Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Charte du comité

Justice et paix en Palestine et au Proche-Orient

du Ve arrondissement de Paris

 

                                  Avril 2009 

 

  

Le Proche-Orient est le théâtre d’une sanglante escalade de violence qui multiplie les victimes innocentes. La cause profonde de cette situation réside dans le refus de l’Etat d’Israël de reconnaître au peuple palestinien les droits nationaux auquel tout peuple peut prétendre : le droit de vivre en paix sur son territoire, d’y instituer un Etat et de se donner les dirigeants de son choix.

 

On sait  les conséquences que ce refus engendre : la violence coloniale exercée au quotidien sur la population palestinienne par l’armée et par les ultras de la colonisation, avec son cortège de morts, de blessés, d’humiliations, de misères matérielles et morales. 

 

Face à cette situation, un certain nombre de citoyens du 5e arrondissement de Paris, membres d’organisations politiques ou syndicales ou non organisés, croyants ou non croyants, dans la diversité de leurs origines et sensibilités culturelles, ont décidé de créer un comité laïc et démocratique. Ce comité réclame la reconnaissance par Israël des droits nationaux du peuple palestinien, juste pendant du droit du peuple d’Israël à vivre en paix dans des frontières sûres et reconnues. Cette reconnaissance implique :

 


-        
le retrait des troupes israéliennes des territoires occupés en 1967, en application des résolutions de l’ONU.


-        
la fin des violences à l’encontre des populations civiles, d’où que viennent ces violences, dont la fin des assassinats ciblés visant des militants palestiniens, la fin des enlèvements et arrestations arbitraires de citoyens, élus et ministres palestiniens, la libération des milliers de prisonniers politiques.


-        
la renonciation aux  bombardements de toutes natures, la fin des incursions militaires et du blocus à Gaza et la fin de toutes les opérations militaires prenant pour prétexte la situation sécuritaire d’Israël.


-        
l’abandon de la construction d’un mur dit « de sécurité », qui empiète sur le territoire palestinien et vise à fixer unilatéralement la frontière entre Israël et la Palestine, au mépris de la légalité internationale, ainsi que la démolition de ce mur.


l
e démantèlement des colonies israéliennes de Cisjordanie, instrument délibéré de la conquête rampante de la terre palestinienne.


-        
la fin de la politique d’étranglement du peuple palestinien et de destruction systématique de ses structures économiques, sociales, politiques, institutionnelles et culturelles.


-        
l’ouverture de négociations loyales, avec tous les représentants qualifiés du peuple palestinien, issus d’élections démocratiques, sur la base d’un véritable respect de ses droits nationaux et dans la perspective d’une reconnaissance rapide d’un Etat palestinien viable et véritablement indépendant dans des frontières sûres et reconnues, selon le tracé de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.


-        
ces négociations devraient conduire à la reconnaissance de l’injustice historique faite au peuple palestinien et à l’acceptation du principe, lourd de sens pour les Palestiniens, d’un « droit au retour » des réfugiés dont les modalités d’application ne pourraient être que le résultat d’un accord entre les parties.

 

Pour ce qui concerne les responsabilités de la France, de l’Europe,  des grandes puissances et des Nations-Unies, le comité réclame :

 

-   un engagement plus clair des plus hautes autorités de la France et de la communauté européenne, en paroles mais aussi en actes,  en faveur d’une solution pacifique, respectueuse des droits du peuple palestinien comme du peuple israélien.

 

-   l'envoi dans un cadre international d'une force de protection du peuple palestinien.

 

-   la suspension de l'accord d'association entre l'Union européenne et Israël au seul motif que cet Etat ne se conforme pas à l’article 2 de cet accord qui lui fait obligation de respecter les droits de l’homme.

 

Le comité se prononce pour le développement des liens d’amitié entre la France et la Palestine. Il estime indispensable de maintenir une pression constante sur les dirigeants d’Israël pour les contraindre à renoncer à une politique meurtrière pour les autres peuples, suicidaire pour le leur et lourde de menaces pour la paix mondiale. Le comité condamne les équipées militaires à répétition d’Israël hors de ses frontières.

 

Il salue le courage des forces politiques, sociales, culturelles et religieuses qui, en Israël même, se prononcent contre la politique de violence coloniale des gouvernements israéliens successifs.

 

Il appelle à se défier des poisons du communautarisme, du fanatisme religieux, de l’antisémitisme comme de l’islamophobie, du racisme sous toutes ses formes qui desservent la lutte difficile du peuple palestinien.

 

Cette charte a été adoptée à l’unanimité, après discussion et amendements, par l’AG constitutive du comité qui s’est tenue le 11 mars 2003, puis actualisée et révisée par l’AG qui s’est tenue le 7 avril 2009. 

 

 

Merci de transmettre vos observations au comité CJPP 5 :

 

cjpp5@hotmail.fr

 

 

 

ou   CJPP5  Maison des Associations

4, rue des Arènes        75005  Paris

 

 

Consultez notre blog        http://cjpp5.over-blog.com

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by