarchs in Hebron is a Palestinian site, meaning not Jewish, and that it’s in danger,” Netanyahu said. He went on to list the names of biblical figures that Jews believe are buried there.

The Tomb of the Patriarchs is the name used by Israel for the Ibrahimi mosque.

Netanyahu – as Israeli officials always do – conflated Judaism with Israeli control. There is of course no contradiction between a site being Palestinian, on the one hand, and being revered by Muslims, Christians or Jews, on the other.

After the vote, Elias Sanbar, the Palestinian Authority’s representative at UNESCO, said that the resolution simply acknowledges that the mosque is in Palestinian territory.

“Palestine has not inscribed a religion on the World Heritage List,” Sanbar said. “Religion cannot be inscribed on such a list. It can only be something that can be felt, something we can fight for.”

Sanbar acknowledged that Palestine encompasses lands “which are sacred to all three monotheistic religions.”

Denying Palestinian existence

Following the vote, a representative of the Simon Wiesenthal Center, an Israel lobby group based in Los Angeles, claimed that since Palestine was admitted into UNESCO in 2011, the Palestinians have been using “heritage as war by other means.”

In fact it has been Israel that has relentlessly tried to use Jewish reverence for various sites in the occupied West Bank, especially in Jerusalem, as a pretext to try to assert Israeli sovereignty over them.

Predictably, Israeli officials have tried to spin the international rebuff of their transparent efforts to assert sovereignty over occupied territory as discrimination.

Defense minister Avigdor Lieberman called the UNESCO vote “anti-Semitic.”

“No decision by this irrelevant organization will undermine our historic right over the Tomb of the Patriarchs, or our right over the country,” Lieberman added, giving as clear an indication as possible that Israel does not recognize Palestinian existence, let alone self-determination in the West Bank or anywhere else in historic Palestine.

Lieberman urged the United States to help ensure that UNESCO is “defunded.”

Lies and distortions

The Palestinian Authority foreign minister Riad Malki, called the vote a diplomatic victory.

“Despite a frantic Israeli campaign spreading lies and distorting the facts about the Palestinian rights, the world has recognized our right to register Hebron and the Ibrahimi mosque under Palestinian sovereignty,” Malki stated.

Israel and the United States, which has openly denounced the resolution, had called for the vote to be secret, to allow member states to vote “without paying a political price,” according to Haaretz.

But UNESCO only allowed the vote to be “partially secret,” meaning member states were not required to reveal how the voted, but the vote did not take place behind a screen.

The vote occurred during the annual World Heritage Committee meeting that is currently taking place in Krakow, Poland.

Earlier this week, the committee approved a resolution reaffirming that Israel occupies East Jerusalem and calls its annexation of the city “null and void.”

That resolution also reaffirms the importance of Jerusalem’s Old City to all three monotheistic faiths.

 

https://electronicintifada.net/blogs/charlotte-silver/israel-furious-unesco-rebuffs-its-claim-hebron

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by The Electronic Intifada.net - dans Revue de presse
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 10:55

La fureur d’Israël face à la rebuffade de l’UNESCO vis-à-vis de ses prétentions sur Hébron

 
 
 

9 07 2017 • 17 h 25 min

image_pdfimage_print

Charlotte Silver  – 7 juillet 2017

 

 

 

Israël tente d’utiliser la référence juive à la mosquée d’Abraham à Hebron comme prétexte pour réclamer la souveraineté sur l’ensemble de la ville de Cisjordanie occupée. Najeh Hashlamoun APA images

 

La réaction d’Israël a été de rage lorsque l’UNESCO, l’organisation culturelle des Nations Unies, a pris deux résolutions reconnaissant la Vieille Ville d’Hébron et la mosquée d’Abraham, en Cisjordanie occupée, comme sites du patrimoine palestinien en danger.

Douze États du Comité du patrimoine mondial ont voté en faveur des résolutions et trois ont voté contre. Six se sont abstenues.

La signification de ce vote est que la vieille ville d’Hébron et la mosquée d’Abraham, l’endroit où un colon juif américain a massacré 29 Palestiniens en 1994, seront inscrites comme Patrimoine Mondial Palestinien sur la liste de l’UNESCO.

Ces deux sites sont désormais considérés en danger, ce qui veut dire que le Comité du patrimoine en danger de l’UNESCO se réunira chaque année pour en évaluer l’état.

Environ 800 colons israéliens se trouvent dans la vieille ville d’Hébron où ils se déplacent librement sous la protection de l’armée, tandis que des milliers de Palestiniens sont soumis à une rude autorité militaire, à des barrages et à des checkpoints.

 

Imitation de Trump

Israël, avec le soutien des États Unis, a essayé de rassembler assez d’États membres pour contrer les résolutions.

Mais, leur effort ayant été vain, les dirigeants israéliens ont réaffirmé la revendication d’Israël sur la Cisjordanie occupée.

Imitant apparemment le style du président Donald Trump, le porte parole du ministère israélien des affaires étrangères a tweeté une attaque contre l’UNESCO : « Cette organisation inutile promeut de L’HISTOIRE FICTIVE».

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, qui a appelé cette décision « surréaliste », a immédiatement annoncé qu’Israël retirerait un million de dollars de plus de sa contribution de membre des Nations Unies, disant que les fonds seraient employés à créer un musée du patrimoine juif à Kiryat Arba, la colonie où vivait Baruch Goldstein, le colon qui a perpétré le massacre de 1994.

«Cette fois-ci, ils ont décidé que le Tombeau des Patriarches de Hébron est un site palestinien, donc non juif, et qu’il est en danger » a dit Netanyahou. Il a poursuivi en faisant la liste des noms des personnalités bibliques dont les Juifs pensent qu’elles sont enterrées là.

Le Tombeau des Patriarches est le nom utilisé par Israël pour désigner la mosquée d’Abraham.

Netanyahou, comme le font toujours les représentants d’Israël, confond le judaïsme  avec le contrôle israélien. Il n’y a évidemment pas de contradiction entre le fait qu’un site soit palestinien et qu’il soit révéré par des Musulmans, des Chrétiens, des Juifs ou d’autres.

Après le vote, Elias Sanbar, le représentant de l’Autorité Palestinienne à l’UNESCO, a dit que la résolution reconnaissait simplement que la mosquée est située en territoire palestinien.

« La Palestine n’a pas inscrit une religion sur la liste du Patrimoine Mondial » a dit Sanbar. « La religion ne peut être inscrite sur une telle liste, c’est seulement quelque chose qui peut être ressenti, une chose pour laquelle nous pouvons combattre ».

Sanbar a reconnu que la Palestine inclut des terres « qui sont sacrées pour les trois religions monothéistes ».

 

Déni de l’existence palestinienne

À la suite du vote, un représentant du centre Simon Wiesenthal, un groupe de lobby israélien basé à Los Angeles, a prétendu que depuis l’admission de la Palestine à l’UNESCO en 2011, les Palestiniens s’étaient servi du « patrimoine pour faire la guerre sous d’autres formes ».

En fait, c’est Israël qui a sans cesse essayé de faire usage de la référence juive à propos de divers sites de Cisjordanie occupée, en particulier à Jérusalem, comme prétexte dans la tentative d’affirmer la souveraineté d’Israël sur ces sites.

Comme on pouvait le prévoir, des représentants israéliens ont tenté de faire passer pour de la discrimination la rebuffade internationale contre leurs efforts patents pour affirmer leur souveraineté sur le territoire occupé.

Le ministre de la défense, Avigdor Lieberman, a qualifié le vote de l’UNESCO « d’antisémite ».

« Aucune décision de cette organisation inutile ne portera atteinte à notre droit historique sur le Tombeau des Patriarches ni à notre droit sur le pays » a ajouté Lieberman, indiquant ainsi le plus clairement possible qu’Israël ne reconnaît pas l’existence palestinienne, et encore moins son autodétermination en Cisjordanie ni où que ce soit dans la Palestine historique.

Lieberman a exhorté les États Unis à les aider à assurer que leur financement de  l’UNESCO soit bien annulé.

 

Mensonges et distorsions

Riad Malki le ministre des affaires étrangères de l’Autorité Palestinienne a qualifié le vote de victoire diplomatique.

« En dépit d’une campagne israélienne frénétique qui répand des mensonges et déforme les faits quant aux droits des Palestiniens, le monde a reconnu notre droit à enregistrer Hébron et la mosquée d’Abraham sous la souveraineté palestinienne » a déclaré Malki.

Israël et les États Unis, qui ont ouvertement dénoncé la résolution, avaient appelé à un vote secret, pour permettre aux États membres de voter « sans payer un prix politique » selon Haaretz.

L’UNESCO a seulement permis que le vote soit « partiellement secret », c’est à dire que les États membres ne soient pas tenus de révéler comment ils votaient, mais le vote n’a pas eu lieu derrière un écran.

Le vote est intervenu au cours de la réunion annuelle du Comité du Patrimoine Mondial qui a lieu en ce moment à Cracovie en Pologne.

Auparavant, dans la semaine, le comité a approuvé une résolution qui ré affirme qu’Israël occupe Jérusalem Est et appelle son annexion « nulle et non avenue ».

Cette résolution réaffirme aussi l’importance de la Vieille Ville de Jérusalem pour les trois religions monothéistes.

 

Traduction SF pour l’Agence Media Palestine

Source: Electronic Intifada

 

http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2017/07/09/la-fureur-disrael-face-a-la-rebuffade-de-lunesco-vis-a-vis-de-ses-pretentions-sur-hebron

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by The Electronic Intifada.net / agence Media Palestine.fr - dans Revue de presse
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 10:45

Crise du Qatar : Téhéran va-t-il se rallier ouvertement à Doha ?

 
7 juillet 2017
 
 

Alors que s’éloigne la probabilité d’un rapprochement avec Riyad, l’Iran pourrait décider qu’il n’a rien à perdre à ouvrir un nouveau front dans la guerre par procuration qui l’oppose à l’Arabie saoudite

Il y a un mois, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis (EAU), le Bahreïn et l’Égypte ont décidé de rompre leurs liens diplomatiques avec le Qatar et d’imposer au pays un embargo terrestre, maritime et aérien, déclenchant ainsi la pire crise diplomatique connue par les États du Golfe depuis des décennies.

Pour justifier leur décision, ces quatre pays ont avancé que la politique menée par Doha alimentait le terrorisme et déstabilisait la région. Ils ont, notamment, fait référence au soutien qu’apporte le Qatar à des groupes islamistes comme les Frères musulmans et aux liens de Doha avec l’Iran, l’ennemi juré de l’Arabie saoudite. Le ministère des Affaires étrangères qatari a jugé « sans fondement » toutes ces accusations.

Le 23 juin dernier, le Qatar a reçu une liste de treize conditions à remplir pour que le boycott soit levé. Une de ces injonctions était de « prendre ses distances avec l’Iran et d’y fermer ses missions diplomatiques. Expulser du Qatar les Gardiens de la révolution islamique et interrompre toute coopération militaire avec Téhéran. Les seuls échanges commerciaux autorisés avec l’Iran sont ceux qui respectent les sanctions américaines et internationales ».

Le fait que la crise ait été déclenchée principalement en raison des relations du Qatar avec l’Iran a étonné les observateurs du Golfe. Au fil des années, les deux pays avaient maintenu leurs relations diplomatiques, même en période de très fortes tensions dans la région.

Au lieu de prendre parti ou d’intervenir, Téhéran a tout de suite insisté sur la nécessité d’un dialogue, en incitant les différents pays à s’investir pour empêcher une escalade

Cependant, depuis le mois de janvier 2016, les relations diplomatiques entre Doha et Téhéran étaient quasi-inexistantes suite au rappel par le Qatar de son ambassadeur en Iran en conséquence des assauts menés contre l’ambassade saoudienne à Téhéran en réaction à l’exécution du cheikh Nimr al-Nimr et de 46 autres personnes.

Du point de vue économique, Téhéran et Doha partagent le plus grand gisement de gaz naturel au monde, le North Dome/South Pars. Au cours de l’année dernière, la valeur des exportations de biens entre les deux pays a atteint 146,6 millions de dollars et celle des exportations de marchandises, 3,1 millions de dollars. Cependant, ces chiffres sont très en dessous de ceux des échanges commerciaux entre les EAU et l’Iran. Les exportations d’Abou Dabi ont ainsi atteint 6,4 milliards de dollars et les importations 7,4 milliards de dollars en 2016-2017.

Une diplomatie de la discrétion

La présence de l’Iran sur la liste des demandes saoudiennes a conduit à des spéculations sur la possibilité d’un élargissement de la crise à l’Iran. Du point de vue iranien, ce serait l’occasion rêvée de créer la discorde au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG) qui a été, jusqu’à présent, unanimement opposé à l’Iran. Cependant, pour le moment, la réaction de Téhéran a été prudente.

Les dirigeants iraniens ont rapidement accusé le président des États-Unis, Donald Trump, d’être responsable de l’escalade des tensions dans le Golfe, notamment en se rendant en voyage officiel en Arabie saoudite. Un tweet de Donald Trump publié juste après le déclenchement de la crise – « Content de voir que ma visite en Arabie saoudite avec le roi et 50 autres pays est déjà en train de porter ses fruits » – a renforcé l’idée, à Téhéran, que la discorde actuelle était due, en grande partie, au gouvernement américain actuel.

Malgré cela, au lieu de prendre parti ou d’intervenir, Téhéran a tout de suite insisté sur la nécessité d’un dialogue, en incitant les différents pays à s’investir pour empêcher une escalade. Pour les dirigeants iraniens, la zizanie créée par la crise menace les intérêts de tous les États impliqués. Comme l’a dit le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, « rajouter une source de tension supplémentaire pourrait nous mener à la catastrophe », avec des conséquences terribles pour la stabilité de la région dans son ensemble.

La réponse de l’Iran a ainsi consisté, jusqu’à présent, à adopter une diplomatie de la discrétion, tout en insistant sur l’importance du dialogue pour résoudre la crise. Le 5 juin dernier, Mohammad Javad Zarif a, par exemple, tweeté : « On ne change pas de voisins ; on ne peut pas modifier la géographie. La solution n’est jamais dans la contrainte. Il est essentiel de dialoguer, surtout pendant le mois béni du Ramadan. »

De la même manière, le même jour, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi, a déclaré : « La solution aux différends entre les États de la région, y compris le conflit actuel entre le Qatar et ses trois voisins, ne pourra que passer par une méthode et un dialogue politiques et pacifiques entre les différentes parties. » Quelques jours seulement après le déclenchement de la crise, Mohammad Javad Zarif s’est rendu à Ankara pour rencontrer le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, afin de coordonner leurs réponses et désamorcer les tensions.

Parallèlement, l’Iran a promis au Qatar, qui dépend en très grande partie de ses importations, que le pays pouvait compter sur Téhéran pour son approvisionnement en fruits et légumes, en prévision d’une possible pénurie de nourriture, l’Arabie saoudite ayant fermé sa frontière terrestre avec le Qatar. Par ailleurs, l’Iran a promis au Qatar un accès à son propre espace aérien pour contourner la nouvelle interdiction de survol des espaces aériens saoudien, émirati et bahreïni.

L’Iran s’est, cependant, abstenu d’adopter une attitude plus agressive, se démarquant ainsi de la Turquie, qui a rapidement déployé ses troupes au Qatar et a choisi son camp, sans ambiguïté.  

« Bras ouverts »

L’Iran a encore la possibilité de changer son approche actuelle de la crise, en particulier à la lumière des récents développements.

Une capitulation face aux pressions exercées par les quatre pays ne semble en effet pas intéresser Doha qui, après avoir laissé expirer la date limite d’acceptation de leurs exigences plus tôt cette semaine, a fait savoir que celles-ci seraient rejetées.

Soulignant son refus de limiter ses liens avec l’Iran, quelques heures seulement après l’émission des treize requêtes, l’émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, s’est entretenu par téléphone avec le président iranien Hassan Rohani, lui disant que « le Qatar a[vait] les bras ouverts pour une interaction et coopération » et que « les relations entre l’Iran et le Qatar [avaient] toujours été florissantes et puissantes ».

Par conséquent, si le Qatar rejette en effet les demandes de ses voisins, il pourrait ouvrir la voie à un coopération plus poussée entre Téhéran et Doha.

À LIRE : INTERVIEW – Bichara Khader : « Sans sortie de crise, le Qatar se mettra sous les ailes de l’Iran »

Un autre élément susceptible de pousser Téhéran à adopter une position de soutien plus tranchée vis-à-vis du Qatar est la nomination, le 21 juin dernier, de Mohammed ben Salmane en tant que nouveau prince héritier d’Arabie saoudite. L’héritier du trône, âgé de 31 ans, est communément perçu par les responsables iraniens comme le cerveau derrière la récente escalade des tensions entre les rivaux historiques de la région.

Un nouveau front de bataille

Malgré le désir de l’administration Rohani d’améliorer les relations avec le royaume, l’Arabie saoudite, dirigée par son étoile montante, indique de plus en plus clairement que sa priorité est de confronter l’Iran et non pas de lui tendre la main.

Une nouvelle alliance avec Ankara et Doha pourrait atténuer certains des coûts auxquels Téhéran est confronté pour mener à bien ses objectifs stratégiques au Moyen-Orient

Début mai, Mohammed ben Salmane a ainsi déclaré qu’aucun dialogue n’était possible avec Téhéran. « Nous n’attendons pas que la bataille ait lieu en Arabie saoudite », a-t-il déclaré. « , Nous travaillerons plutôt à ce que la bataille soit pour eux, en Iran. »

Alors que s’effondrent les perspectives d’un rapprochement avec l’Arabie saoudite, l’Iran pourrait décider qu’il n’a rien à perdre à ouvrir un autre front de bataille dans la guerre par procuration qui l’oppose à l’Arabie saoudite en Syrie, en Irak et au Yémen.

Si cela se produisait, les préoccupations de Téhéran vis-à-vis de possibles troubles et activités terroristes le long de ses propres frontières se renforceraient inévitablement. Cependant, une nouvelle alliance avec Ankara et Doha pourrait atténuer certains des coûts auxquels Téhéran est confronté pour mener à bien ses objectifs stratégiques au Moyen-Orient, en particulier en Syrie, où les trois pays se battent actuellement sur des fronts opposés.

Téhéran pourrait ainsi parvenir à la conclusion que, tout bien considéré, il serait plus judicieux et plus avantageux de se rallier ouvertement au Qatar contre le royaume, plutôt que de continuer sa diplomatie de la discrétion, s’exposant ainsi aux répercussions probables de la tempête de la crise du Golfe.

 

- Aniseh Bassiri Tabrizi est analyste au Royal United Services Institute (RUSI). Ses recherches portent sur la sécurité au Moyen-Orient, avec un accent particulier sur la politique étrangère et nationale de l’Iran. Elle est également doctorante au Département des études sur la guerre du King’s College London, où elle travaille à la réalisation d’un projet sur l’initiative diplomatique de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni (UE3) sur la question du nucléaire iranien.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Photo : le président iranien Hassan Rohani participe à une conférence de presse près de l’Assemblée générale des Nations unies dans l’arrondissement de Manhattan, à New York (États-Unis), le 22 septembre 2016 (AFP).

Traduit de l’anglais (original).

 
 
 
 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Le Middle East Eye.net - dans Revue de presse
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 10:42

Iraqi PM hails 'great victory' over Islamic State in Mosul

#IraqatWar

Haider al-Abadi congratulates 'heroic fighters and Iraqi people' in city where UN says $1bn is needed to repair basic services

 
 
MEE and agencies's picture
Last update: 
Monday 10 July 2017 8:10
 
 

Iraq's prime minister, Haider al-Abadi, arrived in Mosul on Sunday and congratulated the armed forces for their victory over the Islamic State (IS) group after eight months of urban warfare, bringing an end to three years of militant rule in the city.

The battle has left large parts of Mosul in ruins, killed thousands of civilians and displaced nearly one million people.

"The commander in chief of the armed forces [Prime Minister] Haider al-Abadi arrived in the liberated city of Mosul and congratulated the heroic fighters and Iraqi people for the great victory," his office said in a statement.

A photo on Abadi's official Twitter account showed him dressed in a black military uniform and cap as he arrived in Mosul to announce the recapture of the city.

French President Emmanuel Macron, whose country is part of an international coalition which backed the campaign with air strikes, training and assistance on the battlefield, welcomed the defeat of IS in Mosul.

"Mosul liberated from ISIS: France pays homage to all those, who alongside our troops, contributed to this victory," Macron said on his Twitter account.

Gunfire still audible

The fighting did not seem to be completely over, with gunfire still audible in Mosul and air strikes hitting the city around the time the premier's office released the statement.

The decaying corpses of militants lay in the narrow streets of the Old City, where IS has staged a last stand against Iraqi forces backed by a US-led coalition.

The group vowed to "fight to the death" in Mosul, but Iraqi military spokesman Brigadier General Yahya Rasool told state TV earlier on Sunday that 30 militants had been killed attempting to escape by swimming across the River Tigris that bisects the city.

Cornered in a shrinking area, the militants have resorted to sending women suicide bombers among the thousands of civilians who are emerging from the battlefield wounded, malnourished and fearful.

Read more ►

Battle for Mosul: Terrifying final moments of house-to-house advances, air strikes

The battle has also exacted a heavy toll on Iraq's security forces.

The Iraqi government does not reveal casualty figures, but a funding request from the US Department of Defense said the elite Counter Terrorism Service, which has spearheaded the fight in Mosul, had suffered 40 percent losses.

The United States leads an international coalition that is backing the campaign against IS in Mosul by conducting air strikes against the militants and assisting troops on the ground.

The Department of Defense has requested $1.269bn in US budget funds for 2018 to continue supporting Iraqi forces.

Without Mosul, by far the largest city to fall under militant control, IS's dominion in Iraq will be reduced to mainly rural, desert areas west and south of the city where tens of thousands of people live.

 



Iraqi woman and her children who fled fighting between government forces and Islamic State militants on Saturday in Old City of Mosul, sit in city's western industrial district waiting to be relocated (AFP)

 

Three years after 'caliphate' declared

It is almost exactly three years since the ultra-hardline group's leader, Abu Bakr al-Baghdadi, proclaimed a "caliphate" spanning Syria and Iraq from the pulpit of the medieval Grand al-Nuri mosque.

Abadi declared the end of Islamic State's "state of falsehood" a week ago, after security forces retook the mosque, although only after retreating militants blew it up.

The United Nations predicts it will cost more than $1bn to repair basic infrastructure in Mosul. In some of the worst affected areas, almost no buildings appear to have escaped damage, and Mosul's dense construction means the extent of the devastation might be underestimated, UN officials said.

The militants are expected to revert to insurgent tactics as they lose more territory.

The fall of Mosul also exposes ethnic and sectarian fractures between Arabs and Kurds over disputed territories or between Sunnis and the Shia majority that have plagued Iraq for more than a decade. 

Oxfam cautioned that residents must be treated equally, regardless of any alleged family links to IS. 

"As Mosul rebuilds, all its residents must enjoy the same rights and opportunities – whatever their gender, religion, or ethnic or tribal affiliation. In particular, Mosul residents must not face discrimination or punishment because of family links to ISIS fighters," Oxfam’s Country Director in Iraq, Andres Gonzalez, said in a statement.

"The retaking of Mosul will no doubt inspire hope among many Iraqis: hope that they can return home, rebuild their lives, and heal the divisions within their society. But these hopes will not be realised quickly or easily. Mosul residents continue to face severe risks from revenge attacks and explosives, and a lack of clean water, healthcare, and other basic services."

 

http://www.middleeasteye.net/news/mosul-iraqi-pm-announces-victory-over-islamic-state-city-1552079523

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by The Middle East Eye.net / agencies - dans Revue de presse
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 10:29

La libération de Benghazi change-t-elle la donne en Libye ?

Interview
7 juillet 2017
Le point de vue de Kader Abderrahim
 
 
   
Mercredi 5 juillet, le maréchal Haftar a annoncé la libération de la ville de Benghazi des djihadistes. Le point de vue de Kader Abderrahim, chercheur à l’IRIS, sur la situation en Libye et sur l’organisation terroriste Daech.

Dans quel contexte a eu lieu cette libération de Benghazi ?

La bataille de Benghazi a commencé il y a déjà près de trois ans, lancée comme un défi, voire une provocation, par le maréchal Khalifa Belqasim Haftar. Dans le contexte de l’époque, le maréchal déclarait vouloir libérer la Libye de la présence de groupes islamistes ou terroristes. Haftar a en partie gagné puisque la défaite des terroristes islamistes à Benghazi marque pour lui un succès incontestable.

Cette libération de Benghazi intervient aussi dans un contexte où les divisions n’ont jamais été aussi fortes entre les différentes factions libyennes. Concernant le contexte politique, le Premier ministre Faïez Sarraj, reconnu par la communauté internationale, est très fragilisé et cette victoire du maréchal Haftar, qui n’a jamais reconnu le gouvernement de Sarraj, vient l’affaiblir encore davantage.

Ceci étant, pour la population libyenne, cette libération de Benghazi ne change pas fondamentalement la situation sécuritaire car les Libyens restent pris en otage soit par les dizaines milices, soit par les groupes terroristes, soit par les bandes mafieuses. La question de la sécurité pour la population est donc loin d’être réglée et la défaite des terroristes à Benghazi ne changera pas beaucoup de choses sur le fond.


Face à la division profonde du pays, où en sont les négociations entre les différentes parties ? Quel rôle joue la communauté internationale ?

Un nouvel émissaire des Nations unies, le libanais Ghassan Salamé, a été nommé il y a quelques jours. Sa principale mission consistera à tenter de réamorcer un dialogue entre les différentes factions libyennes. Ghassan Salamé ne connaît pas bien le terrain libyen, il s’était plutôt illustré en Irak et sur d’autres terrains de conflit. Le dossier libyen est donc un véritable défi pour lui. Il va falloir qu’il mette en œuvre toute sa finesse politique et diplomatique pour pouvoir rassembler autour de la même table tous les acteurs de cette guerre civile libyenne.

Ceci étant, Salamé a pour avantage d’être plutôt proche des monarchies du Golfe, notamment des Émirats arabes unis. Ces derniers avec l’Égypte sont les deux acteurs importants dans la situation libyenne actuelle puisque les Émiratis ont livré des armes au maréchal Haftar. Salamé a donc peut-être un point d’entrée par leur biais, pour éventuellement obtenir des Émirats qu’ils suspendent provisoirement les livraisons d’armes. Aujourd’hui, la Libye a en effet moins besoin d’armes que de diplomates.

De nombreux acteurs jouent un rôle en Libye : l’Égypte, les Émirats arabes unis, la Turquie, le Qatar et, dans une moindre mesure, l’Algérie. Tous ces pays devraient être à un moment ou à un autre associés à un processus politique, qui devra parvenir dans un premier temps à faire cesser les combats et, dans un second temps à trouver un compromis politique entre les différentes factions libyennes et arriver à la reconnaissance d’un gouvernement légitime. Ce sera un travail de longue haleine mais Ghassan Salamé a toutes les qualités pour parvenir à un succès.

Il est intéressant de voir qu’il n’y a eu aucune réaction de la communauté internationale suite à la libération de Benghazi, à l’exception de la Russie qui s’est réjouie de la défaite des terroristes. Même si la communauté internationale, notamment la France, soutient Faïez Sarraj, elle joue aussi double-jeu ambigu en souhaitant ménager l’avenir. Par ailleurs, il n’est pas certain que le maréchal Haftar soit populaire parmi les Libyens puisque c’est un militaire suscitant l’inquiétude d’avoir une pratique politique peu différente de celle du colonel Mouammar Kadhafi.


Cette nouvelle défaite de Daech, ajoutée à des difficultés dans d’autres régions, montre-t-elle que l’organisation est sur le déclin ?

Incontestablement, Daech subit un recul. En revanche, il est encore trop tôt pour parler de déclin. L’organisation terroriste accuse un recul militaire indéniable car partout, elle perd des positions : en Irak, en Syrie et aujourd’hui en Libye.

Pour autant, politiquement rien n’est réglé dans ces pays-là. D’autant plus que la stratégie de Daech depuis déjà au moins une année - lorsque l’organisation avait anticipé ces défaites militaires - consiste à se redéployer sur d’autres terrains, notamment en Afrique et surtout en Asie, où les attentats se multiplient. Il faut donc rester très prudent car la défaite du groupe terroriste est loin d’être acquise.
 
 
 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by IRIS.org - dans Revue de presse
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 10:27
Qatar seeks compensation over Arab blockade
 
 
 

Qatari attorney general says country would pursue compensation claims against rivals Saudi Arabia, Egypt, Bahrain and United Arab Emirates

 

Diplomatic editor

 

Repost 0
Published by The Guardian.com (UK) - dans Revue de presse
commenter cet article
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 11:16

L’Unesco inscrit Hébron, en Cisjordanie, sur la liste du Patrimoine mondial en péril

 
 
 

La question de son inscription sur la liste du Patrimoine mondial est l’enjeu d’un affrontement entre Israéliens et Palestiniens.

 

 

Le Monde.fr avec AFP |

 
Abonnez vous à partir de 1 €
Ajouter

Pas le temps de
lire cet article ?

Conservez-le pour le consulter plus tard. Abonnez-vous au Monde.fr
à partir de 1 €

Abonnez-vous
 

Le Comité du Patrimoine mondial de l’Unesco a déclaré, vendredi 7 juillet, la vieille ville d’Hébron, en Cisjordanie occupée, « zone protégée », en tant que site « d’une valeur universelle exceptionnelle ».

La question de son inscription sur la liste du Patrimoine mondial est l’enjeu d’un affrontement entre Israéliens et Palestiniens. Douze membres du comité réuni à Cracovie, dans le sud de la Pologne, ont voté pour l’inscription, six se sont abstenus et trois ont voté contre.

La décision du comité du Patrimoine mondial de l’Unesco est une « souillure morale », a immédiatement réagi le ministère des affaires étrangères israélien, tandis que les Palestiniens saluaient un « succès » de leur diplomatie.

Ce vote est « un succès dans la bataille diplomatique menée par les Palestiniens sur tous les fronts face aux pressions israéliennes et américaines », s’est, en effet, félicité le ministère des affaires étrangères de l’Autorité palestinienne dans un communiqué.

Montée du vandalisme

Hébron abrite une population de 200 000 Palestiniens et de quelques centaines de colons israéliens, retranchés dans une enclave protégée par des soldats près du lieu saint que les juifs appellent tombeau des Patriarches et les musulmans mosquée d’Ibrahim.

Les Palestiniens estiment que le site est menacé en raison d’une montée « alarmante » du vandalisme contre des propriétés palestiniennes dans la vieille ville, qu’ils attribuent aux colons israéliens.

Le tombeau des Patriarches abriterait la dépouille d’Abraham, père des trois religions monothéistes, de son fils Isaac, de son petit-fils Jacob et de leurs épouses Sarah, Rebecca et Léa.

 

 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Le Monde.fr / AFP - dans Revue de presse
commenter cet article
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 11:09

Palestinian rights groups accuse Israel of 'smear campaign'

 
 

Claim comes as Norway demands return of funds for women’s centre named after Palestinian woman who led an attack that killed 38 civilians

 

 

 
Banners in Ramallah portray Fatah member Dalal Mughrabi, who led a 1978 attack on an Israeli bus near Tel Aviv, killing 38 people (AFP)
Jacob Burns's picture
Last update: 
Monday 3 July 2017 8:29 UTC
 
 
 

A joint Israeli government and civil society campaign to cut off foreign government funding for Palestinian human rights groups is employing smear tactics and misinformation, according to the groups targeted.

The campaign, involving the Israeli government and an Israel-based organisation called NGO Monitor, scored a high-profile success last month when Denmark announced it was freezing funding to the Women’s Affairs Technical Committee (WATC) - a grouping of local women's organisations - pending a review. NGO Monitor says it works for transparency in NGO funding.

It alleges that the Palestinian NGOs are not really advocating for human rights but work to "delegitimise" Israel and have links to "terrorist" organisations, charges the groups deny.  

This move came in the wake of reports last month that some foreign government money had been used to fund a controversial youth centre in the West Bank, opened by the WATC.

In honour of the Coastal Road Massacre?

The centre was named after Palestinian woman Dalal Mughrabi, who took part in a 1978 attack on Israeli civilians in which 38 civilians and one solider were killed in what became known as the "Coastal Road Massacre". 

The Israeli prime minister, Benjamin Netanyahu, said that he had called directly on the Norwegian government to stop funding the WATC, which it then did.

Oslo also called for the removal of the country's logo from the centre, demanded a return of funds, and said it won't back future projects under current conditions, according to the Times of Israel

Netanyahu welcomed the decision, and the Danish government then also cut its funding – and demanded its money back – from the WATC. A total of 24 Palestinian and pro-Palestinian NGOs were affected by the Danish decision to freeze as much as $8mn in funding, according to the Jerusalem Post.

The funding is organised through the umbrella organisation of the Al-Bireh, West Bank-based Human Rights and International Humanitarian Law Secretariat, the Post said.

The general freeze in Danish funding for the NGOs came as a surprise, according to four organisations affected by it. All four representatives said that they had learned of the move only from the media. 

Netanyahu had lobbied the Danish foreign minister, Anders Samuelsen, to take this step when he visited Jerusalem on 17 May, according to Danish media reports.

Israeli pressure was partly responsible for the move, the foreign minister said

The Danish foreign ministry did not respond to requests for further information on the move, the affected NGOs said.

It is a step which has been welcomed by the pro-Israeli NGO Monitor. 

"The Danish decision to freeze funding to the Secretariat is a significant milestone for European governments that blindly channel tens of millions annually to radical NGOs," Gerald Steinberg, president of NGO Monitor, said in a statement. 

'They are trying to silence us'

Shawan Jabarin, the director of al-Haq, a human rights NGO that is headquartered in Ramallah and has been impacted by the freeze, said that he saw the action as only the latest step in a long history of harassment by the Israeli government and its supporters. 

"Their main aim is to silence us," he told MEE.

His staff have previously received death threats and the organisation's computer systems have been hacked into in what appeared to be an effort to disrupt the organisation's work, he said. 

While al-Haq believes the death threats came from Israeli authorities, the government has previously called the allegations "preposterous".

"They are nervous and crazy because they are aware that we are bringing scrutiny to their crimes. So, they try to create fear, to create self-censorship, and to make us busy with false claims," Jabarin said. 

He said that NGO Monitor was making and spreading false claims about his organisation, and that this was responsible for mistrust from donors. 

"They take the focus away from your work and put you on the back foot." 

NGO Monitor has accused al-Haq of having links to the Popular Front for the Liberation of Palestine (PFLP), a banned political organisation with an armed wing. 

NGO Monitor cites a 2007 Israeli High Court decision in which the court said that it was satisfied that Jabarin had ties to the group. 

That ruling was based on an in camera review of secret evidence. Jabarin denied the links at the time and maintains that denial now.

"If I am a member of the PFLP, then why don't they bring me to trial?" asked Jabarin. 

Membership of a banned organisation is a criminal offence, and one with which Palestinians are commonly charged under Israel's military court system in the West Bank, which was reported in 2011 to have a conviction rate of above 99 percent. 

Another Palestinian NGO that is accused of having links to the PFLP is Addameer, a prisoners' rights organisation also based in Ramallah. 

NGO Monitor cites a 2012 post on the website of Fatah – another banned Palestinian organisation with an armed wing – that lists "Addameer" as an official affiliate of the PFLP.

A spokesperson for Addameer denied the accusation, saying that the post does not list the organisation's full name, and there is more than one organisation with the name Addameer, which means "the conscience" in Arabic. 

"It is a clear attempt to smear our organisation," the spokesperson said. 

A spokesperson for NGO Monitor told MEE: "Our information is based on extensive research and is fully source-based. If we are presented with verifiable evidence that our information is incorrect, then we promptly update our website and issue a correction." 

The organisations that MEE spoke to, however, said that they were disturbed that attacks by the Israeli government and its supporters had moved to a higher-level, and focused not on the content of their work, but what they considered distortions about the organisations themselves.  

"The prime minister is playing the role of lobbyist directly, and that's new," said one senior staff member in a prominent Palestinian human rights organisation. 

The staff member asked for anonymity to discuss the issue frankly. "He's now willing to go out to the media and boast about his ability to influence governments. 

"We are always being described as a terror organisation, working with Hamas. Which is funny to us, because we are secular and we criticise Hamas – we are at odds with them, and they have never been happy with us. 

"Yet now when someone Googles us, they find all this false information, and it is something we do not have the resources to follow up on."

A strong message to terrorism

Emmanuel Nahshon, a spokesman for Israel's Ministry of Foreign Affairs, said that he categorically rejected the accusation that Israel was working to impede the activities of human rights NGOs. He said, however, that the government was sending "a strong message to EU governments that no money should go to terrorism, incitement, or to the glorification of violence." 

While affirming that NGO Monitor was an independent group, Nahshon said that, "we work closely together with them. There is a level of coordination and we share information. The aims of the Israeli government are no secret in this instance ... and when NGOs have pertinent aims and objectives, then we are happy to cooperate."

NGO Monitor, for its part, denied that it coordinates its actions with anyone, and said that it works independently of the government on every issue, pointing to the fact that it has opposed legislation on NGO funding proposed by the Israeli government. 

All organisations MEE spoke to said that they were working to address any potential funding shortfalls the freeze might cause, and said that they would continue their work in any case. 

Jabarin, however, said that the events were making him question how the Israeli government and its supporters wanted Palestinians to defend their rights, if not through what he called "peaceful means according to international law". 

"Can you imagine if tomorrow we go to our people, who we tell all the time about international law and human rights, and say: 'We failed, we can't do anything, the EU do not want us to respect the rule of law in this way.' What message would that send to the young generation?"

 

http://www.middleeasteye.net/news/palestinian-human-rights-groups-struggle-remain-afloat-amid-israeli-smear-campaign-1552795311

Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Repost 0
Published by The Middle East Eye.net - dans Revue de presse
commenter cet article
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 11:07

Non à l’instrumentalisation de la lutte contre l’antisémitisme !

À la suite de l’adoption, le 1er juin, d’une résolution du Parlement européen faisant référence à la définition de l’antisémitisme par l’International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA), plusieurs personnalités, historiens, philosophes, sociologues, psychanalystes, journalistes ont souhaité apporté une réponse à un texte pour le moins problématique vis-à-vis d’Israël.

 

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.

 

Le 1er juin 2017, le Parlement européen a adopté une résolution sur une cause essentielle et qui mérite un traitement sérieux : la lutte contre l’antisémitisme. Or, cette résolution, qui reprend l’une des deux propositions déposées, celle des groupes conservateurs (PPE), libéraux (ALDE) et socialistes (S&D), pose de sérieux problèmes. Elle s’appuie, en effet, sur la définition de l’antisémitisme proposée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste, l’International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA), dont le grave défaut est de s’écarter de son objet en multipliant les références à l’État d’Israël.

Ce n’est pas à un parlement de définir des notions qui font l’objet d’un vaste débat historiographique et de centaines de travaux critiques. Et le texte de l’IHRA est loin d’être une référence indiscutable. Il affirme d’emblée que « les manifestations de l’antisémitisme peuvent inclure le ciblage de l’État d’Israël » et mentionne à neuf reprises cet État ; même si ses auteurs se voient contraint d’ajouter : « Cependant, une critique d’Israël similaire à celle menée contre n’importe quel autre pays ne peut être vue comme antisémite. » Quand il donne ensuite des « exemples contemporains d’antisémitisme dans la vie publique, les médias, l’école, le monde du travail ou la sphère religieuse », il met sur le même plan quatre exemples de propos haineux, stéréotypés, fantasmés ou négationnistes relevant incontestablement de l’antisémitisme, et sept autres portant sur l’État d’Israël, sa « politique actuelle » et ses « actions ».

C’est cette définition de l’antisémitisme par l’IHRA que la résolution votée par le Parlement européen invite les États membres, les institutions et agences de l’Union à adopter et à appliquer. Or, si l’on peut considérer qu’il existe dans certaines attaques formulées contre Israël des dérives antisémites, les critiques de la politique des gouvernements israéliens ne peuvent en aucun cas être assimilées à de l’antisémitisme sans nuire tout à la fois au combat contre l’antisémitisme et contre le racisme, et à la liberté d’opinion nécessaire au fonctionnement de nos démocraties

C’est ce qu’ont exprimé au Parlement européen les députés de gauche et écologistes (GUE/NGL et Verts/ALE) qui refusent cette instrumentalisation de la lutte contre l’antisémitisme et souhaitent inscrire celle-ci dans le combat, essentiel et universel, contre toutes les formes de racisme et de discriminations.

Oui, on peut lutter contre l’antisémitisme et défendre les droits des Palestiniens. Oui, on peut lutter contre l’antisémitisme tout en condamnant la politique de colonisation du gouvernement israélien.

La lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations ne se divise pas.

Signataires :  Bertrand Badie, Étienne Balibar, Fethi Benslama, Sophie Bessis, Rony Brauman, Alice Cherki, Suzanne Citron, Sonia Dayan-Herzbrun, Michel Dreyfus, Ivar Ekeland, Jeanne Favret-Saada, Marcel-Francis Kahn, Catherine Lévy, Gilles Manceron, Gustave Massiah, Élise Marienstras, Fabienne Messica, Edgar Morin, Véronique Nahoum-Grappe, Emmanuel Naquet, Jacques Rancière, Bernard Ravenel, Carole Reynaud Paligot, Michel Rotfus, Denis Sieffert, Elisabeth Roudinesco, Shlomo Sand, Enzo Traverso, Michel Tubiana, Dominique Vidal.

 

https://www.politis.fr/articles/2017/07/non-a-linstrumentalisation-de-la-lutte-contre-lantisemitisme-37279/

Repost 0
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 10:58
Le maréchal Haftar consolide son ascension en Libye
 
 

L’homme fort de la Cyrénaïque a proclamé la « libération totale » de Benghazi.

 

       

Pas le temps de lire cet article ?

Conservez-le pour le consulter plus tard.
Abonnez-vous au Monde.fr à partir de 1 €

Abonnez-vous

Déjà Abonné ?

Le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de la Cyrénaïque (est), s’impose plus que jamais comme une figure incontournable de la scène politico-militaire libyenne. Mercredi, 5 juillet, il a proclamé la « libération totale » de la ville de Benghazi, où ses troupes de l’Armée nationale libyenne (ANL) combattaient des groupes « révolutionnaires » – composés de djihadistes, mais pas exclusivement – retranchés dans quelques bastions résiduels.

Cette bataille de Benghazi avait commencé au printemps 2014, lorsque Khalifa Haftar, ancien proche de Mouammar Kadhafi devenu dissident en exil aux Etats-Unis, avant de prêter son concours à la révolution de 2011, avait déclenché l’offensive baptisée « 


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/07/le-marechal-haftar-consolide-son-ascension-en-libye_5157213_3212.html#qOVdVZLZEOYk6Hfj.99

Karama » (« dignité ») contre des groupes islamistes radicaux qui s’étaient livrés à une campagne d’assassinats dans la métropole de l’Est libyen. Trois ans plus tard, le hiérarque militaire, nommé depuis maréchal par l’Assemblée repliée à Tobrouk, émerge comme un vainqueur incontestable, mais au prix de destructions et de victimes civiles dénoncées comme des « crimes de guerre » par ses adversaires.

 

L’ascension de Haftar aiguise le dilemme diplomatique auquel sont confrontées les chancelleries occidentales. En témoignent les controverses qui ont éclaté dès le lendemain de l’annonce de la « libération » de Benghazi. La mission des Nations unies pour la Libye et l’ambassadeur britannique en Libye, Peter Millett, ont salué dans un langage quasi identique la « libération » de Benghazi comme « l’espoir » d’une première étape vers « la paix ». La formule a été peu appréciée par les adversaires du maréchal Haftar, surtout concentrés à Tripoli et Misrata (ouest). Abderrahmane Souihli, figure politique de Misrata et président du Conseil d’Etat, une institution associée au gouvernement d’« union nationale » siégeant à Tripoli, a dénoncé le commentaire de M. Millett comme un « feu vert » donné au « voyou » Haftar pour « attaquer » Tripoli.

 

Irritation

 

Cette réaction est symptomatique de l’irritation qui saisit les milieux hostiles au maréchal devant les inflexions en cours chez les diplomates occidentaux. Après avoir snobé Haftar, voire œuvré à son éviction du commandement de l’ANL, ces derniers ont pris acte de ses percées militaires depuis un an – à Benghazi et dans le Croissant pétrolier notamment – et opté pour le réintégrer dans une solution politique de la crise libyenne. Ce changement de pied est surtout mal perçu à Misrata, siège de la principale force militaire en Tripolitaine, où se recrutent les opposants les plus irréductibles au maréchal.

 

Lire aussi :   Libye : le maréchal Khalifa Haftar proclame la « libération totale » de Benghazi

 

Le « réalisme » affiché par les Occidentaux, où les impératifs de la lutte antiterroriste ont toute leur place, comporte toutefois le risque de fragiliser l’accord de Skhirat (Maroc) – signé en décembre 2015 – dont est issu le gouvernement d’« union nationale » de Faïez Sarraj. Le maréchal Haftar n’a en effet cessé de faire obstruction à la mise en place de ce nouveau dispositif institutionnel censé incarner la réconciliation nationale. Si les deux hommes se sont rencontrés début mai à Abou Dhabi (Emirats arabes unis), ils ont pour l’instant échoué à s’entendre sur un scénario de sortie de crise. Encouragé par ses avancées militaires, le maréchal Haftar peine à admettre formellement qu’il subordonnerait son autorité militaire à un pouvoir civil. Il est encouragé dans son inflexibilité par le soutien – diplomatique, militaire et financier – qu’il reçoit de l’Egypte et des Emirats arabes unis. Fort de sa trajectoire ascendante, il a maintes fois annoncé qu’il se préparait à « libérer » Tripoli. Les répliques sismiques de la « libération de Benghazi » pourraient affecter ces prochaines semaines la capitale libyenne.

 
Les seules publications de notre blog qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce blog, sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.
Repost 0
Published by Le Monde.fr - dans Revue de presse
commenter cet article